Perpignan. Un cas d'école : un élu d'alternative peut-il jouer ... le PS (les tribunaux et le Préfet !) contre des grévistes ?


Conseil général 66 : le PCF fait le sale boulot du PS


15407_image.jpg
  Le 13 juin, les chauffeurs de bus du Conseil général des Pyrénées-Orientales (CG66) se mettaient en grève pour leur salaire, la reconnaissance de leur ancienneté, leurs conditions de travail. Un ras-le-bol face au mépris et au favoritisme avec lesquels leurs employeurs – une majorité « de gauche » à participation PCF – gèrent leur personnel et mettent en œuvre l’austérité.

Un jeune chauffeur expliquait ainsi comment, après l’absorption de sa boîte par le CG66, il s’est retrouvé avec un contrat encore plus précaire – passant d’un salaire mensuel de 1200 à 475 euros pour (sur)vivre, lui et sa famille… L’austérité « de gauche » en action !

Les grévistes ont occupé les dépôts pour faire céder un CG66 dont la gestion n’a rien à envier à la droite. La présidente PS du CG, Mme Malherbe, retrouva même les accents de la patronne de choc du Medef pour déclarer la grève « irresponsable », et dénoncer la « prise en otage des usagers ».



Les mains dans le cambouis ?

Plus honteux encore, le soutien que Jean-Louis Alvarez, élu PCF-Front de gauche au CG66 et président de la commission transport, a apporté à… Mme Malherbe contre les revendications des grévistes : « Nous proposons une augmentation de salaire de 1, 2%, eux demandent 2%. Nous ne pouvons pas faire plus, sachant que l’année dernière nous avions accordé une hausse de 2, 6% (…). Les syndicats veulent que nous prenions en compte l’ancienneté au sein de la régie, nous refusons » (l’Indépendant du 14 juin). La participation à des majorités avec le PS mène inéluctablement à faire son sale boulot, à justifier et mettre en œuvre l’austérité contre les salariés.


Malgré le soutien apporté par l’UD CGT à la grève, sous la pression de l’élu PCF exigeant la fin du blocage des dépôts, le responsable de la section CGT appela à suspendre la grève pour aller négocier… Résultat des négociations : un accord pour que soit nommé… un médiateur ! Un cassage de grève en bonne et due forme. Le tout sur fond de manœuvres entre PS et PCF en vue des municipales de 2014…


Correspondant

L'article sur le site national du NPA 

Le conseil général prêt à saisir la justice pour débloquer les dépôts... (La Dépêche)  : instructif ballet de faux-culs de droite et de gauche, avec "un prix spécial méthodes patronales" à celle-ci qui n'hésitait pas à brandir la menace d'en appeler aux tribunaux et au Préfet pour casser la grève. Heureusement "d'ailleurs [que] l'élu en charge de la régie n'est pas au PS mais au PC !" (la maire socialiste !)

A lire aussi 

tean-2-elus-anti-capita642.jpg

Elus locaux du NPA : petits mais costauds !
NPA 34, NPA