Mobilisons-nous !

Vendredi 30 juin
-à partir de 18h-
Appel à Résistance 34
Réoccupation de l'Esplanade et de la Place de la Comédie.
-Montpellier
-
Ateliers débats thématiques et réflexion sur les modes d'action.
Cliquez sur l'image


lundi 25 avril 2016

Portugal, le 25 avril 1974, l'espoir fut portugais...


Nous reproduisons ici la page que nous avions publiée le 24 avril 2014; nous mettons seulement en ouverture un texte sur le sujet publié aujourd'hui sur le site de la LCR belge.

Le 25 avril 1974, ce qui ne devait être qu’un putsch militaire permettant de renverser la plus vieille dictature d’Europe se transforma presque immédiatement en une révolution démocratique et sociale, qui dura plus d’un an et demi, jusqu’au coup d’arrêt du 25 novembre 1975. Rendue possible par les luttes de libération nationale dans les colonies portugaises (Angola, Mozambique, Guinée-Bissau), l’insurrection dirigée par les « capitaines d’avril » ouvra ainsi une période de forte instabilité politique et de luttes sociales intenses, donnant naissance à des commissions auto-organisées dans les quartiers, les entreprises et l’armée.  Cliquer ici

 Eviter l'oubli comme la commémoration, ouvrir sur la remémoration et la réflexion politique sur un passé qui pourrait féconder le présent...



  


Le 25 avril prochain, le Portugal fêtera le quarantième anniversaire de la « Révolution des œillets ». Dernier exemple d’un soulèvement populaire et radical dans le monde occidental, elle fit tomber la plus vieille dictature d’Europe et s’approfondit jusqu’à menacer le pouvoir de la bourgeoisie. Alors que l’offensive capitaliste s’accélère dans toute l’Europe, et en particulier dans les pays d’Europe du sud, c’est là un spectre bien encombrant pour la classe dirigeante portugaise et pour la troïka (Commission européenne, BCE et FMI), qui ne craignent rien tant qu’une irruption des classes populaires sur la scène politique et sociale.

D'avril 1974 à novembre 1975, la classe ouvrière portugaise va ainsi chercher à briser l’appareil d’Etat hérité du régime salazariste et à inventer les voies d’un socialisme démocratique, dans des conditions d’arriération économique et de répression politique léguées par une dictature qui se sera maintenue plus de quarante ans. S’enracinant en partie sur le terrain des contradictions propres au colonialisme portugais, la révolution s’ouvre le 25 avril 1974 par une révolte de capitaines organisés dans le cadre du Mouvement des forces armées (MFA), avant de se radicaliser par bonds – à travers l’auto-organisation croissante dans les entreprises et les quartiers, parmi les soldats et les paysans – en réponse aux tentatives successives de la classe dominante d’en arrêter le cours.

Le texte complet

En complément, une introduction à cet article ici

Egalement  

 Cliquer ici

 Cliquer ici

A lire aussi


Grândola, Vila morena, la chanson qui donna, sur les ondes, le départ de la révolution


Pour en savoir plus : Grândola, Vila Morena

Cette chanson reprise en choeur au Parlement portugais et interrompant le premier ministre. C'était le 15 février 2013 ...

Cliquer ici

Le point de vue de Daniel Bensaïd sur la position à avoir face aux militaires du MFA dans la révolution portugaise (texte de 1975)


Aujourd'hui...


Luís Branco 

Les élections municipales du 29 septembre 2013 ont été un nouveau signe de l'opposition populaire aux politiques d'austérité de la troïka au Portugal. Trois semaines seulement avant la présentation du budget de l'État pour 2014 — qui prévoit de nouvelles coupes sur les salaires et les retraites supérieurs à 600 euros —, ces élections locales a été l'occasion pour sanctionner les partis gouvernementaux. 

Lisbonne, 1er octobre 2013 Cliquer ici


Nos dossiers








 24 avril, le triomphe des esclaves


Bertolt Brecht : « On dit d'un fleuve emportant tout qu'il est violent, mais on ne dit jamais rien de la violence des rives qui l'enserrent.  »


NPA 34, NPA