Région. Le chômage est à 14,3%, n°1 en France


Record dans le record à Agde-Pézenas : 18% !

Paradoxe par-ci, non-paradoxe par là...


Cliquer ici


L'Insee a dressé le diagnostic économique et social de l'année 2014, le dernier concernant le Languedoc-Roussillon.


Chaque printemps, l'Insee présente "l'année économique et sociale" réalisée par le Groupement de la statistique publique. Tradition respectée vendredi matin dans les locaux de l'Institut national de la statistique et des études économiques, à Montpellier. Avec un parfum particulier, puisqu'en raison de l'union prochaine avec Midi-Pyrénées, il s'agissait du dernier ouvrage annuel sous cette forme. 

L'année 2014, note l'Insee, reste dans le prolongement des trois années précédentes, avec une dégradation du marché du travail. Bien que bénéficiant d'un environnement national et international plutôt favorable, elle se situe pour le Languedoc-Roussillon "dans le prolongement de la conjoncture atone depuis mi-2011 (...) Cliquer ici

"Fin 2014, la moitié de la population régionale percevait des prestations de la Caisse des allocations familiales (Caf), en tête desquelles le RSA (+5,4%)." (La Marseillaise)

La région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénée sur le site de l'Insee

Le chômage repart à la hausse

Le taux de chômage s’établit à 12,2 % de la population active de LRMP fin 2014. (figure 2). Région fortement attractive mais déficitaire en emplois « productifs », son taux de chômage est plus élevé que la moyenne métropolitaine (10,0 % fin 2014). 

Sur les treize départements de la future région, quatre ont des taux de chômage inférieurs à la moyenne régionale : la Lozère, l’Aveyron, le Gers et le Lot. À l’inverse, la part des chômeurs est particulièrement forte parmi les actifs des Pyrénées-Orientales, de l’Hérault, du Gard et de l’Aude. Le taux de chômage est proche de la moyenne régionale en Ariège, dans les Hautes-Pyrénées et en Tarn-et-Garonne. Après s’être quasi stabilisé en 2013, le chômage repart à la hausse en 2014 : il augmente de 0,5 point en un an, un peu plus fortement qu’en France métropolitaine (+ 0,4 point). Tous les départements de LRMP sont impactés. Les plus fortes hausses concernent ceux déjà fortement touchés : les Pyrénées-Orientales (+ 0,9 point), l’Aude, le Gard (+ 0,8 point chacun) et le Tarn-et-Garonne (+ 0,7 point). À l’opposé, le taux de chômage est quasi stable dans le Lot et en Aveyron (+ 0,1 point chacun).

Cliquer ici

"Cette étude porte « un coup de grâce à l'idée communément admise que les gens viennent toucher des allocations au soleil, puisque la région accueille autant d'allocataires qu'elle en voit partir »" (La Marseillaise)

Sur le plan national, l'enfoncement dans une politique d'aide aux  profits patronaux ... contre l'emploi !


Le nombre de demandeurs d'emploi a augmenté de 26 200. Le gouvernement annonce 100 000 contrats aidés supplémentaires. [...]

Signe de l'inquiétude qui règne au sommet de l'Etat: le ministre du Travail, François Rebsamen, a annoncé ce lundi le financement de 100 000 emplois aidés supplémentaires pour 2015. Une décision prise visiblement en urgence lundi matin.

Pour l’exécutif, cette nouvelle hausse est en effet une vraie douche froide. Même Rebsamen, dont les collaborateurs ont le don, chaque mois, de procéder à de savants et obscurs calculs pour dénicher une moyenne sur X mois qui ferait ressortir un chiffre un peu positif, semble avoir renoncé. «Notre politique de l’emploi a permis de limiter les effets de la crise pour de très nombreux Français», se contente d’écrire François Rebsamen dans son communiqué mensuel. Mais promis, ça va baisser. Car «il faut un délai de plusieurs mois avant que la reprise de l’activité ne se traduise par des embauches», explique le ministre, qui promet d'«accompagner le retour de la croissance en levant les freins au recrutement qui subsistent». C’est tout l’enjeu des rencontres bilatérales organisées ce lundi et mardi entre le Premier ministre et les partenaires sociaux: assouplir un peu plus le code du Travail, en espérant que les entreprises jouent - enfin - le jeu du CICE (crédit d’impôt compétitivité emploi) et du pacte de responsabilité. Cliquer ici

A lire aussi



Et aussi


NPA 34, NPA