Retraites. L'heure de la mobilisation approche, c'est l'heure de mobiliser la réflexion sur les revendications à défendre !

  
Le dossier retraites  du NPA de Nîmes
 






Cliquer sur l'image pour agrandir



A lire aussi le dossier de Réseau-salariat : Campagne retraites 2013



 Remarques : que des socialistes s'élèvent, par cet appel, contre la nouvelle attaque contre les
retraites est une bonne chose. Nous ne serons jamais assez nombreux pour parvenir à gagner en faisant capoter le projet du gouvernement. Mais il convient, par honnêteté envers la population, en particulier les salariés, les retraités, les femmes, les jeunes, etc.,  de pointer les impasses de ce texte qui commence par nous mener en bateau : dans le document accompagnant la diffusion de cet appel, l'un de ses initiateurs écrit "Nous n'attaquons pas le gouvernement de François Hollande, qui est notre gouvernement puisque nous l'avons mis en place. Nous nous défendons contre une nouvelle attaque, que programme le Medef depuis longtemps." Or cette attaque programmée l'est bien par le Medef mais main dans la main avec le gouvernement qui, de ce fait mais aussi pour des tas d'autres méchantes raisons (vous avez dit ANI, pacte de compétitivité, laisser faire face aux fermetures d' entreprises et au développement du chômage, blocage et baisse des salaires, etc.?), relaie les exigences capitalistes. Par ailleurs s'il est essentiel de refuser l'allongement du nombre d'annuités qui se profile, faut-il accepter l'augmentation de la CSG, Marisol Touraine nous le répète à l'envi, qui serait pourtant une mesure pénalisant fortement la population car elle modifierait le mode de financement de la protection sociale (en diminuant la part des cotisations sociales) : ne l'oublions pas en effet, la CSG est un impôt affecté à la Sécurité Sociale, proportionnel aux revenus, reposant à 88, 8 % sur les salariés, retraités, privés d'emploi, malades et invalides et à seulement 10, 5 % sur les revenus du capital, (revenus du patrimoine..). 

Ce que nous écrivions il y a un an reste toujours valable "La dynamique de la CSG, comme celle la TVA, est la même quant à la répartition des richesses entre salaires et profits. La baisse des cotisations sociales, c’est une baisse d’une partie du salaire. Pour être précis, de la part «socialisée» (c'est-à-dire mise en commun) du salaire, qui sert à payer les soins les retraites, le chômage et en conséquence, une hausse d’autant des profits, c'est-à-dire de la part de travail gratuit que s’approprie l’employeur. De ce point de vue, quelle que soit la «technique» employée, CSG ou TVA, le résultat est le même! 

Si le PS privilégie la CSG, c’est qu’en semblant peser sur «tous» les revenus, elle est une bonne illustration de «l’effort partagé» voulu par le gouvernement Ayrault….tout en préservant les profits.

C’est surtout que ce gouvernement a espoir d’obtenir autour de la CSG un consensus social qu’il ne pourrait obtenir avec la TVA: Chéréque et la direction de la CFDT y sont favorables, et la direction de la CGT a engagé de grandes manœuvres, pour faire de la CSG un objectif désormais négociable par la confédération." (lire ici)

Inutile de faire un dessin quant à ce que signifie l'oubli de se positionner sur une telle mesure de..."notre" gouvernement...

Le NPA, d'accord avec les camarades socialistes sur le slogan "Pas un trimestre de plus, pas un euro de moins !", appelle cependant à rester vigilant sur la nécessité de parer les mauvais coups latéraux sur lesquels cette revendication fait une impasse qui pourrait laisser une porte de sortie au gouvernement. Lequel aurait la voie ouverte pour asséner un méchant coup de massue en divisant le mouvement social si cette question, parfois difficilement cernable car, trop immédiatement technique, de la CSG restait un tabou de la mobilisation. 

Si, par malheur, nous baissions la garde, la CSG pourrait bien devenir le cheval de Troie de la contre-réforme et l'instrument décisif de "leur" victoire !

Rappel : le NPA défend le triptyque taux plein à 60 ans avec possibilité d'un départ à la retraite à 55 ans/37,5 annuités cotisées/75% du meilleur salaire.

 NPA 34, NPA