À la Une...

Point de vue. Montpellier : le Front de Gauche impacté par "l'affront de gauche" ...

 
L'image du jour : 

Revol-Saurel ...

Vous pouvez faire le point ?

(par Antoine) 
..............................

En complément : Montpellier. René Revol (PG), déjà en 2010 la tentation...
...........................

Le dernier rebondissement politique, sur la place de Montpellier, de l'acceptation par René Revol, responsable du PG 34, de la 13e vice-présidence de l'Agglo de Montpellier en charge de la politique de l'eau, fait des vagues à la gauche du PS. C'est peu de le dire ! 

Qu'on en juge : alors qu'il n'avait pas de mots assez durs, dans l'entre-deux tours de la dernière municipale pour dénoncer "l'aventurier" et "mégalomane" Saurel, alors qu'il excluait toute proximité politique du Front de Gauche, même par fusion technique, avec un tel personnage rejeté pour son amitié avec Valls, pour son frêchisme congénital et ses options austéritaires, voilà qu'il nous informe aujourd'hui que, pschitt, tout cela n'a plus cours : désormais, au nom du retour en régie publique de l'eau dont Philippe Saurel lui confie la charge, toutes les rudes préventions politiques avancées hier sont caduques. Mais la machine à argumenter coince car ce retour en régie publique de l'eau était justement déjà dans le programme électoral saurélien (1) et donc la question se pose : pourquoi ce qu'il a permis aujourd'hui, l'unité avec le bébé Frêche, ami de Valls, ne l'a-t-il pas permis hier ? On serait tenté de comprendre du coup la sainte colère d'Ensemble et du PC qui, dans le Front de Gauche, étaient d'avis de travailler à fusionner avec la liste de Saurel et qui se sont vus opposer-imposer le choix de la tête de liste PG, chaleureusement approuvée par René R, de ne fusionner avec personne. On ne sera cependant pas dupe de ce jeu à ... front renversé dans le Front de Gauche où l'homme à principes d'hier se muerait en politicien opportuniste et où les vertueux intransigeants du jour, Ensemble et le PC, proposaient hier rien de moins qu' obtenir un lifting de la liste de Saurel par évacuation de ses imprésentables candidats de droite pour donner un air "gauche" à une liste fusionnée avec le Front de Gauche. Là aussi, pschitt, ce qui vous a une couleur de droite, pouvait briller à gauche ! Décidément...

En fait sous l'écume des anathèmes des uns et des contre-feux de l'autre, nous avons le même schéma de brouillage politique, voire, on le voit, politicien, dont le Front de Gauche se fait le vecteur depuis sa constitution : qui peut oublier en effet que, jusqu''à la dernière élection, tout n'était qu'"Embrassons-nous Folleville" entre, d'un côté, les frontdegauchers gérant avec le PS un nombre impressionnant de villes tout en se réclamant de la rupture mélenchonienne vis-à-vis des solfériniens austéritaires et, d'un autre côté, les frontdegauchers se refusant à un tel grand écart entre principes et pratique mais opérant un autre grand écart en soutien de l'unité de la coalition, entre leur purisme radical et l'opportunisme des camarades alliés au PS ? Montpellier fut, de ce point de vue, un modèle du genre où des communistes ont pu "gérer" sous la houlette de la socialiste Mandroux (et auparavant avec Frêche) mais aussi en alliance avec le Modem, tout en se réclamant du Front de Gauche, alors qu'à leurs côtés siégeaient, pas outre mesure bouleversés par la chose, les camarades d'Ensemble qui, eux, levaient haut l'étendard de l'indépendance vis-à-vis du PS. Le moment des votes consacra régulièrement ce que l'unité que disait incarner le Front de Gauche avait de factice et l'effet "auberge espagnole" d'un rassemblement où sur le PS tout et son contraire était dans les faits acceptés sans aucun éclat de voix ! Jusqu'à ce qu'explose au grand jour, en ces funestes municipales, que tout cet équilibre instable ne pouvait plus jouer à cache-cache avec les pressants enjeux d'une situation politique et sociale aggravant désastreusement les conditions de vie et de travail de millions de personnes.

Si l'on ajoute que, comme conséquence directe de la stratégie à double détente suivie jusqu'à la crise, le Front de gauche 34 a joué à deux reprises en quatre ans (2010-2011 et à cette dernière municipale) la carte d'une unité avec le NPA qu'il a, tôt ou tard, brisée, on peut mesurer l'image aberrante et, en ces temps de montée du FN, assez irresponsable, qu'il donne de la gauche qui prétend se poser en alternative à un social-libéralisme électoralement et socialement extraordinairement dévalué mais tenant cependant, en toute impunité malfaisante (et pour cause), les rênes du gouvernement !

