dimanche 19 mai 2013

FREE ANGELA !

npa 34
Mardi 21 MAI 20h
cinéma Utopia:
CINE- DEBAT FEMINISTE
autour du documentaire
" FREE ANGELA! "
Angela DAVIS
Accusée en 1970 d'avoir organisé une tentative d’évasion et une prise d’otage qui se soldera par la mort d’un juge californien et de 4 détenus, Angela devient la femme la plus recherchée des Etats-Unis. Arrêtée, emprisonnée, jugée, condamnée à mort, elle sera libérée faute de preuve et sous la pression des comités de soutien internationaux dont le slogan est FREE ANGELA !
Devenue un symbole de la lutte contre toutes les formes d’oppression : raciale, politique, sociale et sexuelle, Angela Davis incarne, dans les années 70, le « Power to People ». Avec sa coupe de cheveux « boule » et sa superbe silhouette elle lancera, malgré elle, la mode « afro », reprise à cette époque par des millions de jeunes gens.
Quarante ans plus tard, à l’occasion de l’anniversaire de l’acquittement d’Angela Davis, Shola Lynch, avec Free Angela, revient sur cette période cruciale de la deuxième partie du XXe siècle.
Toujours engagée, militante abolitionniste, l’icône Angela continue le combat.
Power to people !

Free Angela and all political prisoners




Documentaire réalisé par Shola Lynch 2011 
     
     A ceux qui  déplorent l'absence d'ancrage biographique (ce que fut Angela  jeune par exemple). je   répondrai que ce documentaire n'est pas un biopic. Il s'ouvre sur la "condamnation" d'Angela Davis en août 1970 (on avait  soi-disant toutes les raisons de la désigner complice de    meurtres...); puis en un long flash back la réalisatrice met en évidence tout ce qui a précédé cette accusation, soit les "raisons inavouées" -l'ostracisme dont fut victime la jeune professeur  militante, son renvoi de San Diego par le gouverneur Reagan "une Noire communiste" quelle horreur! entre autres-, avant de s'intéresser à la captivité puis au procès. En outre le titre "free    Angela" renvoie aux slogans scandés par les manifestants défilant aux USA mais aussi en Europe réclamant la libération de celle    qui était devenue une icône. Enfin le choix de la date n'est pas anodin: le documentaire salue, en le fêtan,t l'anniversaire de l'acquittement (soit 40 ans). 

Ces réponses valent aussi pour ceux qui reprochent à la réalisatrice d'avoir privilégié  l'aspect iconique d'Angela au    détriment du politique (prétendu "parent pauvre" de son film)


Sur un rythme soutenu parfois "échevelé", le documentaire  mêle  interviews récentes d'Angela et des  acteurs témoins (sa soeur, des ami(e)s, avocats) et  images d'archives (la jeune Angela haranguant des foules enthousiastes, Hoover du contre-espionnage au FBI -qui avait participé    aussi au meurtre de Martin Luther King-, Nixon, un  Kennedy, Marcuse, Genet, etc.); de gros plans sur le visage d'Angela en (avec ou sans son "casque" africain), sur celui    de George Jackson, sur des phrases extraites de documents d'époque...
Les paroles récentes d'Angela jouent ainsi le rôle de commentaires ou de "contrepoint" (et l'Histoire tordra    le cou aux propos comminatoires de  Nixon); à (presque) 70 ans Angela poursuit le combat!!
Un documentaire à ne pas rater!

free Angela and all political prisoners