Grèce. L'extrême droite tue !


Grèce. Un rappeur antifasciste poignardé à mort par un militant néo-nazi
 La Dépêche du 18 septembre 2013

Un rappeur grec, sympathisant d'extrême gauche, a été poignardé à mort la nuit dernière près d'Athènes par un membre du parti néo-nazi Aube dorée.

Le suspect, interpellé en possession d'un couteau, a reconnu l'homicide et admis "appartenir à un parti politique". Selon la police, il s'agit du parti néo-nazi Aube dorée. Une perquisition était en cours ce mercredi matin dans les locaux du parti, non loin d'Athènes. Aube dorée a réfuté toute implication dans les faits, dénonçant une "exploitation politique".

La victime, âgée de 34 ans, est décédée à l'hôpital où elle a été transportée, grièvement blessée, par les secours intervenus à la suite d'une rixe qui s'est déroulée aux alentours de 21 heures GMT dans la banlieue de Keratsini, à l'ouest d'Athènes.

Pavlos Fryssas était chanteur de hip-hop, militant antifasciste et sympathisant d'un petit mouvement d'extrême gauche, Antarsya, selon les premiers éléments de l'enquête. "Les fascistes l'ont tué pour son action antifasciste", a réagi Antarsya, appelant à des rassemblements à 15 heures GMT sur les lieux du drame et dans tout le pays. Le "Front uni contre le fascisme et la menace raciste" a décrit dans un communiqué une véritable "embuscade" tendue à la victime et un "groupe de jeunes antifascistes" par une quarantaine de militants néo-nazi "vêtus de noir", portant des gants et armés de gourdins.

Le porte-parole du gouvernement, Simos Kedikoglou, a "dénoncé" ce meurtre à la radio Alpha et a promis de prendre toutes les mesures nécessaires pour prévenir de tels faits. Selon plusieurs médias, la rixe a éclaté à l'extérieur d'une cafeteria pour un différend lié au football qui a pu dégénérer en raison de l'appartenance politique des protagonistes. Keratsini est une commune voisine de Perama, près du port du Pirée, où huit jeunes communistes avaient été blessés vendredi lors d'une attaque attribuée à un groupe du parti néo-nazi Aube dorée, alors qu'ils collaient des affiches.

Le parti Aube dorée qui a envoyé l'an dernier 18 députés au Parlement grec, est actuellement crédité de la troisième place dans les sondages d'opinion. Ce parti est soupçonné d'avoir orchestré des attaques contre des immigrés, ce qu'il dément, et plusieurs de ses députés sont poursuivis pour violences.

LaDépêche.fr avec AFP
 
A lire aussi
  
  
  
Sur Antarsya à laquelle appartenait la victime (et sur Syriza)
  
  
  
  ... comme il faut combattre les politiques antipopulaires qui alimentent le danger qu'il porte !


Rejoignez...

 
NPA 34, NPA