vendredi 28 juillet 2017

mardi 25 juillet 2017

Montpellier. Migrants: stop humiliations !

La préfecture persiste, la mobilisation continue.

 26 juillet : Communiqué du Collectif Migrants Bienvenus 34 (lire ci-dessous)

Hier, lundi 24 juillet, malgré la période estivale, une cinquantaine de personnes se sont réunies devant la préfecture pour dénoncer l’assignation à résidence de 6 soudanais hébergés au CAO, centre d'accueil et d'orientation, de Montpellier.

Ces personnes sont le coup de la procédure  "Dublin" et ne peuvent déposer une demande d'asile en France. Suite au rendez vous du collectif en préfecture début juillet, ils n'ont pas été "dédublinés" (comme ce fût le cas pour d'autres dont le dossier a été accepté). Déjà très inquiètes par la précarité de leur situation en France, elles doivent, depuis le 18 juillet, se présenter tous les jours au commissariat de police de Montpellier avec tous leurs effets personnels, avec l'angoisse permanente d'être renvoyés en Italie. (voir communiqué du collectif Migrant-e-s Bienvenue 34).

Montpellier. Fachos, pas touche aux solidaires avec les migrants !

 
ATTAQUE RACISTE CONTRE L‘ASSOCIATION RAIH

A MONTPELLIER

 

25 juillet : à suivre

Montpellier : le président de la Ligue du Midi interpellé après le saccage de Raih 
L'association Raih (Réseau accueil insertion Hérault) avait été saccagée le 30 juin dernier par des militants de la Ligue du Midi dont les Roudier père et fils.

12 juillet

Saccage des locaux par la Ligue du Midi : "Ces actes, on ne les tolère pas" 

-----------------------

  Vendredi 30 juin, l’association Réseau Accueil Insertion Hérault (RAIH) de Montpellier qui s’occupe de l’accueil des Mineurs Isolés Etrangers, a été victime d’une agression minable de la part d’une organisation d’extrême droite, la Ligue du Midi.


Travail ... La sociologie, chez Bourdieu, est un sport de combat ...


 ... et une théorie de l'action. Après lecture de ces lignes, tous et toutes bourdieusien-nes, préparons-nous à passer aux travaux pratiques-politiques !
 
 Soudeur, auxiliaire de vie, guichetière, chauffeur… En Europe, les classes populaires ont connu d’importants bouleversements. De Londres à Bucarest, elles sont les grandes perdantes de la crise. En France, la vie des salariés modestes reste peu connue des professionnels de la politique, qui les tiennent souvent pour une masse grise dont il faut plaindre le sort pour gagner les suffrages. 

lundi 24 juillet 2017

Hérault. La République exemplaire de Macron...


 ... sait prendre des vacances !

Question : un homme de terrain (tellement qu'il en est très fatigué) qui sèche l'Assemblée nationale, pourquoi faut-il qu'il soit député ?

 

dimanche 23 juillet 2017

Montpellier. Le passe-temps estival d'un préfet Macron-Philippe-jolis discours...

... pourrir la vie des migrants

 

23 juillet : Ciné. Migrants, retour d'enfer 

 

Le gouvernement n'oublie pas les Roms : Et revoilà les OQTF! 

 

Montpellier. Rassemblement devant la préfecture le lundi 24 juillet à 17h

Le collectif migrants bienvenue 34 communique 

 

Mais que fait la préfecture ?

 

À Montpellier, six Soudanais en procédure « Dublin » se sont vus remettre ce 18 juillet, à la Préfecture de l’Hérault, un arrêté d’assignation à résidence. Ces jeunes hommes hébergés au CAO – Centre d’accueil et d’orientation – de Montpellier devront désormais « pointer » tous les jours de la semaine à l’Hôtel de police « muni de leurs effets personnels ». Ces six demandeurs d’asile vont devoir, chaque jour ouvrable, marcher depuis le CAO jusqu’à l’Hotel de Police donc faire plus de 30mn de trajet, pour se présenter à 16h00 au 256 de la rue du Comte de Melgueil – avec leur baluchon, sous la chaleur !

vendredi 21 juillet 2017

Universités en galère : le gouvernement en rajoute...



... en supprimant 331 millions.
Des milliers d'"avec bac" se retrouvent "sans fac". 
La cerise macronienne sur ce gâteau indigeste : la généralisation de la sélection (déjà en place en master) !
A Montpellier, à l'UFR STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives), ce sont près de 300 néobachelièr-es qui ont été refusé-es. A quelques centaines de mètres de là, à Montpellier 3 Paul Valéry (lettres, sciences humaines et sociales, langues et arts), ils/elles sont près de 110 en attente d'inscription, en particulier en Sciences de l'Education et en Sciences Sanitaires et Sociales qui affichent complet. Le vice-président de cette fac lâche le morceau : "nous n'avons pas les moyens de prendre plus d'étudiants. On n'a pas assez d'enseignants chercheurs et on ne peut pas pousser les murs. Il ne faut pas s'étonner que les universités craquent" (source La Gazette de Montpellier, 20-26 juillet 2017).


mercredi 19 juillet 2017

Point de vue. Mélenchon en son oxymore "clair obscur" de l'Etat...


