Trappes. "Il est étonnant que ça n’explose pas plus souvent..."



Trappes : « Le gouvernement a choisi de répondre à la révolte sociale par la répression plutôt que de s’attaquer aux causes de la misère »



Trappes 2 DR.jpg
Quelles sont les difficultés sociales auxquelles tu es confrontée dans ton travail à Trappes ?

Guilaine  : Les habitantEs de Trappes vivent les mêmes conditions de vie que la majorité de la population. Leur enfer est celui vécu dans les quartiers populaires : s'épuiser à chercher du travail ou en menant de front plusieurs boulots précaires chez des employeurs différents, tenter de régler les factures, effectuer des démarches administratives devenues chaque jour plus complexes, résoudre les problèmes familiaux et éducatifs avec leurs enfants... 


Parmi les plus exposéEs, les femmes seules ou les sans papierEs se débattent dans un cumul de difficultés. Cette misère pèse aussi sur les jeunes. La plupart tentent de s'insérer, avec beaucoup de difficultés. Certains sortent du système scolaire sans aucun diplôme. D'autres, qui arrivent à s'accrocher scolairement, sont obligés de quitter leurs parents très tôt et de s'autonomiser, vivre en foyer ou du bizness pour s'en sortir. Les obstacles sont nombreux, et plus difficiles à franchir quand on est pauvre !


Quel est la responsabilité de la politique municipale dans cette situation ?

Didier  : La liste d’attente en logement sociaux sur Trappes est d’environ 5 ans... Le coût d’un loyer dit HLM est quasiment le même que dans le privé. La population de Trappes est la plus pauvre de toutes les communes de la ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines et les prestations municipales les plus chères. Cherchez l’erreur ! Il y a aussi un manque de places en crèche. Autrefois très actif, le tissu associatif est aujourd’hui en difficulté, à cause de la politique de l’équipe actuelle qui taille à la hache les subventions. Le maire PS, qui s’est fait élire par un électorat votant à gauche, applique une politique « de droite ». Bien qu’élu au premier tour, il ne l’a été que par un quart des électeurs inscrits, avec un taux d’abstention de 50 %. Les quartiers en difficultés se sont le plus abstenus. Le maire dirige la ville sans toujours tenir compte des avis et des besoins de sa population. Dernier exemple en date : la mise en place à marche forcée des nouveaux rythmes scolaires dès la prochaine rentrée, malgré l'opposition des parents d'élèves et des équipes pédagogiques.

Les derniers événements étaient-ils prévisibles ?


Guilaine  : Bien évidemment oui ! Face à la galère, l'obscénité des richesses affichées par les capitalistes et les exemples donnés par les politiciens sont des modèles désespérants. Aucune possibilité pour les jeunes de se projeter dans l'avenir. Cette explosion correspond à des réactions de ras-le-bol, dans un contexte de ramadan et de contrôles au faciès. De Sarko à Valls, pas de changement !


Didier : Compte tenu des problèmes, il est même étonnant que ça n’explose pas plus souvent. Les groupuscules religieux fanatiques cherchent à surfer sur la vague de la misère en profitant du vide créé par les services de l’État qui a laissé faire, et la municipalité avec, pensant acheter une relative paix sociale.

Comment la population de cette ville perçoit cette situation (avant et depuis les affrontements) selon les éléments que vous en avez ?


Guilaine : Se débattre tous les jours avec ses problèmes demande beaucoup de temps et d'énergie. Cela laisse peu de temps pour caillasser des commissariats de police ou casser des abri-bus. Ceux qui parlent, et c'est sans doute la majorité, déplorent ce type d'actions voire les dénoncent. Ils attendent plutôt des solutions concrètes à leurs problèmes. Ils se sentent laissés à l'abandon depuis des années. Un signe qui ne trompe pas : l'année dernière, Philippe Poutou a été très bien accueilli au marché de Trappes. Les habitantEs demandent de véritables mesures sociales, comme le droit à l'emploi, l'accès au logement, à la santé, à l'éducation, aux loisirs.


Didier : Les victimes sont nombreuses. Les jeunes, déjà discriminés, vont l’être encore plus dans leur recherche d’emploi. Le gouvernement va trouver prétexte à durcir sa répression car il a choisi de répondre à la révolte sociale par la répression plutôt que de s’attaquer aux causes de la misère.

Propos recueillis par Cathy Billard

Trappes (29 400 habitants) est une des six communes de la ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines. En 2012, le taux de chômage y était de 15, 8 % et 62 % des jeunes sont sans diplôme ou ont un diplôme inférieur au bac. À l'élection présidentielle de 2012, Hollande avait obtenu 77 %, Sarkozy 23 %, et l'abstention avait été de 23, 6 %.


Trois jours après le contrôle de la jeune femme portant le niqab, la ville est redevenue calme comme avant les événements surmédiatisés. Le niqab, un masque pour cacher le malaise social qui s'aggrave depuis de nombreuses années. Un vieux trappiste déclare : « L'islam n'est pas à l'origine de cette révolte de la population, mais sans aucun doute le manque de vision d'avenir et l'agressivité quotidienne de la police vis-à-vis des jeunes. »


La population jeune subit la crise de plein fouet : un chômage important et des problèmes pour se loger. La ville est livrée aux promoteurs par le maire PS et la prétendue « rénovation urbaine » (des digicodes, des kilomètres de grilles autour des squares) répond aux normes d'architecture sécuritaire et les camionnettes de CRS ont repris leurs rondes...


La jeunesse est profondément déçue et en colère, mais c'est une grande partie de la population qui est touchée : impôts parmi les plus chers de la ville nouvelle, une vie associative bien affaiblie... C'est la mosquée ou l'Union des musulmans de Trappes qui créent aujourd'hui du lien social dans les quartiers. On constate désormais que le discours de quelques intégristes est de plus en plus audible auprès de certains jeunes désorientés.


Tabassages, mises en examen, condamnations, tournoiement des hélicoptères afin de mettre la pression sur la population, et la déclaration de Valls (« Acceptez les lois de la République dans tous les sens ») sont donc les seules réponses du gouvernement...


Correspondant

L'article sur le site national du NPA 

A lire aussi
   
La «mémoire des quartiers» n’est pas une marchandise 
  Par ALIMA BOUMEDIENNE-THIERY, SOUAD FRIKECH, HÉDI CHENCHABI, MOHAMED BEN SAÏD, MOHAMMED OUADDANE Du collectif Egalité des droits - Justice pour tous (tes) 

Trappes ou les habitants invisibles

Par NAÏMA CHARAÏ Présidente de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (Acsé)

Et aussi

La construction des classes dangereuses  
Les sept subterfuges du discours « sécuritaire »


 NPA 34, NPA