dimanche 27 mars 2016

A Montpellier, l'écologie des possibles, à Cruas, la réalité de l'organisation capitaliste du travail et les possibles de l'insécurité nucléaire...


La sûreté nucléaire est sacrifiée sur l’autel de la rentabilité ... Bientôt un Fukushima made in France ? Quelle écologie pour relever le défi ?

Une occasion d'en discuter, de s'informer ...

 

Edito (Ouvre-tête) Une occasion

Le monde est en train de changer. Les rouages de notre société telle que nous la connaissons sont rouillés, usés, bloqués, bref, ça ne marche plus. Et pendant que certains tentent en vain d’huiler cette vieille machine, des milliers d’idées nouvelles fleurissent dans les esprits inventifs qui ne demandent qu’à les partager. Des idées qui répondent aux besoins d’aujourd’hui et de demain : écologie, culture, santé, éducation populaire, énergies propres, auto-construction, recyclage… autant de sujets qui seront à l’honneur dans cette 10ème édition de La Semaine de l’Environnement. La suite est à lire ici

 
Le programme est à lire en cliquant sur le lien ci-dessus

Zoom sur... 


Et aussi

SOUTIEN à la grève des salariés de NUVIA à la centrale nucléaire de CRUAS


Une centaine de salariés sous-traitants d’EDF et travaillant pour NUVIA (branche nucléaire du groupe Soletanche Freyssinet, filiale de Vinci Construction) est en grève depuis la mi-février. Ces salariés travaillent directement sur les installations nucléaires de la centrale. Maintenance, nettoyage, traitement des déchets et décontamination… autant de tâches qu’EDF a progressivement externalisées à partir des années 1980. 

La société NUVIA, pour pouvoir travailler dans le nucléaire à moindre coût et répondre aux appels d’offres d’EDF, utilise illégalement une convention collective La SYNTEC correspondant aux activités de bureaux d’études. Convention très éloignée des conditions et rythmes de travail des travailleurs du nucléaire (travail du dimanche) et dont la grille des salaires ne correspond à aucun des métiers considérés. Il en découle des salaires très sous-évalués, des primes « au mérite » sans aucun critère ce qui permet une distribution à la tête du client comme le soulignent les grévistes. 

Pour l’instant la direction de ce grand groupe de sous-traitance filiale de VINCI refuse la moindre avancée. Pourtant en septembre 2011 dans le cadre des évaluations complémentaires de sûreté consécutives à la catastrophe de Fukushima, EDF avait décidé de limiter à trois le nombre d'entreprises sous-traitantes (lemonde.fr avec AFP le 22.09.2011). Cinq ans après on est encore loin du compte et ses salariés ne disposent toujours pas d’une convention collective assurant la reconnaissance de la qualité de leur travail.

Et ce n’est pas seulement sur le site de CRUAS que des conflits sociaux mettent en cause la société NUVIA. Près de la moitié des salariés de l’entreprise « Nuvia » en haute Normandie, est en grève depuis le 15 février. Ces salariés travaillent sur le site de Penly, mais aussi sur d’autres centrales dont celle de Pierrelatte (Drôme), là où est situé le siège social (Paris-Normandie, 21 février 2016).

Depuis de nombreuses années STOP nucléaire 26/07 soutien les luttes des travailleurs-euses des installations nucléaires qu’ils soient d’EDF, d’AREVA ou de l’ANDRA ou de la sous-traitance. En effet la privatisation et l’organisation de nombreux niveaux de sous-traitance font partie des risques majeurs d’accidents nucléaires. 

Avec des conditions de travail, de formation, de salaire très nettement inférieures à celles prévues pour les salariés d’EDF et Areva, le turn-over, les maladies et accidents du travail, la fatigue d  e ces salariés peuvent conduire à de graves conséquences au niveau de la sécurité des réacteurs d’autant que, selon la CGT Mine Énergie, 82 % des salariés exposés aux risques d’irradiation seraient des sous-traitants. 

Pour STOP nucléaire 26/07, cette lutte n’est pas seulement un conflit interne à EDF et à ces sous-traitants. Elle concerne, au moment où nous célébrons l’accident nucléaire de Fukushima, l’ensemble de la population riveraine de CRUAS et de la vallée du Rhône mise en danger par une organisation du travail facteur d’insécurité et d’accidents majeurs dans les zones les plus sensibles des réacteurs  

À Valence le 11 Mars 2016
 contact@sdn26-07.org

Les salariés de Nuvia, filiale du groupe Vinci et sous-traitant d'EDF pour la centrale nucléaire de Cruas sont en grève depuis 22 jours. Ils revendiquent la mise en place d'une convention collective adaptée à leur statut de travailleurs du nucléaire. Cliquer ici


« Il faut que les Français se préparent » à une « catastrophe nucléaire »: la CRIIRAD nous alerte suite aux multiples incidents survenus à Cruas en 2015... 

Il faut dire que les éléments rapportés par EDF et l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), lors de la réunion de la CLI [Commission Locale d'Information] de décembre 2015 à laquelle la CRIIRAD participait, ont de quoi faire frémir. Le 5 septembre, un corps étranger (pièce métallique de 300 grammes) a été découvert à la base du faisceau tubulaire d’un des générateurs de vapeur (GV) du réacteur n°3. Cette pièce appartenait à un outillage installé dans les GV lors des arrêts de réacteur... pour y éviter l’introduction de corps étrangers ! Cliquer ici 

Et encore


Sur l'agenda aussi


Lire nos dossiers

 NPA 34, NPA