Contre la marchandisation ...du Pont du Gard !


Claude Larnac (au centre) se bat contre l'application du tarif piéton au Pont du Gard.


Pont du Gard : tarif piétons et cyclistes, et bientôt des physionomistes à l'entrée ? 

Midi Libre28/04/2013 

Claude Larnac (au centre) se bat contre l'application du tarif piéton au Pont du Gard. (MIDI LIBRE NIMES) 

Un habitant Claude Larnac a décidé de se battre contre le tarif piéton imposé. Et il a décidé de frapper fort !

La lettre, datée du 23 avril, doit être à présent sur les bureaux d’Aurélie Filippetti, ministre de la Culture, et de Jean-Marc Ayrault, Premier ministre. Un courrier dans lequel Claude Larnac, auteur d’ouvrages sur l’aqueduc, fondateur d’associations liée au patrimoine et à la défense du Pont du Gard, et ancien administrateur, demande à la ministre de la Culture d’intervenir "pour que cesse dans les plus brefs délais l’initiative illégale, illégitime, incivique et maladroite que vient de prendre le site en imposant un péage aux piétons et aux cyclistes".

Il compte le nombre de passagers dans les véhicules à l'entrée

L’octogénaire conteste la légalité de la délibération du 27 novembre 2009 qui fixait le tarif piéton, "adoptée un mois après ma démission !". D’autre part, il se poste régulièrement aux entrées du site (rive droite ou rive gauche) pour effectuer des comptages à divers moments de la journée, en cochant le nombre de passagers par véhicule ("en moyenne 2-3 personnes").

Objectif : contester le nombre de visiteurs annuels annoncés par le site. Il constate aussi que de nombreux véhicules font marche arrière en voyant le prix (forfait de 18 € pour un véhicule jusqu’à cinq personnes). Des marches arrière dangereuses que les agents postés aux entrées ont bien du mal à gérer.

La direction du Pont du Gard s'agace

Côté direction, on ne cache pas son agacement et on trouve curieux que cette affaire sorte maintenant alors que la délibération, "validée par toutes les instances", date de 2009.

"Les voitures qui font marche arrière vont se garer plus loin, n’importe où, et les gens reviennent à pied !, note Paolo Toeschi, directeur du site. C’est anormal par rapport aux gens qui payent. Et ça se fait maintenant à l’échelle des bus. Ce sont ces personnes que nous voulons faire payer ! Pas les simples randonneurs ou cyclistes qui sont d’ailleurs souvent des Gardois qui peuvent avoir la gratuité après convention avec leur commune."

Question, comment faire la différence entre un piéton touriste et un piéton randonneur ? Entre un cycliste malhonnête et un honnête ? Un joggeur local d’un faux sportif venu resquiller l’entrée au musée ? À moins d’embaucher des physionomistes comme à l’entrée des boîtes ou des casinos...

L'article sur le site de Midi Libre 


 

On a volé le Pont-du-Gard !
 A lire aussi nos dossiers Gard, Région Languedoc Roussillon, Culture