Toulouse. Les "indignés" de Sanofi à la rencontre des habitants et des touristes...


Sanofi met encore la pression
La Dépêche 14/08/2013 

Opération tractage et pédagogie à la sortie du métro Jean-Jaurès. / Photo DDM, Michel Viala

«Non merci, c’est gentil, mais ça ne m’intéresse pas !» Pour contrer les remarques toutes faites des passants au sortir du métro, les salariés en grève de Sanofi ne manquent ni d’imagination ni de pédagogie. «Mais monsieur, oui, cela vous intéresse, vous n’avez jamais consommé de médicaments peut-être ?» 

Et les passants pressés de marquer le pas et d’écouter (un peu) le discours des Sanofi, dont c’était hier déjà le 7e «mardi de l’indignation». En se positionnant cette fois place Wilson (de la sortie du métro Jean-Jaurès jusqu’au carrousel de la place), les «indignés» avaient pour but de capter le plus de monde possible, y compris les touristes de passage, un peu comme voilà quinze jours sur la place du Capitole. La semaine dernière, les Sanofi inauguraient non loin de leur usine de la route d’Espagne, le «rond-point des emplois supprimés» avec, cerise sur le gâteau, les panneaux des sites menacés ou déjà supprimés par la direction nationale de Sanofi.
 
Invariablement, les salariés rappellent que leur employeur constitue le 1er laboratoire pharmaceutique français et que ce sont 50 milliards d’euros de bénéfices qui ont été cumulés ces six dernières années, encore plus de 8 milliards en 2012 ! Ils ne veulent pas assommer le public de chiffres, mais ils indiquent juste qu’au niveau toulousain, sur les 610 postes en contrat à durée indéterminée, environ 370 seraient externalisés vers trois «start-up» (des jeunes entreprises à fort potentiel de croissance), dont les emplois ne seraient pas garantis dans le temps… Une soixantaine d’emplois serait en outre supprimée et des familles seraient contraintes à la délocalisation.

«La direction est tantôt évasive, tantôt silencieuse, sur le plan de restructuration, et nous n’avons aucune garantie sur l’avenir», répétaient hier encore les représentants de l’Intersyndicale SUD et CGT, promettant de se retrouver très vite pour un 8e «mardi de l’indignation».
Xavier Hurtevent

Sur l'agenda de la lutte... 

 Cliquer sur l'image pour agrandir

 
A lire aussi
 
Les Sanofi ne lâchent rien !
 

Distribution de tracts au Capitole./ Photo DDm, Nathalie Saint-Affre


Nos dossiers
 NPA 34, NPA