Camarade président ? Derrière la boutade, un vrai problème politique...


Billet d'humeur

Pour L'Humanité (du 16 mai),  Hollande reste, malgré tout, un camarade ! Il ne tient certes pas la route mais il suffirait de lui faire retrouver (?) le droit chemin...



... C'est à cette tâche ardue et bien ingrate que s'attelle le PCF depuis le début du quinquennat. Mais Hollande est un camarade rétif à modifier son cap comme le confirment sa dernière conférence de presse toute badigeonnée du social-libéralisme le plus crasse et sa volonté d'aggraver la réforme sarkozyenne des retraites via...le "dialogue social" ! Comme il va de soi que l'on ne peut décemment pas combattre un camarade, ledit camarade utilise toute la largeur que lui ouvre la ... fausse-vraie autoroute du refus d'engager le fer avec lui ("La marque de fabrique du Front de gauche ne peut pas être celle de l’opposition" Pierre Laurent)... (1)

Au NPA on pense que, pour ce qui est de la fausse route, c'est le PCF qui, par son entêtement à vouloir rassembler "la" gauche à coup d'incantatoires appels à redresser la direction, engage les salariés en lutte dans une impasse politique ...Car viser à l'unité avec les "camarades" socialistes, c'est donner une prime à leur stratégie, toute en constance, de division et de démoralisation des travailleurs !

Il faut donc prendre les mots au mot et ne plus couper les cheveux en quatre : s'il y a fausse route, il n'y a pas de "camarade" qui tienne et il n'y a qu'une voie qui soit conforme au monde du travail agressé. Celle qui ne triche pas avec les étiquettes politiques-politiciennes et part d'un principe simple : qui attaque les salariés, les sans-travail et les hors travail, est leur ennemi et suit la même voie antipopulaire, en roulant à gauche pour donner le change, que la droite ! Et, face à des ennemis, on travaille à unir son camp pour s'opposer à eux et leur imposer une ... retraite en rase campagne ! En leur fléchant le chemin : la sortie, c'est la première à droite...

On commence, camarades, par la défense des retraites et une bataille pour le retour aux 60 ans, 37,5%, 75% ? C'est tout droit, voie de gauche ! Pour de bon !

Antoine-dépourvu d'Humanité camaradesque 

(1) Certains au Front de Gauche, comme dans les Pyrénées Orientales, n'hésitent pas à user des plus vertigineuses acrobaties politiques pour exprimer leur refus de la politique gouvernementale et leur volonté d'aider le même gouvernement. En somme contre lui-même...  : Le Front de gauche souhaite soutenir le gouvernement pour "sauver la gauche"

A lire aussi 
  

Nos dossiers
 
 NPA 34, NPA