Touraine cible les postes hospitaliers ! Le droit à la santé est en danger !


"La fonction publique hospitalière vit aujourd'hui le plus gros plan social de l'État"

Journée d'action ce jeudi 25 juin, notamment contre les suppressions de postes. Avec, à 10h, manifestation de la Comédie à la préfecture, et ce également pour les professions du social. Et, à 14h, rassemblement devant l'ARS. 

L'avenir du paysage hospitalier montpelliérain dans la réforme territoriale, le départ éventuel de l'agence régionale de santé -ARS- pour Toulouse constituent les dernières inquiétudes de plusieurs organisations syndicales du CHU. Elles viennent s'agréger à d'autres motifs de mécontentement qui seront exprimés ce jeudi, lors d'une manifestation en ville puis devant l'ARS, justement, à l'appel de FO, la CGT et Solidaires. 

22.000 postes supprimés

C'est d'abord le nouveau plan d'économies de 3 milliards d'€ qui ne passe pas. "Cela correspond à la suppression de 22.000 postes, donc 200 pour Montpellier. 2015 sera pire que 2014", lâchent Hervé Floquet et Françoise Gaillard (CGT), qui rappellent les 300 suppressions intervenues en 2013. Cliquer ici
 

Les syndicats CGT, FO, Solidaires appellent les agents hospitaliers à défiler jeudi 25 juin dans la rue contre le projet de loi santé de Marisol Touraine.
L’hôpital public n’est déjà pas au mieux de sa forme. Selon Hervé Floquet, secrétaire départemental santé et action sociale CGT (Hérault), le projet de loi de modernisation du système de santé porté par Marisol Touraine, déjà voté en première lecture à l’Assemblée nationale*, promet le pire.
En se joignant à la mobilisation interpro, les syndicats CGT, FO, Solidaires dans le domaine de la santé vont avant tout combattre la loi santé de Marisol Touraine. « Au-delà de ses aspects positifs, comme l’adoption du tiers payant, c’est une machine de guerre de casse de l’hôpital public », dénonce Hervé Floquet. Il parle des restrictions budgétaires, avec « un plan d’économies de 10 milliards d’euros sur la sécurité sociale d’ici 2017, dont 3 milliards sur l’hôpital public. » Cliquer ici

Dans La Marseillaise aussi ce jeudi 25 juin...


 A lire également

Les salariéEs de la santé et du secteur social sont appelés à la grève et à manifester ce jeudi 25 juin. Une nouvelle étape dans la mobilisation de l’AP-HP ? Une première riposte d’ampleur contre l’austérité dans la santé et le social ? […]

Partout le personnel de santé, de l’action sanitaire et sociale, de la sécurité sociale est confronté à la même offensive contre ses acquis sociaux et ses conditions de travail...
La création et l’activité de la Convergence des hôpitaux en lutte contre l’hôstérité et les changements à la direction de la fédération santé de la CGT ne sont pas étrangers à la décision des fédérations CGT, SUD et FO de la santé et du social d’appeler à la grève et à la manifestation nationale ce 25 juin. Cet appel s’est élargi au secteur sanitaire et social et ensuite à la sécurité sociale.
Il était temps qu’intervienne une première riposte nationale à la loi de santé et aux conséquences du pacte de responsabilité dans la santé et le secteur social, alors que les syndicats réactionnaires de médecins mobilisaient la profession. Depuis cet appel national, le personnel de l’AP-HP est entré dans la lutte pour défendre ses journées de RTT, ses acquis sociaux, ses conditions de travail, l’embauche en CDI... Des revendications communes à tous les hôpitaux publics et privés. Cliquer ici

Avec un objectif de dépenses « historiquement bas » pour 2016 et 2017, comme le relève le directeur de la Sécu en personne, l’hôpital est au régime sec, au point de provoquer la colère croissante des personnels, des médecins, mais aussi celle des directeurs. Une grève a lieu ce jeudi, à l’appel de la CGT, de FO et de SUD.


À quelle sauce sera mangé le système de soins français, au-delà de la grogne de l’AP-HP ? Le conflit qui oppose depuis de longues semaines Martin Hirsch et les hôpitaux parisiens est un épiphénomène, à la fois exemplaire et singulier. « Il y a, forcément, une forte politisation autour de Paris à cause de la personnalité de Martin Hirsch, de la proximité avec les décideurs, de la taille des hôpitaux dans la capitale et du nombre de patients, résume Frédéric Pierru, sociologue spécialiste des politiques de santé. Mais l’AP-HP donne néanmoins le "la" au niveau national. » Et la négociation parisienne révèle en creux le dilemme auquel font face aujourd’hui les directeurs d’hôpitaux français. Cliquer ici

Un blog à consulter régulièrement...









  
Sites amis

- Association Henri Pézerat - Travail - Santé - Environnement
- Nouveau Parti Anticapitaliste
- Réseau salariat (B. Friot)
- Observatoire du droit à la santé des étrangers
- Réseau européen contre la privatisation et la commercialisation de la santé et de la Protection sociale


Cliquer ici

Et aussi


Cliquer ici

Nos dossiers

NPA 34, NPA