Xénophobie. Quand Mohammed s'appelait Giovanni... C'était en 1893 à Aigues-Mortes....



Un anniversaire pour raviver la vigilance contre la xénophobie

 L'Hérault du jour du 23 août 2013





Aigues-Mortes : en 1893, Mohammed  s’appelait Giovanni
 



Parmi les contre-vérités qui continuent à prospérer au sujet des immigrés, celle qui prétend que l’immigration italienne aurait posé moins de problèmes que l’immigration d’origine maghrébine, et que les Italiens se seraient intégrés plus facilement dans la société française, mérite une attention particulière.

A Aigues-Mortes, le 17 août 1893 a eu lieu le plus grand « pogrom » de toute l’histoire contemporaine de la France. Ce jour-là, des ouvriers italiens travaillant dans les salins ont été littéralement massacrés par la population locale. Bilan : une dizaine de morts et une centaine de blessés dont certains grièvement. Ce massacre a marqué le paroxysme des violences anti-italiennes perpétrées en France à la fin du dix-neuvième siècle. Après un premier ouvrage, Le Sang des marais, publié en 1993, Enzo Barnabà revient sur cet épisode souvent occulté, dans un livre intitulé Mort aux Italiens.

Coïncidence ? La même commune d’Aigues-Mortes a été au cours de l’été 2012 le lieu d’une chasse à l’homme contre une douzaine de citoyens d’Aigues-Mortes pourchassés parce qu’étiquetés « arabes ».

Lire l'intégralité du texte sur le site de la LDH de Toulon

A lire aussi



 Le Cailar, Aigues-Mortes...L'alcool libère le racisme qui sommeille en eux...
11 août 2012

Aigues-Mortes. Coups de fusil et insultes : direction la prison pour le couple raciste (Midi Libre)



 NPA 34, NPA