Israël/Palestine. La colonisation "au nom du temple" ...


... contre le Dôme du rocher palestinien...

Dernière minute :

Heurts à Jérusalem : la police israélienne entre dans la mosquée Al-Aqsa (cliquer ici)


 A lire ci-dessous
Point de vue : pas touche au Dôme  palestinien !

  

A lire

Connaître l'auteur du documentaire

Point de vue : pas touche au Dôme du rocher palestinien !

Le documentaire de Charles Enderlin doit aider ceux qui hésitent à prendre le parti du peuple palestinien à comprendre les ressorts de la politique de l'Etat d'Israël. Le principal est sans conteste la colonisation qui est la marque infamante que les thuriféraires de cet Etat tentent de masquer : il s'agit d'un processus qui structure depuis le début la construction d'Israël comme excluant les Palestiniens. Exclusion de leurs terres, de leurs maisons, d'eux-mêmes... La dimension religieuse de cette exclusion, dont l'envers est la dépossession et l'expropriation des dominés, a désormais totalement (comme on dit totalitaire) pris le dessus. Le sionisme, idéologie fondamentaliste de cette colonisation a pu séduire des laïques et des socialistes, y compris révolutionnaires (les kibboutz ont pu participer d'un idéal collectiviste), sa trajectoire aujourd'hui qui l'amène à être un sionisme religieux le met en collusion ouverte, comme jamais, avec tous les mouvements annexionnistes des terres palestiniennes. Le mouvement de la paix en Israël s'est fracassé devant le processus combiné d'une résistance palestinienne indéracinable et d'une colonisation qui, en renonçant à Gaza au prix de la transformer en prison absolue et en espace de guerre totale, travaille à convaincre définitivement les Israéliens qu'ils sont bien le peuple élu et que ce statut fonde qu'ils acceptent le massacre d'un autre peuple. 

La force du documentaire de Charles Enderlin, malgré des appréciations parfois discutables (par exemple sur l'équidistance suggérée entre le Hamas et les extrémistes colons), réside, selon moi, dans la démonstration qu'il fait de cette place du religieux dans la dynamique d'annexion de la Cisjordanie et de Jérusalem Est qui gagne de plus en plus l'esprit des Israéliens : le risque, c'est la conclusion de Charles Enderlin, que l'on aille à cet endroit du monde à une guerre de religion ouverte "au nom israélien du temple" et de la défense musulmane du "Dôme du rocher" doit interpeller ceux et celles qui, dans le mouvement de solidarité, se revendiquent de la laïcité. Puissent-ils, tout en travaillant à aider la résistance palestinienne à garder le cap politique et social de son combat, ne pas tirer un trait d'égalité, au nom du rejet de toute "aliénation religieuse", entre le Temple et le Dôme, le premier devant s'édifier, selon l'intégrisme israélien, sur les ruines du second. Lequel second participe de la conscience politique palestinienne !

La solidarité laïque envers les Palestiniens ne perd rien, bien au contraire, à soutenir le droit de ceux-ci à défendre leur sanctuaire : la laïcité c'est en effet, parmi d'autres choses également importantes, la défense du droit de croire et donc de jouir de ses lieux de culte ! Jusqu'à ce jour les "solidaires", en particulier à travers BDS, ont su déjouer les pièges tendus par l'instrumentalisation islamophobe de la laïcité qui travaille la société française et même européenne. Il est à craindre pourtant que, dans le combat pour une Palestine libre, le cours d'affrontement religieux qu'imprime toujours plus fortement le sionisme à sa domination ne radicalise ce piège et n'affaiblisse le soutien aux Palestiniens : mais il n'y aura aucune latitude pour toute tentative de faire esquiver à la solidarité avec les Palestiniens la défense du Dôme. Une défense laïque, au sens historique du terme, qui est, au coeur de la question religieuse, et qui est une position nécessaire au combat de ceux-ci, nécessaire pour que paradoxalement il reste... politique !

Antoine (ce point de vue n'engage que son auteur)


A voir, à lire aussi

Un groupe de 21 membres du Parlement européen a adressé une lettre en urgence à la chef de la diplomatie de l’Union européenne, Federica Mogherini, à propos du projet d’Israël de démolir le village palestinien de Khirbet Susiya.
Khirbet Susiya se trouve sous la menace imminente de sa démolition par Israël depuis mai, quand la Haute Cour israélienne a donné son accord pour la démolition des maisons et tentes des villageois, et pour la relocalisation possible des quelque 300 habitants bédouins. Cliquer ici



Et aussi

 Cliquer ici

Nos dossiers

NPA 34, NPA