vendredi 19 juin 2015

Macron/49.3 : la politique antisociale PS-Medef fait exploser le simulacre démocratique !


 Hollande 2006-2015 : la parole dévaluée...

2006...


 2015

 
«Le président pense que le débat a duré assez longtemps» Cliquer ici
  
 

  



Le recordman absolu en matière de 49.3 est Michel Rocard : à 28 reprises, en 3 ans (mai 1988-mai 1991), il a engagé la responsabilité de son gouvernement. Ce qui représente un tiers des utilisations du 49.3 sous la Cinquième… Rocard utilisait donc le 49.3 pour faire passer ses textes tantôt en ralliant les communistes, tantôt en ralliant les centristes. Cliquer ici


S’estimant confortés par leur victoire au congrès du PS face aux frondeurs, Manuel Valls et François Hollande semblent décidés à faire du passage en force une méthode de gouvernement : le patron du groupe PS, Bruno Le Roux, a confirmé mardi matin, lors de la réunion hebdomadaire du groupe socialiste, que le 49-3 serait à nouveau déclenché en juillet lors de la troisième et dernière lecture du texte. De son côté, le ministre du travail François Rebsamen n’exclut pas qu’il soit aussi utilisé pour faire passer la loi dialogue social dont il est responsable. […]

A deux ans de la présidentielle, Manuel Valls occupe le terrain et passe à la télé. Sans idées bouleversantes. Sans troupes au-delà de ses fidèles. Sans susciter l'enthousiasme des socialistes – sans parler du rejet qu'ils suscite dans le reste de l'électorat de gauche. Mais avec toute la brutalité et tout le lustre, même trompeur, que permettent les institutions présidentialistes de la Cinquième République.  Cliquer ici

Note du blog NPA 34 : Valls peut remercier les pseudo-frondeurs du PS et les députés d'EELV qui, en ne votant pas la censure, ont donc permis à la loi Macron de passer en deuxième lecture. Le PCF l'a en revanche votée. Il ne lui reste plus (!) qu'à peaufiner sa cohérence et à faire de même dans les collectivités territoriales !
Les frondeurs résumés par eux-mêmes 

« Valls met en danger la réélection de François Hollande en 2017. » (Christian Paul)


Couteau sans lame. Audace et lucidité... sans conséquence !
  
Karine Berger (députée PS) : «On ne peut pas passer notre temps à donner raison au Medef»

[Karine Berger est partisane de réinjecter du keynésianisme dans le PS sur le mode "L’Etat n’intervient pas contre les marchés, il intervient pour sauver, sauvegarder le bon fonctionnement des marchés contre la déstabilisation que constitue le libéralisme." (lire ici). Protéger le marché du libéralisme... Macron en tremble encore !]


Par un détournement de langage étonnant, le 49-3, c’est la possibilité pour le gouvernement d’engager sa responsabilité devant le Parlement.

Il s’agit plutôt pour le pouvoir d’échapper à tout contrôle par des assemblées censées représenter, a minima, celles et ceux qui se déplacent encore, souvent sans illusion, pour en élire les membres. Pour Valls, il s’agirait d’être en mesure d’appliquer sans tarder des dispositions qui soulagent les patrons de leurs angoisses à l’idée d’embaucher... Cliquer ici

 Le fond du problème...


A lire aussi



NPA 34, NPA