L'humour selon Sanofi...

... à moins qu'il s'agisse de cynisme ?
On savait les salarié-es de Sanofi capables d'utiliser l'humour comme une arme dans leur lutte. On pouvait légitimement se demander d'où leur venait cette salutaire capacité. 
En fait, il suffisait de parcourir la presse pour enfin comprendre ce mystère :
C'EST LEUR PATRON, TOUT SIMPLEMENT, QUI LEUR A INCULQUÉE !
On peut le vérifier en lisant l'article qui est consacré, sur une revue spécialisée (indicerh.net), à l'acquisition par Sanofric d'un nouveau logiciel :

Sanofi choisit les solutions de gestion du capital humain de Workday

Rien que ce joli nom de "Capital Humain" pour désigner les individus dont on va tirer le maximum de profits et qu'on va jeter ensuite à la rue ou envoyer à quelques centaines de km de là ! On sent déjà toute la force de l'humanisme qui anime nos braves patrons.
La suite n'est pas mal non plus :

« Sanofi est un leader mondial dans le secteur de la santé, dont le programme ambitieux vise à transformer l’entreprise pour assurer sa croissance future. Avec Workday, Sanofi s’est doté d’une application unifiée au plan mondial, qui assurera une visibilité approfondie de ses effectifs ainsi qu’une meilleure compréhension de son activité pour soutenir ses plans de croissance et remplir son engagement visant à fournir les soins de santé qu’attendent des millions de personnes à travers le monde. »
C'est pas de l'humour, ça ? 
Un outil qui va permettre de mieux maîtriser le "Capital Humain"... On imagine bien ce que ça va donner en termes d'augmentation (en langage gestionnaire:  "optimisation") du rendement du travail, avec le cortège habituel (mais encore plus efficace) de harcèlements (en langage gestionnaire: "management"), dégraissages, délocalisations, restructurations, flexibilité...
Quant à la préoccupation de ce "leader mondial de la santé" concernant "les soins de santé qu'attendent des millions de personnes dans le monde", on sait ce que ça vaut quand ça ne rapporte pas de profits. Et si on ne le sait pas, on peut toujours le demander aux millions de malades pauvres dans le monde qui attendent la possibilité d'utiliser des médicaments génériques...
Mieux vaut en rire qu'en pleurer.
On vous l'avait bien dit: les dirigeants de Sanofric ont de l'humour !
npa 34

Notre dossier Sanofi