N'oublions pas : les fascistes tuent

Contre le fascisme : SOLIDARITÉ INTERNATIONALE !
Vendredi dernier, une centaine de personnes se sont rassemblées sur la Comédie, à Montpellier, à l'appel du Collectif antifasciste 34 (voir notre article précédent). Pour dénoncer les fascistes grecs d'Aube Dorée (18 députés au parlement grec) qui venaient de tuer Pavlos Fryssas, rappeur et militant antifasciste.
 Et ça continue !..

Vendredi 27 septembre à 18h.30
place de la Comédie à Montpellier
rassemblement contre les violences fascistes en Ukraine
à l'appel de Solidaire  Étudiant
Voir ci-dessous l'appel à la solidarité internationale de "Priama Dija" ( Syndicat étudiant indépendant d'Ukraine) npa34
Appel à la solidarité Contre la terreur de rue de l'extrême droite en Ukraine 
Le 11 Septembre, un autre militant du syndicat étudiant de gauche "Priama Dija" a été attaqué par un groupe paramilitaire fasciste aux visages cachés. Le militant a été frappé jusqu'à l'évanouissement, et le passant qui a été témoin de l'attaque a appelé l'ambulance et la police. Pavlo Myronov est maintenant hospitalisé et souffre d'une commotion cérébrale et de pertes partielles de la mémoire. 
 C'est la seconde attaque de ce type en un mois. Le 22 août, deux néonazis aux visages cachés ont attaqué un autre militant, Bohdan Biletsky, qui, comme Pavlo Myronov a été hospitalisé et souffrait de commotion cérébrale. Bohdan est sorti de l'hôpital trois jours seulement avant l'attaque de Pavlo. Ces derniers temps, des attaques de ce type sont devenues plutôt fréquentes. Dans plusieurs cas les agresseurs ont été reconnus comme étant soit des membres du parti d'extrême droite "Svoboda" soit y ont été associés. 
Au total, plus d'une douzaine d'attaques ont eu lieu en 2012-2013, mais seulement quelques-unes d'entre elles ont reçu l'attention des médias. La police ferme systématiquement les yeux sur ces cas. 
En Ukraine, des gens se sont fait frapper jusqu'à perdre conscience parce qu'ils se battaient pour les libertés étudiantes et parce qu'ils étaient fidèles à la gauche libertaire et au programme féministe. Et la police ainsi que les médias ignorent tous ces cas. La seule façon d'arrêter les nazis maintenant, c'est de mettre la pression sur la police et les médias en attirant l'attention internationale. Donc nous en appelons à votre solidarité ! S'il vous plait, organisez des actions de solidarité devant les ambassades ukrainiennes, invitez les médias locaux et faites passez le mot ! Vous pouvez aussi prendre des photos avec des panneaux "contre la violence d'extrême-droite en Ukraine" en anglais ou dans votre langue maternelle !
 Stoppons la terreur nazie en Ukraine par la solidarité !