L'unité à gauche ? Nécessaire, incontournable...

   

... pour stopper toutes les attaques violemment antisociales !


S'intituler "de gauche" quand on ne fait pas une politique "de gauche" ne suffit pas pour être "de gauche". En particulier quand on détient le pouvoir politique et qu'on s’attelle à détruire les retraites, qu'on poursuit le pire de la politique de droite en s'attaquant aux sans-papiers, aux Roms, quand localement on poursuit la même politique, en bradant les services publics (crèche, eau...), en subventionnant largement les actionnaires avec l'argent public mais aussi, au-delà même de ce que prévoit la loi, les écoles privées, en menant des politiques antisociales ou en apportant son soutien à des projets destructeurs de l'environnement (comme à Clermont-l'Hérault avec la Salamane).
L'unité de la gauche ne peut se faire avec des partis qui soutiennent et mettent en place de telles politiques que nous combattons quotidiennement.


Tel est le sens de la réponse du NPA34 à l'invitation du PCF à une rencontre de "toutes les forces de gauche", ce jeudi, en vue des élections municipales. Tel est le sens aussi de la démarche entreprise par le NPA 34 avant l'été auprès du PG et de GA pour explorer la voie d'un rapprochement de nos forces (voir lien ci-dessous). Le PCF sollicité n'a pas à ce jour répondu à notre sollicitation préférant sans doute nous inviter à la réunion exploratoire qui est l'objet du courrier que nous publions ci-dessous.


L'invitation du PCF 34 au NPA 34

Cher ami, Cher camarade,
 
Réuni le 3 septembre, notre direction départementale a adopté un appel à la population de l'Hérault et aux forces de gauche pour les élections municipales.

Afin d'en débattre, je vous propose de nous rencontrer le jeudi 12 septembre à 16h au siège de notre Fédération, 115, rue Olof palme à Montpellier.

 
Mes fraternelles salutations,

Michel Passet
Secrétaire départemental

Ci-dessous le document accompagnant ce courrier du PCF. 
La réponse du NPA 34 au PCF 34

Chers camarades,

Nous avons bien reçu votre invitation à participer ce jeudi 12 septembre à une réunion de toutes les forces de gauche en vue des municipales dans l'Hérault.

L'urgence de la situation politique et sociale : plans d'austérité, « réformes des retraites » , cadeaux massifs au patronat, politiques en matière d'immigration, politiques environnementales, pour ne prendre que ces quelques exemples, nécessitent en effet de regrouper toutes les forces qui à gauche ne se reconnaissent pas dans la politique menée nationalement par ce gouvernement et déclinée localement.

Plus que jamais, face à la droite et à l'extrême droite dont les idées se banalisent, il nous semble essentiel de construire une alternative politique clairement indépendante de ces politiques. Nous y sommes au NPA 34 tout à fait prêts. C'est le sens des rencontres que nous avons commencé à initier en particulier avec le PG, la GA, la Fase et vous-même (nous attendons d'ailleurs toujours votre réponse pour mettre au point cette rencontre).

C'est cette perspective que nous défendons  dans le cadre des municipales.

Mais votre invitation à cette réunion s'adresse  à « toutes les forces de gauche », donc y compris aux forces qui à Montpellier mais aussi ailleurs dans le département appliquent ces politiques d'austérité, bradent les services publics en les déléguant au privé (crèche, eau...) subventionnent largement les actionnaires avec l'argent public et mènent des politiques antisociales ou apportent leur soutien à des projets  destructeurs de l'environnement (comme à Clermont-l'Hérault  avec la Salamane).

Le nécessaire combat contre la droite et l'extrême droite ne doit pas occulter le débat sur la construction d'une opposition de gauche à ces politiques. Bien entendu nous ne sous-estimons pas le danger que représente dans notre département la montée de l'extrême droite (en particulier à Béziers). C'est pourquoi nous sommes engagés dans le Collectif anti-fasciste 34 et que nous oeuvronscomme à Marseille avec la manifestation du 14 septembre, au rassemblement de toutes les forces pour s'y opposer. Mais nous sommes persuadés que c'est en proposant une alternative politique opposée au social-libéralisme dans la rue et dans les urnes et donc aux prochaines municipales que nous parviendrons à  redonner confiance à  ces millions de travailleurs et de travailleuses qui se tournent aujourd'hui vers l'extrême droite ou s'abstiennent aux élections, à celles et ceux qui, sans travail, plongé-es dans la misère, veulent  combattre une politique de « gauche » qui les agresse violemment. Le combat politique a plus que jamais besoin de clarté. On ne peut prétendre s'opposer au social-libéralisme en constituant avec lui des majorités électorales. L'hypothèse d'accord, quelle qu'en soit la forme, avec un Parti Socialiste maintenant  totalement inféodé au Medef nous paraît impossible.

Vous comprendrez donc que nous ne participerons pas à la réunion de demain . Nous restons par contre disponibles pour tout autre rencontre et réitérons notre proposition de rencontre sur Montpellier.

Merci de faire part de notre position lors de  cette réunion.

Fraternellement, le NPA 34                         Montpellier le 11 septembre 2013

Contact : Martine GRANIER porte parole  06 81 74 99 61

Le document accompagnant  l'invitation du PCF



Fédération de l’Hérault

Du Parti Communiste Français

                                                                                     Le 3 septembre 2013
                      
Madame, Monsieur,


Nous sommes à moins d’un an des élections municipales.

