Election de Brignoles. "Soutenu par le PS, le candidat Front de gauche a été éliminé dès le premier tour...

  
... L'abstention culmine à 67 %. Dimanche prochain, UMP et FN s'affronteront au second tour."

"Si l'on prend en compte les voix et non plus les pourcentages, le FN stagne : 2 757 voix en 2011, 2 734 en 2012, 2 718 en 2013. Le parti de Marine Le Pen progresse peu. Ses électeurs, en revanche, restent mobilisés. Un atout lorsque la participation est faible. […] La gauche, [elle], est en déroute" (voir article ci-dessous) 


La politique du gouvernement nourrit le Front National

23218_image.jpg

Montreuil, le 7 octobre 2013

Cantonale de Brignoles : la gauche engloutie au premier tour

  |  Par Mathieu Magnaudeix

Soutenu par le PS, le candidat Front de gauche a été éliminé dès le premier tour. L'abstention culmine à 67 %. Dimanche prochain, UMP et FN s'affronteront au second tour.

Bien sûr, ce n'est qu'une cantonale, partielle donc peu mobilisatrice, et seuls 20 000 électeurs étaient appelés aux urnes. Mais il serait inconséquent de ne pas prêter attention au résultat de l'élection qui a eu lieu ce dimanche 6 octobre à Brignoles (Var), à quelques mois des municipales et des européennes.

Dans ce bastion communiste où le FN est fort, le PS ne présentait pas de candidat et avait appelé à voter dès le premier tour pour le Front de gauche. Mais l'échec est cuisant : la gauche est éliminée dès le premier tour. Le 13 octobre, UMP et FN se retrouveront face à face. Dimanche soir, le PS a appelé « comme il l'a toujours fait » à « faire barrage au FN ». Le ministre Arnaud Montebourg a fait de même.


Les résultats 
Les résultats© Préfecture du Var

De cette élection, il faut d'abord retenir le chiffre de l'abstention : elle tutoie les 67 %. Sur les 20 700 inscrits du canton de Brignoles, 13 800 ont boudé les bureaux de vote ce dimanche.

C'est la troisième fois en trois ans que les habitants de la petite ville de Brignoles (16 000 habitants) et des communes alentour étaient appelés à désigner leur conseiller général. Aux cantonales de 2011, le FN avait gagné face au maire PC, alors soutenu par toute la gauche. Le canton de Brignoles fut alors un des deux remportés par le FN. L'abstention était déjà très élevée : 57 %. Le scrutin avait été si serré (à 5 voix près!) que l'élection avait été invalidée. Un an plus tard, c'est le candidat communiste qui avait gagné, avec seulement 13 voix d'avance. L'abstention avait grimpé à 62 %. À nouveau, l'élection avait été annulée.

Pour le troisième round, ce dimanche, il y avait six candidats en lice. Un trop-plein électoral qui a encore fait grimper l'abstention.

Deuxième enseignement : le score du FN. Laurent Lopez, le candidat FN, incarnation de la génération Marine Le Pen, remporte 40,4 % des voix (contre 33 % et 35 % aux premiers tours de 2011 et 2012). « Un raz-de-marée patriotique », s'est vanté dimanche le "frontiste" Florian Philippot. « Le Front national prouve sa capacité à rassembler nos compatriotes autour de son candidat tandis que les partis du système sont littéralement boudés et défiés », s'est réjoui le FN.

La réalité est plus complexe. Car si l'on prend en compte les voix et non plus les pourcentages, le FN stagne : 2 757 voix en 2011, 2 734 en 2012, 2 718 en 2013. Le parti de Marine Le Pen progresse peu. Ses électeurs, en revanche, restent mobilisés. Un atout lorsque la participation est faible.

Il ne faut pourtant pas sous-estimer le score de l'extrême droite. Car aux 2 700 électeurs du FN, il convient d'ajouter les 612 voix (9,1 %) du candidat d'extrême droite dissident, Jean-Paul Dispard, l'ex-candidat du FN évincé, qui se présentait sous la bannière du Parti de la France, groupuscule créé par Carl Lang, un ancien dirigeant du FN. Au total, l'extrême droite a donc réuni 49,5 % des suffrages exprimés. Dispard, qui ne digère d'avoir été exclu du Front national, a toutefois appelé ses électeurs à voter UMP dimanche prochain.

