Montpellier. Fac Paul Valéry : ce jeudi 14 journée nationale d'action des universités et jonction avec les enseignants des écoles mobilisés !


Dernières infos

Mardi 12 nov 

 AG de 1000 à 1200 personnes
Le mouvement se poursuit avec un blocage partiel de la fac (les jours d'AGs et de mobilisation particulière)
Jeudi 14 Novembre :
Journée nationale de mobilisation dans les universités

-Blocage (Rdv à 6h50 devant l'entrée de la fac)

-AG de lutte à 10h à l'Amphi A 

-Manifestation de la fac au rectorat pour rejoindre les enseignants en lutte  (Appel à 14H30 au rectorat). Le départ de la fac de la manifestation serait à 14H à l'entrée principale (la confirmation sera faite dans la journée). 


...............


.................. 

Communiqué du NPA34, secteurs Jeunes & Enseignement Supérieur et Recherche


A lire ci-dessous

 Université Paul Valéry de Montpellier, Assemblée Générale du mercredi 6 novembre 2013 à 10h, le plus grand amphithéâtre du campus est plein à craquer. Un bon millier d'étudiant-e-s avec une minorité de personnels s’apprêtent à passer 5 heures de discussions, débats, prises de décisions. Deux fois plus monde qu'à la précédente journée de mobilisation, certainement la conséquence du blocage des bâtiments de la fac, décision de la précédente AG.

Les étudiant-e-s le plus mobilisé-e-s sont présent-e-s depuis 7 heures du matin pour préparer la journée de mobilisation. On s'attendait pendant l'AG à devoir justifier, défendre ce blocage contre l'incompréhension, l’agressivité des « anti-blocage » ; on a plutôt discuté comment porter les 2 revendications centrales : la restitution des 4 millions manquants pour l'Université et l'abrogation des lois LRU nº1, version Pécresse, et nº2, version Fioraso. Au final, les 2/3 des étudiant-e-s présents se sont prononcé-e-s pour le blocage avec une courte majorité pour le blocage continu jusqu'à la prochaine AG du mardi 12 novembre à 10h. Un cortège de 400-500 étudiant-e-s s'est ensuite rendu pour la 1ère fois à la préfecture pour transmettre les 2 revendications au représentant local du gouvernement, et le ministère de l'ESR a été prévenu.


La ministre Fioraso fait un jeu dangereux :

-elle ment quand elle dit que le site de Béziers est trop important pour fermer, elle confie ensuite que cette « affaire » n'est que médiatique !

-elle ment quand elle affirme que le site de Béziers ne fermera pas, elle ne veut pas restituer l'argent manquant pour son fonctionnement !

-elle ment quand elle se vante de mesures pour les boursiers, l'UPV dépense plus d'1 million d'euros pour l’exonération des frais d'inscription des étudiants boursiers et l'État compense...0,15 million d'euros !

-elle ment quand elle dit que l'UPV gère mal ses finances, elle a été désavouée par le rapport des auditeurs du ministère. Au passage, quand un audit n'est pas satisfaisant selon les critères du ministère....il en commande un nouveau pour décembre !


Les étudiant-e-s en ont conscience, et l'objectif premier de la mobilisation est avant tout de récupérer auprès du ministère l'argent nécessaire au fonctionnement de leur université. La ministre a été gentiment conviée à venir s'exprimer à Montpellier. Le NPA34 sera au côté des étudiant-e-s pour l'accueillir !
Cette AG a été l'occasion de confirmer la volonté des étudiant-e-s de faire converger leur lutte avec celle des salarié-e-s de Sanofi Montpellier, avec un vote majoritaire pour une série d'action en commun avec les Sanofien-ne-s. Le NPA34 apporte tout son soutien envers ces initiatives.

Quant aux modalités d'action et aux perspectives, le débat doit se poursuivre :

Le blocage continu du campus peut avoir un effet démobilisateur et inciter les étudiant-e-s à ne plus venir. Le ministère a tenté de jouer dessus en demandant à la direction de la fac sa fermeture administrative. La présidente Anne Fraisse, dans un message adressée aux personnels, dénonce une nouvelle fois la responsabilité de la ministre, se déclare « hostile par principe à toute forme de blocage » mais dit « comprendre la mobilisation devant les manœuvres dilatoires du ministère »...et annonce que l'université restera ouverte. Autrement dit, un espace d'organisation s'ouvre devant les étudiant-e-s pour maintenir/enrichir/amplifier la mobilisation....
L'appel à une journée d'actionnationale le jeudi 14 novembre et à la constitution d'une coordination nationale risque d'intervenir dans un contexte d'absence de mobilisation nationale. La participation aux AGs dans les autres universités est encore faible et, à Montpellier, l'UPV est pour l'instant la seule à réagir face à la politique du gouvernement. L'UPV est donc à l'avant garde de la mobilisation. La perspective de l'élargissement du mouvement aux autres universités est juste car toutes connaissent des difficultés similaires. Il faut se donner les moyens de construire le rapport de forces ici et ailleurs pour obliger le ministère à reculer.

Le NPA34 soutient la lutte des étudiant-e-s et personnels de l'UPV, affirme sa confiance envers les décisions prises démocratiquement par les AGs et appelle ses militant-e-s présent-e-s dans les universités à relayer l'appel de l'AG de l'UPV pour une journée d'action nationale le jeudi 14 novembre contre l'austérité à l'université : L'UNIVERSITÉ N'EST PAS À VENDRE !