mardi 16 juin 2015

Paris. Migrants : une solidarité qui doit leur permettre d'être souverains sur leur action !


Construire le rapport de force face à Hidalgo/Cazeneuve ou manoeuvrer avec eux... Les migrants ont choisi. Le NPA aussi ! Avec eux...

16 juin
Cliquer ici

Ces derniers jours, la situation dramatique que vivent les réfugiés de la Chapelle depuis maintenant plusieurs mois, a été largement rendue publique et médiatisée. Les évacuations violentes menées à deux reprises par les forces de l’ordre ont révélé au grand jour l’inhumanité d’un gouvernement ouvertement raciste qui organise l’expulsion de ces migrants pourtant déjà parqués dans des conditions de confort et d’hygiène scandaleuses. Des centaines de personnes sont venues les soutenir les soirs des 8 et 9 juin, et exiger des conditions de relogement décentes. Faute de solution avancée par les pouvoirs publics et face à l’inertie de la mairie, un nouveau rassemblement a été organisé le 11 juin et a débouché sur l’occupation par une centaine de migrants et environ 200 soutiens, d’une caserne désaffectée dans le Xème arrondissement. L’Humanité a par la suite publié un article critiquant vivement cette décision et notamment l’attitude des militants du NPA au cours de cette action (lire ici). Nous revenons ici sur notre version des événements. […] 

Un rapide retour sur les faits 

Réunis en assemblée générale le jeudi 10 juin au soir, les migrants avaient décidé collectivement d’exiger auprès de la mairie de Paris et du gouvernement français : un relogement décent (c’est à dire couvert et comprenant des sanitaires), pérenne, mais aussi suffisamment vaste pour leur permettre de rester tous ensemble afin de pouvoir s’organiser et de maintenir la solidarité. Rappelons que cela fait plusieurs mois maintenant, que ces hommes et ces femmes vivent dehors dans la plus grande précarité et qu’ils ont été au cours des derniers jours, baladés de jardin public en jardin public. Leur revendication semblait donc bien légitime, voire minimale !

Mais les dirigeants du PCF, d’Europe Écologie Les Verts et du Parti de gauche présents (pour la plupart des élus, précisons-le !) avaient pris entre eux une décision toute autre : installer les migrants dans un jardin du XVIIIème arrondissement en attendant patiemment que la mairie daigne leur attribuer un nouveau lieu de résidence, car comme le précise l’article de l’Humanité, la priorité était « la garantie d’une négociation sereine avec la Ville ». Ces élus ont ainsi tenté par maintes pressions d’imposer aux migrants une autre décision que celle qui avait été la leur quelques heures plus tôt, allant jusqu’à les faire rentrer un par un dans un car, leur faisant croire qu’ils seraient reloger tous ensemble quelques heures plus tard s’ils acceptaient de monter. Quelle hypocrisie quand on sait que seules 60 plages d’hébergement en dur avaient été offertes par la Mairie ! Cliquer ici


Depuis l’occupation de la caserne de pompiers désaffectée du 10°arrondissement par les migrants on assiste de la part du pouvoir à une campagne dénonçant les manipulations d'organisations politiques notamment le Parti de gauche et le NPA qui seraient fauteurs de violence.

Le comble est atteint par une photo publiée sur le site du Parisien montrant une personne à terre se tenant l’œil, assisté par un policier. La légende « un policier a été sévèrement blessé à l’œil par une pierre ». Cette « info » est reprise sur tous les sites d’informations. Cliquer ici
 
La légende a été modifiée par le Parisien suite à la mise au point du NPA





Communiqué



 

Nous appelons à une manifestation partant du 18ème arrondissement le mardi 16 juin à 18h30

Alternative Libertaire , EELV, Ensemble, Gauche Unitaire, Lutte Ouvrière, NPA, Parti de Gauche, PCF, CGT 75, FSU, Solidaires, Solidaires Etudiants, UNEF, RESF, LDH.
Cliquer ici

A lire aussi



 Et aussi



 Et encore

 Nos dossiers
 NPA 34, NPA