Justice pour le Petit Bard !


    Nous l'avions relaté dans un précédent article (Montpellier : une expulsion locative musclée au Petit Bard) : mercredi 25 septembre, au Petit Bard (quartier populaire de Montpellier), la police expulsait violemment de son appartement un couple de personnes âgées : André Alain âgé de 70 ans et sa femme, 65 ans. L'association "Justice pour le Petit Bard" avait tenté de s'interposer pacifiquement.
     Eh! bien, ça y est : l'affaire va passer en justice (pour le Petit-Bard ?)... Attention ! Ne faites pas erreur ! Ce ne sont pas pas les flics qui sont jugés, ni le bailleur (A.C.M.) qui les avait fait mettre à la rue... Non ! Non ! Ce sont 3 membres de la famille et un bénévole de l'association... pour "outrages, résistance en réunion avec violences aux dépositaires de la force publique". Qu'ont donc fait les dits dépositaires ? "les policiers s’équipent de flashballs, casques et boucliers et donnent l’ordre d’évacuer le Cours Charles Peggy. Les habitants sont poussés vers un passage étroit, contraints de reculer. Pas assez vite apparemment. Un coup de matraque et un coup de bouclier atteignent une jeune femme, une bousculade s’ensuit, un ou deux jets de projectiles, mais l’échauffourée s’arrête heureusement là. Deux habitants s’en tirent avec des contusions." (récit publié dans l'Hérault du Jour).   npa 34

voir ci-dessous l'appel de l'association :
NON AU DÉLİT DE PAUVRETÉ !
NON AU DÉLİT DE SOLİDARİTÉ !
Vendredi 25 Octobre 
 
RASSEMBLEMENT à 14h
Tribunal de Grande Instance de Montpellier (Arrêt tram Plan Cabanes)
FORUM à 18h
Contre les expulsions - Pour le droit au logement
Salle à définir !!!
 
Un bénévole de notre association, trois membres d'une famille expulsée de son logement comparaissent, le 25 octobre, devant le Tribunal Correctionnel pour"outrages, résistance en réunion avec violences aux dépositaires de la force publique".
 
Mercredi 25 septembre 2013, plusieurs habitants du Petit-Bard, dont des membres de l'association Justice pour le Petit-Bard se sont opposés pacifiquement à l'expulsion d'un couple de personnes âgées et malades d'un appartement ACM. Le bénévole de notre association s'est interposé pacifiquement quand la police a violenté des femmes de la famille refusant de repartir sans une solution de relogement digne !
 
Contrairement aux clichés diffusés sur la place publique, il s'agit d'une famille en très grande difficulté pour laquelle l'accompagnement social et de prévention des expulsions a dysfonctionné. Par expérience, nous savons aussi qu'il est possible de différer une expulsion, le temps de trouver une solution humaine et durable de relogement. Ces personnes habitent le Petit-Bard depuis les années 1980. Beaucoup d'entre nous ont grandi avec. Nous ne pouvions abandonner nos voisins, amis seuls dans cette détresse.

La précarité n'est pas un délit !
Des dispositifs d'accompagnement, de prévention sociale existent mais sont inefficaces. On nous annonce à grand renfort de publicité la construction de logements. Mais, c'est une autre réalité sur le terrain. L'attitude intransigeante de ACM (bailleur soit-disant "social"), des services de l'Etat est inadmissible dans un quartier où se concentrent marchands de sommeil, situations de mal-logement, précarité, malgré les millions d'Euros injectés dans la rénovation urbaine.
Alors que nous avions, les années précédentes, des discussions avec les pouvoirs publics ayant permis une meilleure appréciation des situations, nous sommes revenus à une époque où un couple de retraités malades se fait jeter violemment à la rue, sans solution de relogement ! Etre en difficulté sociale n'est pas un délit ! Ni les personnes en difficulté, ni les bénévoles qui les soutiennent, ne doivent être criminalisés !
 
La solidarité n'est pas un délit !
Nous exigeons : l L'abandon des poursuites à l'encontre de notre bénévole et des habitants l Le relogement en urgence du couple l Le rétablissement du dialogue sur les situations de mal-logement au Petit-Bard avec tous les acteurs concernés l Une véritable prévention contre les expulsions, avec une approche humaine des situations  l La mise à profit de la trêve hivernale pour que les personnes menacées d'expulsion soient relogées l Le respect du droit à un logement digne pour tous ! 

 
Nous appelons tous les citoyens, au delà des clivages, des divergences, des différences !
è Nous avons besoin de votre soutien humain, financier. Contactez nous !
Justice Pour le Petit-Bard - 12, Avenue du Petit-Bard 34080 Montpellier - 04 67 61 11 87 justicepetitbard@gmail.com

Association Justice pour le Petit Bard 12 avenue du Petit Bard 34080 Montpellier
04.67.61.11.87