Gaz de schiste. Plus que jamais se mobiliser...


Retour en images sur le 30 août à Nîmes, jour de manif...

Voir la vidéo sur TVL

A lire, ci-dessous : Gaz de schiste : le gouvernement multiplie les incohérences ! (Maxime Combes) / Le communiqué des collectifs de mobilisation


 Gaz de schiste : le gouvernement multiplie les incohérences !
Par Maxime Combes (Mediapart)

François Hollande avait promis qu'il n'y aurait pas « pas d'exploration de gaz de schiste en France ». Pourtant le gouvernement délivre de nouveaux permis, en prolonge des anciens, encourage Total et bloque la transition. Face à cette incohérence, imposons nos solutions alternatives.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, le gouvernement français vient de délivrer deux nouveaux permis de recherche d'hydrocarbures liquides ou gazeux en Alsace1 et Lorraine2. La délivrance de ces nouveaux permis marque clairement la reprise de l'instruction des demandes d'octroi, de prolongation ou de mutation de permis d’hydrocarbures, comme l'avait promis Arnaud Montebourg le 9 juillet dernier à la fin de son audition par la commission des Affaires économiques de l'Assemblée Nationale. Le ministre évoquait plusieurs dizaines de permis concernés. Alors que la réforme du code minier n'a toujours pas été présentée au Parlement et que le Conseil Constitutionnel pourrait prochainement retoquer la loi du 13 juillet 2011 interdisant la fracturation hydraulique, ces annonces sonnent comme de nouveaux gages délivrés aux industriels.

Le texte complet 

COMMUNIQUE DE PRESSE


Collectifs non aux pétrole et gaz de schiste et de houille[1]


http://www.nongazdeschiste.fr/                                                                          8 septembre 2013


Les collectifs locaux, réunis en coordination nationale à Lille, Nord/Pas-de-Calais, les 7 et 8 septembre 2013, communiquent :


Gaz de couche : nouvel avatar des masseurs de roche…
 
Les collectifs français opposés aux pétrole et gaz de schiste et de houille réunis en coordination nationale le 7 septembre, à Lille, à l’initiative du "Collectif Houille-ouille-ouille 59/62" ont tenu à mettre en lumière un risque réel jusqu’alors largement méconnu : l’exploitation des gaz de couche. 


Contrairement aux gaz de mine, dont l’extraction consiste à récupérer le méthane circulant dans les galeries des anciennes mines de charbon, le gaz de couche requiert, pour son exploitation, les mêmes  techniques extrêmes que les gaz et pétrole de schiste. En effet, si l’exploration des gaz de couche peut être menée sans recours à la fracturation hydraulique, son exploitation rentable rend cette dernière le plus souvent indispensable[2]. Les risques habituellement associés à cette technologie sont d’autant plus importants dans le Nord/Pas-de-Calais et en Lorraine, que les innombrables galeries existantes rendent le sous-sol particulièrement instable et sensible aux séismes.


Déjà commencée en Lorraine (permis "Bleue-Lorraine"), l’exploration des gaz de couche est aussi la cible de permis octroyés, entre autres, dans le Nord/Pas-de-Calais ("Sud-Midi" et "Valenciennois") et de demandes de permis, notamment "Nord-Cambrai" (dont l’instruction vient d’être réactivée) et "Bleue-Lorraine Sud" (57).


Comble du cynisme, l’électricité qui sera produite à partir de gaz de houille (en réalité, des gaz de couche, selon EDF[3]) sera subventionnée par le Conseil Régional de la Lorraine et par la CSPE (Contribution au Service Public de l’Électricité), prélevée sur les factures des usagers et censée être consacrée aux énergies renouvelables ! 


Nous apportons notre soutien total à ceux qui luttent contre les énergies extrêmes et s'exposent à la répression, comme récemment en France à Jouarre (plus de 500 personnes rassemblées le 3 août) et à Nîmes (plus de 1000 personnes, le 30 août), et à travers le monde, que ce soit par le biais d'occupations (Balcombe - Royaume-Uni,  Zurawlow - Pologne, Colette - Canada) ou d'autres mobilisations (Roumanie, Neuquén – Argentine, etc.).


Notre détermination est plus que jamais renforcée par la venue en France de Josh Fox, réalisateur de Gasland, pour présenter son nouveau film Gasland II. Nous annonçons dès à présent une forte mobilisation partout sur le territoire, notamment lors de la journée mondiale "Global Frackdown" du 19 octobre 2013.


Des alternatives aux hydrocarbures existent. Sortons des schémas archaïques et productivistes et de la frénésie extractiviste !


NON AUX PÉTROLE ET GAZ DE SCHISTE ET DE HOUILLE.
NI ICI NI AILLEURS, NI AUJOURD’HUI NI DEMAIN

Contacts presse

Nord/Pas-de-Calais, Christine Poilly : 06 21 68 30 87

Ile-de-France, Julien Renault : 06 75 60 59 34

Sud-Ouest, Sylviane Baudois: 06 83 20 51 96

Sud-Est, Alain Roubineau : 06 73 94 66 97



[1] Le gaz de houille est le terme générique pour désigner les gaz (méthane) issus du charbon, dont les gaz de mine et les gaz de couche.

[2] Source : INERIS. Voir « Fracturation hydraulique : les pétroliers jugent qu'il n'y a pas d'alternative »,  Actu Environnement, 19 avril 2013, http://www.actu-environnement.com/ae/news/fracturation-hydraulique-alternatives-gaz-schiste-houille-geothermie-18344.php4

Images de la manif de Nîmes par capture d'écran








 




Notre dossier

NPA 34, NPA