Montpellier. Mardi 23 avril, 19 h, Pas de Comédie pour l'homophobie !

 

Communiqué du NPA 34


Les agressions homophobes de ces derniers jours, notamment à Paris, Lille et Bordeaux, démontrent une fois de plus comment la parole et les actes se libèrent. Depuis des jours, les responsables UMP mêlent leurs voix à celles de l'extrême droite appelant à la violence, légitimant de fait les actes homophobes. 

Aujourd'hui, la peur gagne les lesbiennes, gays, trans, leurs proches et soutiens, devant ce déferlement de violences et de menaces. Nous vivons une régression historique que l'extrême droite et toutes les forces réactionnaires du pays attisent.
Pour s'opposer à tous les homophobles, et affirmer notre volonté d'imposer l'égalité des droits pour toutes et tous, le NPA 34 appelle à participer massivement au rassemblement organisé par la LGP Montpellier Languedoc-Roussillon prévu mardi 23 avril à 19h place de la Comédie à Montpellier, près de l'Office du Tourisme.
Nous y défendrons, en plus de l'égalité des droits pour toutes les minorités, la PMA pour toutes et le changement d'état civil pour les trans, non prévus par le projet de loi.

 APPEL

Rassemblement mardi 23 avril à 19h
Place de la Comédie (proche Office de Tourisme)

« Pas de « Comédie » pour l’homophobie, en route vers l’égalité ! »

La Lesbian & Gay Pride Montpellier Languedoc-Roussillon et l’ensemble de ses partenaires associatifs appellent à se rassembler mardi 23 avril à 19h Place de la Comédie (proche Office de Tourisme).

Ce rassemblement fait suite au climat délétère qui règne sur la France depuis plusieurs mois et qui a franchi un cap dans la surenchère haineuse dont sont victimes les LGBT (Lesbienne, Gay Bi, Trans). Aussi nous tenons à dénoncer la radicalisation des actions conduites par la « manif pour tous » associée à des mouvements extrémistes. La discrimination n’a pas de place dans le débat démocratique ni dans notre République. Ce rassemblement est également placé sous le signe de la solidarité envers les personnes agressées ces derniers jours et les établissements vandalisés.

Nous refusons que notre pays soit otage de groupes violents et fascisants, homophobes, lesbophobes, transphobes, sexistes, racistes, islamophobes et antisémites et rejetons avec la plus grande fermeté toutes les violences et menaces qui se multiplient à l'encontre des LGBT. 

Face au front anti-républicain et extrémiste actuel dont la lutte consiste à dresser les citoyens les uns contre les autres, à hiérarchiser la population française en confisquant l’égalité des droits à laquelle elle aspire sans que, pour autant, cela n’enlève rien à celles et ceux qui en bénéficient déjà, nous disons STOP !

Ce rassemblement sera aussi l’occasion de saluer le vote définitif de la loi sur le mariage pour tous et l’adoption qui se sera déroulée le 23 avril à l’Assemblée Nationale, lors de la seconde lecture du texte. La France avance, l’élan citoyen est en marche pour ouvrir le chemin de l’égalité à toutes et tous !

La Lesbian & Gay Pride Montpellier LR et ses partenaires associatifs : AIDES, Amnesty International, Amélie Deux Ailes, ANGEL, APGL, Chemin des Cimes, CCH, Demain Sera Meilleur, Eglise MCC, HES, L’Autre Cercle, Le Refuge, LMDE, Planning Familial 34, Rando’s Midi, SIS, SNEG, SOS Homophobie, UL CGT, UNEF, etc., appellent donc à manifester massivement contre l’homophobie et pour l'égalité des droits !


 « Pas de « Comédie » pour l’homophobie, en route vers l’égalité ! »

Mardi 23 avril à Montpellier : Place de la Comédie à 19h (proche Office de Tourisme).

Nous avons besoin de vous et comptons sur toutes et tous !


Solidairement,


La Lesbian & Gay Pride Montpellier LR et l’ensemble du collectif associatif.

Sur Midi Libre 


Lu sur le site national du NPA

Pour l’Égalité, contre l’homophobie, Rassemblement dimanche 21 avril à Bastille

Act Up-Paris appelle à un rassemblement ce dimanche 21 avril 2013 à 15h à Paris, place de la Bastille.
Face au déferlement de haine qui s’abat sur l’ensemble des gouines, des trans, des biEs, des pédés, nous réclamons l’égalité des droits.


L’homophobie n’est pas une opinion
21879_image.jpg
 Depuis plusieurs mois, on assiste à une légitimation de l’homophobie par le débat autour du « mariage pour tous ». De la part des opposantEs, ce débat laisse penser qu’il est possible et même acceptable de défendre une discrimination légale à l’encontre d’une catégorie de la population, avec des arguments essentialistes sexistes, ou religieux (car sur ce sujet, il semble que la fameuse « laïcité républicaine » ne s’applique pas…).

La conséquence concrète de cette libération de la parole homophobe en France, dans les médias et dans la rue, c’est l’explosion des appels reçus par la ligne d’écoute de SOS Homophobie. Le harcèlement psychologique subi par les lesbiennes et les gays, avec des injures collées sur les murs et en prime time à la télé, n’a pourtant pas provoqué de violences de leur côté. Les manifs pour l’égalité des droits sont restées joyeuses et positives.


On ne peut pas en dire autant du camp de la haine, qui après les violences contre les Femen en novembre, ont, il y a quelques jours, saccagé la devanture du Printemps des associations LGBT, événement annuel de l’inter-LGBT, et passé à tabac deux couples homosexuels. Le groupuscule d'extrême droite, le GUD, a également édité des visuels appelant à des agressions homophobes en marge des Marches des fiertés à venir.


Réactions contre la réaction !

Lancée par Act-Up, la réaction a pris la forme mercredi 10 avril d’un rassemblement de masse à Paris contre l’homophobie. Avec une place de l’Hôtel-de-Ville noire de monde (5 000 personnes), preuve a été faite qu’il est possible de mobiliser massivement et très rapidement sur le sujet, puisque l’appel n’était sorti que l’avant-veille.


Mais, face à ces violences, il ne suffira pas de rassemblements de réaction. Il faut développer, dans le mouvement LGBT et au-delà, l’autodéfense et la protection collective. Seule la solidarité active de notre camp social pourra constituer un réel barrage à la vague homophobe qui s’abat sur le pays, avec l’indulgence de ce gouvernement.


Chloé Moindreau

L'article sur le site du NPA 

A lire aussi
  


Édito NPA : Marionnettes et stratégie des tensions