Hérault. "Quatre demandeurs d’emploi sur dix sont inscrits depuis plus d’un an"




Le surplace de l’économie dans l'Hérault
KARIM MAOUDJ Midi Libre 31/07/2013

"La légère croissance de l’emploi ne permet pas de compenser la progression du chômage".

"La légère croissance de l’emploi ne permet pas de compenser la progression du chômage". (D. R.)


L'Insee vient de publier une note de conjoncture du premier trimestre concernant le département de l'Hérault.

L’activité économique continue inexorablement de faire du surplace dans l’Hérault. C’est le constat que fait l’Insee Languedoc-Roussillon au travers d’une note de conjoncture concernant le premier trimestre 2013. Et même si le second trimestre a donné "quelques signes de frémissement", la situation économique reste difficile. Et l’emploi n’est pas le dernier des indicateurs. "Au premier trimestre, l’emploi salarié dans les services marchands non agricoles augmente de près de 100 postes dans l’Hérault. Cette très légère progression fait suite à deux trimestres de baisse et une année 2012 qui s’était soldée par la perte d’environ 1 300 emplois", explique Francis Vennat, directeur régional de l’Insee.


15 % de la population active est au chômage

Pour autant, cette "pause" dans les destructions d’emplois est contrastée. L’emploi intérimaire a, au premier trimestre de cette année, "perdu 500 postes", tandis que les créations nettes de contrats CDD et CDI "augmentent de 600 postes". Hors intérim, c’est dans les services marchands que l’emploi augmente de manière la plus nette (+ 600 postes), plus particulièrement dans le secteur de l’hébergement-restauration, "suite à une bonne fréquentation touristique au mois de mars".

L’Insee, qui a également bénéficié de la contribution d’autres directions de l’État, comme la Direccte, la Banque de France, la Dreal et Pôle emploi, tempère néanmoins ce frémissement de l’emploi. Comme le rappelle encore Francis Vennat, "la très légère croissance de l’emploi ne permet pas de compenser la progression du chômage". Car, comme la situation nationale ou encore le constat régional, dans l’Hérault, le chômage a augmenté de 0,3 % au premier trimestre. "Désormais, dans le département, 15 % de la population active est au chômage. C’est le plus fort taux depuis 2000." L’Hérault étant "le deuxième département métropolitain, après les Pyrénées-Orientales et devant l’Aisne, à subir le plus fort taux de chômage".

"Quatre demandeurs d’emploi sur dix sont inscrits depuis plus d’un an"

Le point le plus noir reste le chômage de longue durée. "Quatre demandeurs d’emploi sur dix sont inscrits depuis plus d’un an. Le nombre de chômeurs de longue durée est en forte augmentation depuis le début de la crise. Sur le premier trimestre, il a progressé de près de 6 %, signe des difficultés accrues pour sortir du chômage, notamment lorsqu’on recherche un emploi depuis longtemps."

Concernant le second trimestre, un apaisement sur le plan économique semble se dessiner. "Les acteurs de l’analyse économique s’accordent pour relever quelques signes de frémissement", commente Francis Vennat. Ainsi, la Direction régionale des finances publiques "enregistre une légère progression des chiffres d’affaires des entreprises soumises à la TVA". Pôle emploi note, de son côté, "une légère croissance de l’intérim en avril, avec une légère reprise du taux de recours dans le secteur de la construction qui fait écho à l’arrêt, qui reste à confirmer, de la chute des mises en chantier de logements".

L'article sur le site de Midi Libre

La note trimestrielle de conjoncture régionale de l'Insee Languedoc-Roussillon 

Languedoc-Roussillon : nos villes sont pauvres
 
Les revenus moyens annuels dans les villes du Languedoc-Roussillon font partie des plus faibles de France. 
 
"Depuis 10 ans le taux de départ en vacances n'a plus progressé" 

  
 NPA 34, NPA