 ... des insoumis-es ! (Antoine)



Dans le débat qu'il faut avoir avec ceux et celles qui se reconnaissent, en tout ou partie, dans la France Insoumise, il n'est pas possible, selon moi, d'esquiver ce qui n'apparaît que par intermittence dans les positionnements de Jean-Luc Mélenchon : son rapport à l'Etat, à la République, à la France... Sur ces questions-là, il est de bon ton, chez les insoumis-es qui s'en offusquent (je ne parle pas de ceux/celles qui se refusent à toute prise de distance un minimum critique vis-à-vis des paroles de "l'Insoumis intouchable"), de les relativiser, en fait, de les décrocher de ce qui serait le coeur de la démarche insoumise, à savoir les mesures antiaustérité qui affectent immédiatement la vie quotidienne de chacun-e. Le reste, ces thèmes tournant autour de la question de l'Etat, serait marginal, de l'ordre de maniaqueries de quelqu'un qui n'aurait pas encore muté pleinement vers une orientation à part entière populaire. Par où la République, la France, seraient l'indice résiduel d'une rhétorique désuète ou folklorique, anodine en tout cas en regard du reste... essentiel, le social antiaustéritaire. Or, ma position est qu'en réalité l'Etat est le référent problématique qui oeuvre comme en souterrain derrière les invocations mélenchoniennes de la République et de la France, qui oeuvre en retrait, délibérément posé en latence, derrière le discours social qui porte les campagnes électorales mélenchoniennes. 

Vous ne connaissez pas James Baldwin ? Pas de panique, cela peut s'arranger !


 Ciné en noir et noir

 "Pour un noir homosexuel la discrimination sexuelle est « une discrimination de plus » ;  pour un blanc homosexuel, elle est une « anomalie » éprouvée par quelqu’un qui se pensait naturellement au « sommet de la pyramide ». "...

 
Diffusé sur Arte une quinzaine de jours avant sa sortie en salle de cinéma1I am not your Negro, le documentaire de Raoul Peck, a suscité en France, bien au-delà des cercles militants et décoloniaux familiers de ses écrits depuis de nombreuses années, un certain enthousiasme. Le nombre conséquent de papiers élogieux parus dans la presse nationale illustre une attention inhabituelle pour un film documentaire consacré à une figure littéraire et intellectuelle peu connue en France - en dépit de la traduction de plusieurs de ses textes littéraires et essais. Indéniablement, I am not your Negro profite des dynamiques en cours dans les milieux universitaires-militants, où une nouvelle génération plus ouverte aux auteur.e.s anglo-saxon.ne.s redécouvre les travaux de Franz Fanon, C.L.R. James, Angela Davis ou, justement, James Baldwin.

lundi 17 juillet 2017

Netanyahou aux commémorations de la rafle du Vel'd'Hiv'...


"Nous, Juifs français, sommes choqués..."


En quoi ce crime contre l’humanité « franco-français » concerne-t-il un chef d’État étranger ? A quel titre un chef d’État étranger pourrait parler au nom des victimes et de leurs proches ? 

Sauf à considérer que les Juifs français sont des citoyens un peu différents, qu’ils ne sont pas tout à fait Français et doivent être représentés par l’État d’Israël… Curieuse vision de notre République que nous présente-là son nouveau Président.

dimanche 16 juillet 2017

vendredi 14 juillet 2017

C'est l'été, on se délasse (si possible) mais on se décrasse les neurones, ok ?


Les macronnien-nes passé-es au décodeur de leurs enfumages...

Gel des postes dans l’Education nationale, 120 000 suppressions d’emplois par ailleurs, gel du point d’indice, retour du jour de carence en cas d’arrêt maladie... Si on en juge par l’avalanche de mesures annoncées ces derniers jours par le nouvel exécutif, les salariés du secteur public seraient les premiers responsables de la dérive des déficits publics comme du manque de compétitivité de notre économie, avec leurs rémunérations trop élevées et leur nombre qui explose. Pourtant il n’en est rien. 

mercredi 5 juillet 2017

Un président, un gouvernement et un parlement sans légitimité pour une loi travail Medef ...


 Une seule solution : la préparation de la riposte tous et toutes ensemble !


Vous avez dit obligations ? (5ème ordonnance) 

« Le Gouvernement est autorisé à prendre par ordonnances toute mesure relevant du domaine de la loi  » 

Traduction : Une ordonnance sans but général explicite. Mais la première écriture du projet de loi d’habilitation était plus claire : «  Modifier les obligations incombant aux employeurs ». Ce qui signifie alléger les contraintes insupportables imposées aux employeurs.

lundi 3 juillet 2017

Montpellier. Sauramps toujours en lutte

Les salariéEs de Sauramps ne baissent pas les bras !

     Ils/Elles avaient appelé à un rassemblement de soutien devant la librairie du Triangle à Montpellier et nous étions plus de 200 à y avoir répondu ce samedi 1er juillet. Outre les syndicalistes de Solidaires on notait la présence de militantEs de LO, du NPA, du PC de la CGA, des camarades du Front social …et beaucoup d’anonymes venus témoigner leur solidarité.
     "Lire, Penser, Résister", ces quelques mots écrits sur une pancarte tenue par une salariée traduisait bien l’état d’esprit. Après les mobilisations de ces jours derniers et d’aujourd’hui lundi sera une autre échéance : au programme, rendez-vous au cabinet du préfet, et dans la foulée avec le procureur. La demande des salariéEs est simple : obtenir la suspension de la décision du tribunal de commerce de confier leur sort au groupe de libraires « le Furet du Nord » avec à la clef la fermeture du site d’Odysseum et le licenciement de plus de la moitié du personnel. Le jugement rendu est incompréhensible car le dossier de l’autre repreneur potentiel (projet Amétis porté par l’architecte montpelliérain F ; Fontès présentait davantage de garanties sociales et économiques avec la conservation des 3 sites Alès, Triangle et Odysseum.