·         L’ampleur de la crise, la politique gouvernementale, celle de l’Europe en déstabilisent beaucoup. Frappés dans leurs convictions, marqués par les difficultés de la vie, un avenir plus qu’incertain, nombreux s’interrogent et vont de renoncement en renoncement.

·         Le résultat des élections présidentielles, et ne pas oublier celui des élections législatives, sont complexes, plus qu’il n’apparaît, notamment dans notre département.


Après ces deux élections, l’élection municipale sera la 1ère consultation nationale. Avec plus ou moins d’importance, cette campagne est engagée dans toutes les communes.


Certes, les situations locales sont très diverses, les rapports de forces politiques, les pratiques politiques très différentes.

Mais la volonté des communistes se veut force de propositions, en rassemblant au niveau des forces politiques, le Front de Gauche et bien au-delà. En proposant les bases d’un vaste rassemblement populaire sur un contenu de progrès social, économique s’opposant à la crise, proposant l’humain au centre.


·         Quel enjeu ?

Certes ces élections vont élire des équipes qui gèreront pendant 6 ans les communes. Mais au-delà de leurs compétences, que faire pour que les municipalités soient de véritables leviers pour lutter contre la crise politique, économique, sociale qui frappe durement ce département, avec des conséquences aujourd’hui, et le pire est pour demain que nous sous-estimons, ou qui souvent nous contraint à l’impuissance.


·         Redonner du sens à l’engagement politique.

L’Hérault est politiquement ravagé à droite comme à gauche. Les valeurs du politique ont laissé la place aux tractations, au manque d’ambition, l’intérêt général est trop souvent oublié.


·         Malgré toutes les difficultés, les interrogations parfois légitimes, nous croyons à l’existence d’un mouvement populaire, nous croyons en la nécessité de le réveiller face à la droite et à l’extrême-droite si menaçantes dans cette région.

Nous considérons comme une honte pour tous les démocrates l’élection d’un député du Front National dans le Gard, le fait que depuis trop longtemps la droite, à l’exception de Montpellier, dirige les grandes villes et la plupart des villes moyennes de cette région.


Communistes de l’Hérault, nous pensons que le moment est venu de donner dans notre département un souffle important pour les élections municipales.

Nous lançons un appel à toute la population de l’Hérault, aux forces de gauche.

  
1 – Dans toutes les communes du département, nous nous engageons à présenter

des listes aux élections municipales rassemblant toutes celles et ceux qui s’opposent aux politiques de droite et d’extrême droite, ceux qui s’unissent pour mettre en œuvre des politiques de justice et de progrès social, qui s’opposent aux politiques d’austérité qui plongent l’Europe, notre pays, notre département, nos communes dans la récession économique et sociale.


2 – Parce que le manque de citoyenneté est profondément ressenti, qu’une nouvelle démocratie doit être mise en place, nous nous engageons à pratiquer et mettre en œuvre dans nos communes et au sein des conseils municipaux élus, le respect de la citoyenneté, de la diversité, la priorité du collectif sur le pouvoir personnel, d’agir pour accorder le plus rapidement possible le droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales aux résidents étrangers non communautaires.

Nous nous engageons à ce que la commune soit pour son territoire l’institution décideuse. L’acte III de décentralisation ne peut être le prolongement des lois de décentralisation des gouvernements précédents, la commune est le socle de notre république.


3 – Face à la crise, aux difficultés de vivre des héraultaises et des héraultais, nous nous engageons à ce que les prélèvements fiscaux sur les 6 ans de notre mandat ne dépassent pas l’inflation.

A ce que les tarifs fixés pour les différents services municipaux permettent l’accès aux plus démunis, l’égalité des citoyens devant les services offerts.

A agir pour une réforme de la fiscalité dans le sens de la justice et de l’équité afin que les communes puissent pleinement assumer leurs responsabilités.

4 – Nos actions en matière économique devront favoriser l’emploi, le développement d’activités de proximité (PME, Commerce, Artisanat). Toute action favorisant la lutte contre la précarité, pour le maintien et le développement d’emplois de qualité sera développé.

Nous faisons de la défense et du développement des services publics un enjeu majeur.

Dans tous les domaines pour favoriser notre environnement et notre cadre de vie, la priorité sera donnée aux circuits courts, à l’économie sociale et solidaire, à la possibilité d’intervention et de contrôle citoyen.

Collectivement, nous interviendrons à tous les niveaux institutionnels afin que soient respectées nos richesses dans leurs diversités, et que les institutions répondent aux besoins d’infrastructures et de développement dans notre département.

5 – Nous devons apporter des réponses de haut niveau face à des exigences de vie, notamment le problème du logement, de son coût.

De même à des problèmes sociétaux qui créent de nombreuses difficultés de vie, de comportement préjudiciables au vivre ensemble.

Face à ces questions, nous refusons d’opposer nos territoires, nous rejetons la concurrence et le chacun pour soi, l’opposition entre l’urbain, le péri-urbain et le rural.

Dès la première année de notre mandat, dans chaque commune, nous élaborerons constats et propositions afin de tenir avec l’association des maires du département des assises départementales dégageant des actions et des coopérations nécessaires, à construire et décider avec les populations.

Les populations seront consultées sur l’organisation de leurs territoires ainsi que sur les compétences.


                                                        Le Conseil Départemental

                                                        Du PCF de l’Hérault
 
 L'Hérault du jour du 11 septembre 2013

Cliquer sur l'image pour agrandir


A lire aussi