Gaz de schiste. 19 octobre, Journée mondiale et Internationale contre la "Fracturation Hydraulique"



 Montélimar. La vigilance face au gouvernement et aux pétroliers ne désarme pas...


Nous sommes partis à Montélimar, les collectifs antigaz de schiste de Gignac et de Pézenas, avec deux voitures remplies. Les collectifs de Béziers et Montpellier étaient, eux, partis plus tôt pour donner un coup de main à l'organisation de cette journée de manifestation contre la "fracturation hydraulique" et contre surtout l'exploration et l'exploitation des gaz et huiles de schiste.

 Nous n'en voulons, ni ici  ni ailleurs, ni aujourd'hui, ni demain !

Nous avons rencontré des délégations étrangères venues en France pour pouvoir se faire mieux entendre et voir, vu le succès relatif obtenu par la déclaration du Conseil Constitutionnel concernant les articles 1 et 3 de la loi du 13 Juillet 2011. Il y avait des Polonais et des Anglais, qui se sont mêlés à la manifestation en défilant avec tous les collectifs du Sud-Est de la France (Ardèche, Rhône-Alpes, Drôme, Alpes Maritimes, Hérault, Bassin d'Alès, Lozère ... et j'en oublie sûrement).

La manifestation, d'humeur joyeuse et festive, a démarré vers 14h30 du centre-ville de Montélimar pour suivre les plus grands boulevards. Nous étions, après comptage de l'organisation, environ 3 500 participants (1 800 selon la préfecture ...), pour arriver sur une place (l'Espace St-Martin), où des stands et des buvettes nous attendaient. Il y eut là plusieurs prises de paroles.

Tout s'est très bien passé, sans violence aucune, des maires des secteurs concernés par les permis se sont retrouvés dans la manifestation, dans une ambiance de kermesse mais où les slogans exprimaient sans équivoque une motivation résolue et forte à empêcher les pétroliers et foreurs de commencer des "expèéimentations " et des études sismiques sur les secteurs des permis.

Comme bilan national, il y aurait eu dans toute la France ( Montélimar  Saintt Claude dans le Jura, Lille  Toulouse, Paris) environ 7 000 personnes dans la rue ...

C'est  évidemment un avertissement fort, adressé au gouvernement et aux pétroliers, montrant que la vigilance et la mobilisation des collectifs et des citoyens est toujours d'actualité  et ne mollira pas !
J'ai rencontré plusieurs camarades du NPA de la Drôme (Christine Poupin représentait la direction nationale du NPA) et du FdG mais il n'y avait pas de drapeaux des partis affichés, seulement des autocollants sur les vêtements ...


Michel, correspondant du NPA 34

En cliquant sur la première photo on fait dérouler le diaporama