Mobilisons-nous !
Lundi 19 juin
-à 19h-
Place de La Comédie
-Montpellier-
Rassemblement/Manifestation

CONTRE MACRON ET SES ORDONNANCES
Samedi 24 juin
-à 14h30-
Jardins du Peyrou
-Montpellier
-
MANIFESTATION :
ACCUEIL DE TOUT-ES LES RÉFUGIÉ-ES
Samedi 24 juin
-à 16h-
Place de La Comédie
-Montpellier
-
RASSEMBLEMENT
puis à 17h30 : MANIFESTATION
STOP COLONISATION JÉRUSALEM

jeudi 18 février 2016

Poitiers. Déchéance policière...


 La police de Poitiers met hors d'état de nuire une terroriste arboriphile de 72 ans ! La victime de l'attentat est hors de danger...

 
Scène incroyablement révoltante ! Une femme de 72 ans, attrapée, bloquée au sol par des policiers, puis embarquée au commissariat pendant plusieurs heures.
 
Cela alors qu’elle manifestait, avec d’autres, son mécontentement contre le choix de la municipalité d’abattre 98 arbres sains dans leur quartier. Plus précisément, car prise par l’émotion de voir les arbres tomber sous ses yeux et face au refus de la mairie d’entendre les arguments des habitants, elle a poussé une barrière qui tenait les habitants éloignés de l’abattage en cours... Une violence policière de plus ! Il faut voir la vidéo qui circule sur les réseaux sociaux (en cliquant sur les mots "la vidéo" ou ICI).


Cette interpellation est choquante et inadmissible. Nous pouvons voir dans la vidéo que la femme crie à plusieurs reprise aux policiers « vous m’étouffez ! ». Une dame âgée de 72 ans peut être plus fragile que la moyenne de la population et sous le choc pourrait très bien avoir des problèmes de santé grave. Des drames sont déjà arrivés. La police n’a pas forcément besoin d’arme pour tuer, il ne faut pas l’oublier !

La mairie de Poitiers complice

Cette violence policière fût précédée d’un autre type de violence : une violence politique. Celle de supprimer des dizaines d’arbres, âgés de plusieurs décennies, dans un quartier de Poitiers, à Beaulieu. Sans concertation, sans prise en compte de ce que cet acte peut symboliser pour des hommes et des femmes qui chaque jours passent devant, vivent en harmonie avec eux. Les arbres d’un quartier font partie de la vie et du quartier. Mais ce genre de préoccupations n’intéresse guère la municipalité de notre ville* qui se moque royalement de l’avis de sa population. Comme ce fut le cas des 178 frênes abattus et des haies arrachées il y a quelques mois dans le quartier des Couronneries. Cliquer ici

* Alain Claeys est le député-maire socialiste de la ville.

 La victime, dotée d'une santé de fer, se rétablit rapidement

 A lire aussi