Petit-Bard (Montpellier). Est-ce ainsi qu'à gauche on traite les gens ?


Duflot, Valls, Taubira : cette gauche qui manie expulsions locatives, matraque et plainte en justice !


Lire ci-dessous l'appel de Justice pour le Petit Bard et la réponse que lui a adressée le NPA 34

Montpellier : l’expulsion du couple de retraités au Petit-Bard ne passe pas
GUY TRUBUIL Midi Libre 13/10/2013

L’expulsion avait provoqué des tensions le 25 septembre dernier.
L’expulsion avait provoqué des tensions le 25 septembre dernier. (J.-M. M.)

L’expulsion manu militari d’un couple de retraités, âgés de 60 et 65 ans et occupant un logement social d’ACM, continue de faire des vagues au Petit-Bard. Justice pour le Petit-Bard reçue chez la ministre.

La réquisition de plusieurs dizaines de CRS et policiers avec le risque d’un embrasement réel du quartier pour faire partir cette famille en difficulté de paiement depuis huit mois était-elle nécessaire ? Pour l’association Justice pour le Petit-Bard, poser la question c’est déjà y répondre. Locataire depuis 1987, le couple n’avait, jusqu’alors, jamais posé de problème au bailleur. "Contrairement à ce qui a été dit, la mère avait entrepris des démarches pour essayer de trouver une solution",insiste Khalid El Hout, son président, qui regrette de n’avoir eu aucun interlocuteur chez les pouvoirs publics au moment de la confrontation entre la famille et la police. L’association demande aujourd’hui "le relogement en urgence de la famille", poursuit Sébastien Allary, également bénévole de Justice pour le Petit-Bard. (...)

Justice pour le Petit-Bard prépare activement le 25 octobre, jour de convocation devant le tribunal correctionnel des quatre personnes, trois membres de la famille et Ilyès, l’un des bénévoles soupçonnés de s’être opposées à l’intervention de la police lors de l’expulsion du couple à la fin septembre. Khalid El Hout a demandé l’abandon des poursuites et les membres de l’association affirment que leur intervention a surtout permis d’éviter un affrontement plus violent entre les jeunes du quartier et les forces de l’ordre, reprend Amza Aarab.

Avant le procès, un rassemblement de soutien est programmé devant le tribunal. Ensuite, la question des expulsions et du droit au logement sera évoquée lors d’un large forum.

L'article complet

Post Scriptum: la salle pour le forum est à l'Espace Pitot, près du Peyrou

Un bénévole de notre association, trois membres d'une famille expulsée de son logement comparaissent, le 25 octobre, devant le Tribunal Correctionnel pour"outrages, résistance en réunion avec violences aux dépositaires de la force publique". 

Mercredi 25 septembre 2013, plusieurs habitants du Petit-Bard, dont des membres de l'association Justice pour le Petit-Bard se sont opposés pacifiquement à l'expulsion d'un couple de personnes âgées et malades d'un appartement ACM. Le bénévole de notre association s'est interposé pacifiquement quand la police a violenté des femmes de la famille refusant de repartir sans une solution de relogement digne !

Contrairement aux clichés diffusés sur la place publique, il s'agit d'une famille en très grande difficulté pour laquelle l'accompagnement social et de prévention des expulsions a dysfonctionné. Par expérience, nous savons aussi qu'il est possible de différer une expulsion, le temps de trouver une solution humaine et durable de relogement. Ces personnes habitent le Petit-Bard depuis les années 1980. Beaucoup d'entre nous ont grandi avec. Nous ne pouvions abandonner nos voisins, amis seuls dans cette détresse.

La précarité n'est pas un délit !

Des dispositifs d'accompagnement, de prévention sociale existent mais sont inefficaces. On nous annonce à grand renfort de publicité la construction de logements. Mais, c'est une autre réalité sur le terrain. L'attitude intransigeante de ACM (bailleur soit-disant "social"), des services de l'Etat est inadmissible dans un quartier où se concentrent marchands de sommeil, situations de mal-logement, précarité, malgré les millions d'euros injectés dans la rénovation urbaine.

Alors que nous avions, les années précédentes, des discussions avec les pouvoirs publics ayant permis une meilleure appréciation des situations, nous sommes revenus à une époque où un couple de retraités malades se fait jeter violemment à la rue, sans solution de relogement ! Etre en difficulté sociale n'est pas un délit ! Ni les personnes en difficulté, ni les bénévoles qui les soutiennent, ne doivent être criminalisés !

La solidarité n'est pas un délit !

Nous exigeons : l L'abandon des poursuites à l'encontre de notre bénévole et des habitants l Le relogement en urgence du couple l Le rétablissement du dialogue sur les situations de mal-logement au Petit-Bard avec tous les acteurs concernés l Une véritable prévention contre les expulsions, avec une approche humaine des situations  l La mise à profit de la trêve hivernale pour que les personnes menacées d'expulsion soient relogées l Le respect du droit à un logement digne pour tous !


Nous appelons tous les citoyens, au delà des clivages, des divergences, des différences !

è Nous avons besoin de votre soutien humain, financier. Contactez nous !

Justice Pour le Petit-Bard - 12, Avenue du Petit-Bard 34080 Montpellier 
04 67 61 11 87 justicepetitbard@gmail.com

 Le message du NPA 34

Bonjour, 

Le NPA 34 vous apporte tout son soutien et s'associe à votre appel du 25 octobre.

Nous sommes opposés à toute expulsion et nous militons en ce sens avec les associations pour le droit au logement. Dans une ville comme Montpellier où les impôts locaux sont parmi les plus élevés  et où la précarité et la pauvreté touchent presque 30% de la population avec un chômage atteignant 40% dans certains quartiers, il nous semble urgent de réagir.  Or il y a près de 10 000 logements vacants sur cette ville; c'est pourquoi nous sommes aussi pour l'application de la loi de réquisition.

L'expulsion qui a eu lieu à Petit Bard est indigne.

Nous serons présents le 25 et relayons votre appel dans nos réseaux.

Pour le NPA 34, Martine GRANIER, porte parole

Sur notre blog aussi
  

Nous l'avions relaté dans un précédent article (Montpellier : une expulsion locative musclée au Petit Bard) : mercredi 25 septembre, au Petit Bard (quartier populaire de Montpellier), la police expulsait violemment de son appartement un couple de personnes âgées : André Alain âgé de 70 ans et sa femme, 65 ans. L'association "Justice pour le Petit Bard" avait tenté de s'interposer pacifiquement. 


 


 Et aussi
 
La gauche s'éloigne un peu plus encore des quartiers populaires
  

"J'en reviens à cette histoire de police qui ne pourrait pas faire son travail dans les quartiers"...

Impunité, laxisme, et autres délires sécuritaires : des discours et des actes qui ne tiennent pas debout et qu'il est urgent de changer

  
Contrairement aux idées reçues, nos enfants...

 
 

NPA 34, NPA