La peine de mort en France. Témoignage : "Trois pages sobres et retenues mais aussi d'effroi et de colère contenue "

.

"C'est à ce moment qu'il commence à réaliser que c'est fini"

LE MONDE | Par

C'est un document d'histoire, une part oubliée de notre mémoire, un témoignage sobre et saisissant que l'ancien garde des sceaux Robert Badinter a confié au Monde. Il s'agit du "procès-verbal" intime de la dernière exécution capitale en France. Le 9 septembre 1977, Hamida Djandoubi, manutentionnaire tunisien coupable du meurtre de sa compagne, Elisabeth Bousquet, est guillotiné à la prison des Baumettes de Marseille. Juste après l'exécution, la doyenne des juges d'instruction de la ville, Monique Mabelly (1924-2012), commise d'office pour y assister, consigne par écrit ce qu'elle a vu et ressenti.

Trois pages sobres et retenues mais aussi d'effroi et de colère contenue pour décrire les dernières minutes d'Hamida Djandoubi. De la cellule où l'on vient chercher le condamné jusqu'à l'endroit où il sera guillotiné, l'auteur décrit avec précision les circonvolutions autour de la dernière cigarette, les vaines tentatives pour retarder le moment fatal, le couperet qui fend le corps en deux.

Quelques lignes écrites au retour d'une exécution qui suscite en elle "une révolte froide" afin de témoigner. Monique Mabelly léguera dix ans plus tard ce manuscrit à son fils, Rémy Ottaviano, qui l'a remis il y a quelques semaines à Robert Badinter.



 Photo du Monde :
Hamida Djandoubi arrivant à son procès


Illustration de l'en-tête par NPA 34

A lire aussi




Sur Mumia Abu-Jamal

En jugeant anticonstitutionnelle la condamnation à mort prononcée à l’endroit de Monsieur Mumia Abu-Jamal, la Cour Suprême des États-Unis a mis un terme à 30 ans d’acharnement judiciaire.

Pour autant, la plus haute juridiction américaine a rejeté sa demande de la tenue d’un nouveau procès, justifiant ainsi sa culpabilité sans la moindre preuve et la commutation de sa peine en prison à vie. Autrement dit, Monsieur Abu-Jamal serait toujours condamné à mourir en prison. 


Lire le texte intégral ici


NPA 34, NPA