Vidéo. Christine Boutin : son mariage "incestueux" (1) c'est autrement mieux que le mariage gay !

 
 30 mai : "La situation maritale de Christine Boutin est licite mais..."

"Ça ne vous dérange pas, Madame Boutin, de vous immiscer dans la vie privée des homosexuels ?"


(1) Dire de ce mariage consanguin qu’il est constitutif d’un inceste serait une diffamation, puisque l’accuser d’avoir commis un inceste serait attentatoire à son honneur et sa réputation.

L’inceste se définit en effet comme une relation consanguine prohibée. Or, si le Code civil interdit les relations consanguines jusqu’au 3e degré (parents, frères, tante, neveu), il ne l’interdit plus à partir du 4e, qui inclut le rapport "cousins germains".

Dès lors, en droit français (c’est aussi le cas en Belgique notamment), la situation maritale de Christine Boutin est licite. Juridiquement, donc, si elle reste "consanguine", elle n’est pas "incestueuse".

En revanche, en droit canon (religieux), les mariages consanguins sont interdits jusqu’au 4e degré inclus. Pour se marier avec son cousin devant Dieu, il faut une autorisation spéciale du Pape. Faute d’autorisation, c’est interdit. Le braver serait donc constitutif d’un inceste religieux.

Or, en l’espèce, si Madame Boutin est bien mariée civilement, elle n’établit pas avoir obtenu cet aval papal. Elle n’est donc pas mariée religieusement avec son cousin, et vivrait donc, à ce titre, dans le pêché.


Voir aussi

 Dérapage homophobe : "Un papa, des roustons, une maman, des nichons"
 NPA 34, NPA