Montpellier. Les fascistes émergent du fumier des attentats de Daech...


... la vigilance et la riposte sont de mise ! 
Le serpent du fascisme se tue dans l'oeuf !

« Et, en conséquence, regardons-le comme l'embryon d'un serpent qui, à peine éclos, deviendrait malfaisant par nature, et tuons-le dans l'œuf. » (Shakespeare)


Les étudiants ont été la cible d'une attaque en règle dans la nuit de vendredi 20 à samedi 21 novembre, au Peyrou. 

"Ils venaient vraiment pour se battre, pour faire la chasse aux hippies. Ils en prenaient un et le passaient à tabac. C'était d'une rare violence avec des insultes racistes contre les rebeus." Cet étudiant de 20 ans n'en revient toujours pas. Avec ses camarades de promotion, ils ont été la cible d'une attaque en règle dans la nuit de vendredi 20 à samedi 21 novembre.
"Des gens comme toi salissent l'Europe"

Vers 1 h 30, ces élèves en licence de théâtre à Paul-Valéry se trouvaient au Peyrou pour terminer leur soirée d'intégration. Certains faisaient de la musique et l'ambiance était bon enfant entre cette quarantaine de personnes. "Un groupe est arrivé et ils ont commencé à vouloir se battre, rapporte une autre étudiante, typée asiatique, qui s'est enfuie en courant avant d'être prise pour cible. Elle n'a rien eu. Cliquer ici

D'un côté la baston, de l'autre la récupération de l'émotion ...


FN-fachos, un mot clé : passerelles...

Le FN n'est pas un parti fasciste ? Il inclut des fachos sur ses listes des régionales... 


Et puis il y a ça...
 
  

Quant à Ménard ...

 
A lire aussi



Un film d'ingmar Bergman : L’Œuf du serpent


Peu habitué à la reconstitution historique, Ingmar Bergman réalise L’Œuf du serpent en 1977, l’un de ses films les plus politiques, l’un des seuls, alors que l’Allemagne s’est reconstruite sur une séparation de fait entre RDA et RFA depuis l’après-guerre. Comme pour faire écho à une Allemagne double, ruinée par la guerre en 1923, prompte à revenir à la vie mais laissant grandir en elle un des monstres les plus absurdes et terrifiants du XXe siècle, Bergman s’est attaché à dépeindre une société troublée, une société de suspicion, de dépression, où l’humain, perdu dans la masse, cherche à s’en extirper, même au prix du plus grand sacrifice, celui, justement, de son humanité. Cliquer ici

NPA 34, NPA