Gard. La CPAM finit-elle d'enfoncer un délégué syndical en butte à la répression patronale ?



 Nîmes : des salariés d’Haribo envahissent la Sécu
CATHY ROCHER Midi Libre 07/05/2013

Une trentaine de personnes et de syndicalistes ont accompagné Katy Jolbert. 
Une trentaine de personnes et de syndicalistes ont accompagné Katy Jolbert. (C. R.)
Les salariés sont venus apporter leur soutien à Jean-Christophe Jolbert, en arrêt de travail

Jean-Christophe Jolbert, salarié et élu CGT en butte avec sa direction à l’usine Haribo d’Uzès, n’a toujours pas repris le travail. Licencié "injustement", selon ses camarades de la CGT, pour fautes graves puis en voie d’être réintégré suite à une décision de l’inspection du travail (qui a rejeté la demande de licenciement pour fautes graves), l’employé est, d’après ses collègues, épuisé moralement, physiquement et dans une situation financière difficile.

L’avis du médecin-conseil de la CPAM (Caisse primaire d’assurances maladie) qui a décidé que son état de santé ne justifiait pas un arrêt de travail a donc provoqué la colère des syndicalistes. "Jean-Christophe Jolbert a donc déposé un recours et réclame une expertise que nous attendons toujours, s’insurge Jérôme Maurin, représentant CGT Haribo. Ses indemnités ne lui sont plus versées depuis le 1er avril.

Rencontre avec le directeur de la CPAM

Hier, vers 13 h 30, Katy, l’épouse de Jean-Christophe Jolbert, accompagnée d’une délégation de syndicalistes de la CGT, a rencontré le directeur de la CPAM et le responsable des médecins conseils. "Mon mari veut reprendre le travail mais on aimerait qu’il obtienne un poste aménagé. Il est actuellement dépressif", explique Katy Jolbert. "La direction d’Haribo ne veut pas nous entendre, déclare Jérôme Maurin de la CGT. Et on a l’impression qu’elle se complaît dans cette situation."

"Nous sommes là dans une situation relativement classique, constate Christian Fathoux, directeur de la CPAM. Malheureusement, nous avons beaucoup de personnes qui se trouvent dans la même situation lorsqu’elles prennent le risque de déposer un recours. La caisse peut leur débloquer une somme de 100 à 300 € en attendant." L’expertise pourrait avoir lieu dans une quinzaine de jours. Un rendez-vous est prévu demain avec l’assistance sociale de la CPAM.

L'article sur le site de Midi Libre 

A lire aussi 

Gard. Haribo: riposte contre la répression antisyndicale... 

Le NPA avec le syndicaliste de Haribo menacé de licenciement


Haribo (Uzès) : le « confiseur voyou »

  
Décidément, Haribo (à Uzès dans le Gard) et ses patrons locaux et allemands – groupe racheté il y a quelques années – continuent à faire parler d’eux. Après « l’affaire Jean-Christophe » et le désaveu par la direction du travail qui les a obligés à faire marche arrière (voir Tout est à nous n°178), voilà qu’ils remettent ça en refusant de payer aux travailleurs la totalité de la prime de production annuelle (environ 3 000 euros) pour l'année 2012. [...]

Les salariés ne veulent pas lâcher le moins du monde, la grève se poursuit et les négociations se sont ouvertes lundi 18 mars. Ils savent aussi qu’ils peuvent compter sur le soutien inconditionnel du NPA

Nos dossiers

 NPA 34, NPA