Projet de loi El Khomri. Une volonté de limiter les droits collectifs et individuels des salariés

 
"Réveillons-nous. Ce projet de réforme du Code du travail a au moins un mérite : après le débat sur la déchéance de nationalité, il confirme à lui seul que le Gouvernement n’est plus de gauche" (Judith Krivine, avocate en droit du travail)

 Avec quelques explications, il n'est pas difficile de comprendre que derrière un projet de réforme prétendument "à droits constants", le Gouvernement modifie complètement la donne et cherche à inverser la finalité du Code du travail au détriment des salariés, soi-disant pour favoriser l'emploi.. Il est urgent de réagir. 

Avant son élection, notre Président de la République s’est engagé à combattre le chômage. Pour cela, le candidat qui se réclamait adversaire de la finance annonçait notamment (35ème de ses 60 engagements pour la France) : « Pour dissuader les licenciements boursiers, nous renchérirons le coût des licenciements collectifs pour les entreprises qui versent des dividendes ou rachètent leurs actions, et nous donnerons aux ouvriers et aux employés qui en sont victimes la possibilité de saisir le tribunal de grande instance dans les cas manifestement contraires à l’intérêt de l’entreprise ».
La communication, c’est important. Faire exactement l’inverse de ce que l’on a promis, c’est grave.

Les lois qui se sont succédées en matière de droit du travail l’ont montré ; le Premier Ministre l’a récemment confirmé ; le rapport Badinter, puis le projet de loi El Khomri enfoncent le clou : le Gouvernement prétend sans cesse avancer à « droits constants » pour les salariés, soi-disant dans  la ligne de l’histoire sociale du pays, mais ne fait que réduire leurs droits loi après loi, de manière de plus en plus violente. Cliquer ici

Illustration par NPA 34

Myriam El Khomri, la première fois qu'elle a été piégée par Jean-Jacques Bourdin... 
 
 

 A lire aussi

[Avec la réforme El Khomri] la complexité actuellement tant décriée du Code du travail s’aggravera donc, au détriment du salarié en particulier. Les 61 « principes essentiels » du rapport Badinter, intégrés dans la future loi El Khomri, vont rendre insécure et instable le droit du travail français. Cliquer ici



  

Et aussi




 Métaphore du syndicalisme adapté à la lutte contre la loi de destruction du Code du travail


NPA 34, NPA