Université Paul Valéry : Manifestation jeudi 3 octobre


ÉTUDIANTS, ENSEIGNANTS, PERSONNELS, TOUS MOBILISÉS CONTRE LES RESTRICTIONS BUDGÉTAIRES

Un large spectre d'organisations syndicales appellent à manifester JEUDI 3 OCTOBRE à Montpellier. Depuis que le tract reproduit ci-dessous a été rédigé, le SNESUP UM2 a déjà apporté sa signature, et d'autres devraient venir...

RAPPEL : réunion du comité de mobilisation demain MARDI 18h Parvis des amphis ABC.
npa34

NON AUX MESURES DE RESTRICTIONS BUDGÉTAIRES,
NON À LA FERMETURE DU SITE DE BÉZIERS !
L’état doit rendre les moyens nécessaires pour empêcher la casse de l’UM3 !
Communiqué intersyndical
Ce jeudi 26 septembre, 400 étudiants et personnels se sont réunis en assemblée générale à l’appel de la CGT, FO, Solidaires étudiants et l’UNEF.
L’assemblée générale, après discussion a décidé de convoquer à nouveau une Assemblée Générale le jeudi 3 octobre 12h30, à l’amphi A et d’appeler à une manifestation en direction du rectorat.
Il a également été voté le passage suivant : « Nous, étudiants et personnels, réunis en assemblée générale à l’appel des organisations CGT, FO, UNEF, SUD-solidaires, Collectif des Précaires de la Recherche, décidons d’engager un combat pour exiger une chose : que la ministre Fioraso restitue immédiatement les 4 millions manquants au budget de l’université Paul Valéry.
Nous nous prononçons contre toutes les mesures de restriction budgétaire avancées (fermeture de Béziers, sélection à l’entrée de l’université, réduction des enseignements, fin du financement des contrats doctoraux etc.), conséquence de la pénurie, dont la ministre est aujourd’hui responsable, du fait de la logique de la LRU qu’elle a décidé de poursuivre. »
Les organisations sous signées se félicitent de cette première étape dans la mobilisation, où l’ensemble des problèmes relatifs aux universités et à la recherche ont été abordés. Elles rappellent que la situation désastreuse d’un point de vue financier de l’université Montpellier 3 rejoint la situation de très nombreuses universités, même si elles n’en font pas aussi clairement état. Il ne s’agit donc pas d’un dysfonctionnement interne à l’université comme l’a prétendu la ministre Fioraso, mais bien d’un problème général découlant de la LRU, et de la loi votée l’an dernier (dite « loi Fioraso ») qui poursuit la logique de la précédente tout en l’aggravant sur certains aspects (en particulier la recherche).
Concernant la fermeture du site de Béziers, qui est l’une des mesures proposées dans le cadre général du plan d’économies, la ministre a expliqué dans une entrevue au Midi Libre qu’elle n’aurait pas lieu, mais sans annoncer la restitution de l’argent manquant aux universités.
Nous rappelons donc les revendications qui sont les nôtres :
- abandon de toutes les mesures avancées
- maintien du site Du Guesclin de Béziers
- maintien de l'ensemble des filières et des heures de cours
- titularisation des personnels précaires, recrutement d'enseignants et de personnels
Par ailleurs, les organisations estiment que pour éviter que d’autres plans de ce type puissent à nouveau voir le jour, la loi Fioraso doit être abrogée, ainsi que la LRU. Dans l’immédiat, tout doit être mis en œuvre pour que la ministre commence par rendre les 3,6 millions que l’état doit à l’université.
Elles relaient l’appel lancé par l’assemblée générale :

ASSEMBLEE GENERALE
JEUDI 3 octobre 12H30 Amphi A
Puis manifestation 14h30
en direction du rectorat (rue de l’Université)