Daniel Villanova le dit : avec le gaz de schiste, faut pas rigoler !

   
 Avec Daniel Villanova, Bourougnan part en guerre contre le gaz de schiste

L. T. Midi Libre18/07/2013
 
 Daniel Villanova campe à nouveau Lucette, Raymond, Jean-Charles... (© D.R) 
 
Chaque jeudi soir de l'été, l'humoriste présente son nouveau spectacle à l'Illustre Théâtre, à Pézenas. Un réquisitoire contre le gaz de schiste. Avec une arme infaillible : l'humour.

Le petit village (fictif) de Bourougnan s’agite à nouveau. Et si les personnages inventés jadis par l’humoriste héraultais Daniel Villanova - Lucette, Raymond, Paquita, Jean-Charles et les autres -, s’avèrent toujours aussi truculents, le rire sert d’arme, dans ce nouveau spectacle, contre les projets d’exploration de gaz de schiste qui touchent une grande partie du territoire.

No Gazaran !

Si Daniel Villanova s’est toujours montré mordant à l’encontre du pouvoir en place, distillant quelques piques çà et là, notamment en 2011 dans Jean-Charles Président qui constituait même un réquisitoire contre Nicolas Sarkozy, il se fait cette fois carrément militant. Comme l’indique le titre, No Gazaran, joué chaque jeudi soir (à 21 h), cet été, à l’Illustre théâtre de Pézenas. "C’est la première fois que je traite un sujet d’actualité aussi brûlant", avait admis l’artiste avant la première, fin juin à Sète. Ajoutant que ce nouveau one-man-show est aussi "un appel aux Languedociens à se réveiller et défendre ce beau pays".

Ceux de Bourougnan sont en tout cas en émoi, lorsque survient une entreprise chargée d’explorer le sous-sol du village par le procédé de fracturation, pour trouver du gaz de schiste. Il y a ceux qui n’y sont pas opposés, par exemple le frère de Lucette qui y voit l’occasion de vendre ses vignes à prix d’or... Et il y a tous les autres qui n’ont pas envie de voir leur quotidien bouleversé. À commencer par Jean-Charles, "un esprit libre, un trublion", qui va prendre la tête du mouvement de contestation.

Deux heures de spectacle bien rythmées

Car très vite, les habitants du village vont se retrouver sens dessus dessous, sitôt le travail d’exploration débuté. Lucette voit François Hollande traverser le village au volant d’un camion en pleine nuit. Paquita est obligée de grimper sur un derrick de 100 mètres de haut pour amener son fils à l’école. Robert est convoqué à la gendarmerie pour avoir roulé à 150 km/h dans les rues du village avec son tracteur... Mais que diable se passe-t-il ? Troubles psychiques ? Hallucinations ? C’est Jean-Charles qui lèvera le mystère au bout de deux heures d’un spectacle très dense et bien rythmé. Et si la deuxième partie se révèle un peu moins drôle que la première, elle se fait tout aussi percutante, toujours plus militante, dénonçant l’attitude des tout-puissants. No gazaran !



 Cliquer sur la première image pour dérouler le diaporama


 

 


Illustrations par capture d'images de la vidéo

 A lire aussi


Notes d'introduction à l'article du Monde "Montebourg : un opposant farouche (re)devenu partisan des gaz de schiste" 



 Nos dossiers

NPA 34, NPA