Ce scrutin est aussi marqué par la disparition de la gauche. Au premier tour de 2011, le candidat communiste, soutenu par un PS localement très faible, avait emporté 31,5 % des suffrages (2 636 voix). La candidate écologiste flirtait de son côté avec les 12 %. En 2012, le Front de gauche, soutenu par le PS et EELV, avait atteint 39,6 %.

Un an plus tard, la gauche est en déroute. Avec derrière lui le Front de gauche et le PS, le communiste Laurent Carratala perd plus de 2 000 voix (981 contre 3 100) et ne réunit plus que 14,6 % des suffrages exprimés. À 9 %, la candidate écologiste, qui avait refusé de fusionner au premier tour, ne s'en sort pas si mal. Elle était d'ailleurs la candidate de certains socialistes locaux qui n'ont pas accepté de soutenir au premier tour le candidat communiste, comme les y enjoignaient les instances nationales du PS.

Enfin, le scrutin n'est pas glorieux pour l'opposition. Divisé, le bloc de droite (UMP + un candidat divers droite) progresse en pourcentage (27,1 %) mais perd une centaine de voix.

Dimanche soir, sitôt les résultats connus, certains responsables socialistes ont entonné le refrain de la funeste division. « Ce résultat doit sonner comme un sévère avertissement pour tous les partis de gauche : lorsque le Front national est fort, la division produira souvent le même résultat », a réagi le secrétaire national aux élections du PS, Christophe Borgel. Ces derniers temps, PS et PCF avaient mis en garde contre une possible élimination de la gauche au premier tour et exhorté EELV à ne pas présenter de candidats. En vain.

Mais pour d'autres responsables socialistes, c'est d'abord la très forte abstention à gauche qui explique le résultat de Brignoles. Comme elle a contribué à l'élimination au premier tour des candidats socialistes aux législatives partielles dans l'Oise et à Villeneuve-sur-Lot. Ou à la disparition au premier tour du candidat communiste soutenu par le PS lors de la cantonale partielle d'Aubenton (Aisne), début septembre.

« Le seul problème, c’est la mobilisation des électeurs de gauche, a commenté dimanche soir le député Jean-Christophe Cambadélis, qui s'est fendu d'un billet de blog intitulé “Ça commence à faire beaucoup”. Sinon il y a fort à parier que ces premiers tours préfigurent le futur premier tour des élections municipales. (…) Il faut donc d’abord continuer à assécher le terrain frontiste chômage, sécurité-solidarité et une autre Europe. Ensuite la division, les polémiques sont à proscrire et l’union à construire. Enfin surligner les marqueurs de gauche, souligner les signes du redressement national sont une urgence nationale. Et bien sûr dénoncer le programme d’apartheid du Front. »

D'autres députés PS ont eux aussi commenté le scrutin. Par exemple Razzy Hammadi, de l'aile gauche du PS, ou Olivier Dussopt, proche de Martine Aubry. 

Une allusion cryptée aux badges militants distribués samedi lors du forum « La République contre les extrémismes » organisé par le PS. Au cours de ce meeting, le premier secrétaire Harlem Désir a appelé de ses vœux un « front de tous les républicains et de toute la société française » « face au Front national », décrit comme un « parti de menteurs » et « d’incompétents ». À Brignoles, sa voix n'a pas vraiment porté.

Lundi, le député PS Pouria Amirshahi, un proche de Benoît Hamon, a qualifié sur son blog l'élimination de la gauche de « cinglant échec ». « Le changement n’est pas vécu, et les électeurs boudent les urnes autant que la politique les boude », écrit-il. « Il est temps de changer de cap sous peine de n’avoir plus comme seule issue que la bouée de sauvetage », avertit le député, qui invite le gouvernement à sortir « d’une orthodoxie budgétaire impossible »

A lire aussi


NPA 34 : ses propositions pour dégager localement et nationalement les bases d'une alternative de gauche ...
 
Extraits de la conférence de presse du NPA 34 le 1er octobre à Montpellier
 

Cela saute aux yeux : Hollande n'est pas de gauche, sa politique est patronale... Ne nous voilons pas la face sur les conséquences politiques à tirer !
NPA 34, NPA