Montpellier-Agglo : suppression d'emplois en vue.


Démocratie, transparence...
... et pourquoi pas respect des salarié-es, tant qu'on y est ?
On peut toujours rêver ! 
L'agglo de Montpellier, comme l'ensemble des communautés de communes, fonctionne selon le principe de l'opacité et de l'absence de contrôle. Même Mandroux, maire de Montpellier n'était pas au courant, dit-elle, de l’étude commanditée par la communauté d’agglomération de Montpellier au cabinet de conseil Mensia. Étude qui recommanderait, bien évidemment, de réduire les effectifs de la mairie, ce dont les syndicats s'inquiétaient dès mercredi matin... 
Les cris d'orfraie de Mandroux ne l'empêchent pas de s'accommoder  de cette opacité quand il s'agit d'éviter tout débat public sur la gestion de l'eau.
Quant à ses protestations énergiques sur l'emploi ("J’affirme haut et fort ... qu’aucun emploi n’est menacé"), elles seraient plus convaincantes si Mme le maire pratiquait en tous points la démocratie et la transparence... et s'il n'y avait pas d'élections à l'horizon 2014.
Vigilance, donc !
Quelques détails de cette affaire dans les deux articles de Midi-Libre qui suivent : npa34

Montpellier : "Aucun emploi menacé" à la mairie selon Mandroux

VINCENT COSTE
26/09/2013, 06 h 00
Hélène Mandroux est montée au créneau sur un sujet brûlant.
Hélène Mandroux est montée au créneau sur un sujet brûlant. (© D.R)
Le maire s'est voulu rassurant dans l'affaire dite de l'audit de l'Agglo.
L’étude commanditée par la communauté d’agglomération de Montpellier au cabinet de conseil Mensia et portant, selon la collectivité, sur une mission de "mise en perspective du fonctionnement et de l’organisation" de ses services, a continué à provoquer de sérieux remous en mairie. Où, ainsi que nous l’indiquions mardi, la rumeur d’une préconisation de ce cabinet relative à la suppression de 500 à 800 agents municipaux (rumeur vigoureusement démentie du côté de l’Agglo dès mardi soir) a été à nouveau abondamment commentée.
"Aucune évolution en dehors de l'initiative du maire"
Ce sont les syndicats FO et CFDT qui, dès mercredi matin, s’alarmaient : "Cela est de nature à interroger et effrayer les agents à juste titre", indiquaient-ils. Des salariés qu’Hélène Mandroux s’attachait à rassurer dans l’après-midi.
Elle déplorait d’abord le fait que "l’Agglomération ait lancé cette étude qui concerne l’ensemble des communes membres sans en parler avec elles, ni la ville centre particulièrement concernée", ce qu’elle considérait "générateur de rumeurs infondées". Et d’assurer : "J’affirme haut et fort non seulement qu’aucun emploi n’est menacé mais aussi qu’aucune évolution de l’organisation ne pourra être mise en œuvre concernant les services de la ville en dehors de l’initiative du maire de Montpellier."
"L’étude ne formule aucune conclusion"
Du côté de l’Agglo, on répétait  à nouveau mercredi que "l’objet de l’étude ne porte pas sur une prétendue réduction des effectifs. Elle ne formule aujourd’hui aucune conclusion car elle en est au stade de son lancement. De plus, une telle prétendue réduction ne correspond pas aux intentions de la communauté d’agglomération de Montpellier".


Montpellier : entre Agglo et Ville, l’audit de la discorde

V. COSTE (avec K. MAOUDJ)
25/09/2013, 08 h 47

L'audit commandé par l'Agglo de Montpellier sur la mairie ne passe pas à l'Hôtel de Ville
L'audit commandé par l'Agglo de Montpellier sur la mairie ne passe pas à l'Hôtel de Ville (JEAN MICHEL MART)
Un cabinet a-t-il mené une étude sur la mairie sans l'avertir ?
Entre la Ville et l’Agglo, la situation actuellement très tendue devient chaque jour un peu plus électrique. La journée d’hier en a apporté une nouvelle preuve autour d’un audit polémique.
En effet, depuis quarante- huit heures, la rumeur d’une étude commandée par l’Agglo au cabinet Mensia sur la Ville de Montpellier suscite un émoi certain en mairie. Puisque cet audit préconiserait, autre rumeur, d’y supprimer 500 à 800 postes ! Et la stupeur de le disputer à l’indignation à tous les étages d’un hôtel de ville où, partant, les organisations syndicales, à l’image de FO par la voix de Dominique Mendez, s’étonnent de ne pas avoir été consultées.
"C’est scandaleux"
Christian Fina, DGS de l’Agglo Quant au directeur général des services (DGS), Jules Nyssen, il se fend d’une missive expédiée à son homologue de l’Agglo, Christian Fina, où il s’inquiète d’une "démarche étrange" initiée "par la seule communauté d’agglomération". Sans que la commune centre, note-t-il, "directement concernée par les actuelles évolutions institutionnelles, inéluctables et nécessaires", n’ait été consultée.
Un Christian Fina qui ne cachait pas sa fureur, hier, au moment de s’expliquer : "Avec les 31 DGS de la communauté d’agglo, nous évoquons régulièrement l’acte III de la décentralisation et la mise en œuvre des métropoles, pour l’instant sans calendrier, la loi n’ayant pas encore été votée. Et à l’Agglo, nous réfléchissons aussi, indépendamment de la mise en place des métropoles, à des schémas de mutualisation et de transfert de compétences (entre Ville et Agglo, NDLR). C’est une obligation."
À partir de là, assure-t-il, le travail commandé à ce cabinet "début septembre, est interne à l’Agglo et ne concerne que l’organisation, le fonctionnement et l’évolution de la communauté d’Agglo. Ce cabinet n’a pas pour mission d’auditer quoi que ce soit dans quelle commune de l’Agglo que ce soit ! C’est scandaleux de l’affirmer, c’est une connerie", fulminait-il en marge du conseil d’Agglo réuni hier soir.
Il complétait ensuite : "Nous avons demandé à ce cabinet de voir comment ça se passait ailleurs, à Nantes, Rennes ou Brest où, par exemple, ils sont allés très loin dans la mutualisation. Quasiment tous leurs agents désormais relèvent désormais de la communauté urbaine. Et pas un seul n’a perdu son travail !"
Voilà qui rassurera peut-être en mairie et éteindra le feu déclenché. Jusqu’au prochain départ d’incendie.