Alors bien sûr il y a eu la belle manifestation à Paris du 12 avril dernier clairement en dénonciation de l'austérité gouvernementale, avec un beau coude à coude NPA-Front de Gauche-AL-DAL-syndicats divers, etc.. Mais il y a aussi, comme au bon vieux temps du "tous ensemble à jouer l'autruche", le rafistolage entre "bons camarades" du Front de gauche pour les Européennes se soldant, à nouveau, par une fin de non-recevoir adressée à la énième proposition d'unité du NPA. Et, à rebours de ce rafistolage, le responsable du PG 34 qui intègre maintenant l'exécutif de l'agglo de Montpellier dirigé par un frêcho-vallsien et ravive au sang les cicatrices laissées au PC et à Ensemble par les dernières élections !

Camarades du Front de Gauche, vous n'en avez pas assez d'être trimballés dans ces machins par lesquels imparablement l'un des vôtres finit toujours par s'arrimer à un attelage socialiste, qu'il soit estampillé canal historique (quoique Jaurès...) ou dissidence-juste-ce-qu'il-faut, qui ouvre, par la politique antisociale défendue, des boulevards aux offensives combinées du Medef, d'une UMP pourtant à la peine et, pour le moment partiellement désynchronisée, d'un FN pugnace ?

Antoine 

(1) Chercher à obtenir que la promesse d'un retour en régie publique de l'eau soit tenue est un objectif de premier ordre mais n'implique pas que l'on fasse la concession politique majeure de cautionner la politique saurélienne "d'ouverture" à la Sarkozy qui réunit dans un même exécutif droite et gauche. Par ailleurs cette promesse sur l'eau n'enlève rien à ce qu'est politiquement Philippe Saurel comme l'avait sur le fond perçu lui-même le Revol de l'entre-deux tours de la municipale : un arbre aussi "vert" soit-il ne saurait masquer la  forêt d'une politique social-libérale que l'on dit combattre ! 

Source de l'illustration d'en-tête.

En complément : René Revol (PG), déjà en 2010 la tentation...

Florilège revolien

Hier

SAUREL [a] attiré la sympathie de certains de nos électeurs par son côté dissident et anti système (dans les mots car il en est un pur produit). [...]

Quelle ne fut pas ma surprise d’apprendre que les deux autres composantes [du Front de Gauche] cédaient aux sirènes de Saurel. Les responsables de la section communiste de Montpellier et dans une moindre mesure ceux d’Ensemble ont envisagé de se vendre à un aventurier et de se trouver sur la même liste que des réactionnaires patentés en échange de places et d’un groupe ! [...]

Le PG ine bouge pas de sa position et j’en suis totalement solidaire et fier. [...]
La situation évolue vite et on voit déjà se dessiner une alliance pour que l’Agglo passe à l’UMP en cas de victoire de SAUREL. Bref la semaine prochaine on pourrait se réveiller avec SAUREL à la mairie et GRAND le maire UMP de Castelnau à l’Agglo ….et VALLS, l’ami de Saurel, à Matignon…drôle de renouveau. 


Le PG a donc la lourde responsabilité de reconstruire une vraie gauche alternative dans une région marquée par la décomposition du frêchisme combinée à la montée de la peste brune comme à Béziers. La position ferme prise à Montpellier est un point d’appui essentiel pour les temps qui viennent.


Aujourd'hui

Mardi 22 avril 2014, sur proposition de Philippe Saurel, Président et Maire de Montpellier, le Conseil d’Agglomération m’a élu Vice-Président avec la mission clairement formulée de mettre en place la régie publique de l’eau. Je considère cette élection comme la reconnaissance d’un long combat citoyen. [...]

Je me réjouis que mission me soit donnée, ce 22 avril 2014, de réaliser la volonté majoritaire de la population de ma Commune. Je suis fier d’avoir la charge de mettre en œuvre la Régie publique de l’eau. [...]

Avec cette élection c’est aussi la reconnaissance du large combat citoyen et associatif organisé dans toutes les villes de l’Agglomération pour le retour en régie publique. [...]

Membre du bureau de l’Agglomération je ferai de mon mieux pour honorer la confiance qui m’est faite. Cet engagement se fait en conservant ma liberté politique. Homme libre, élu fidèle au mandat pris devant le peuple, je continuerai à défendre mes convictions et mes engagements. Membre du bureau de l’Agglomération et Maire de Grabels je demeure profondément opposé à la politique d’austérité du gouvernement Valls. En mettant en place la régie publique de l’eau au nom de l’Agglomération comme en mettant en œuvre dans la Commune de Grabels les engagements pris devant les électeurs nous comptons bien apporter la preuve par l’exemple qu’une autre politique est possible. 

 
Le hasard dans l'ordre des vice-présidences de l'agglo de Montpellier : René Revol, PG, encadré par le socialiste Pierre Bonnal et la centriste de droite Chantal Marion !

  

Une vice-présidence relève bien de l'exécutif de l'agglo


Pour en savoir plus 


Extrait : Claude Avenante, secrétaire de la section de Montpellier du PCF et colistier de la liste Front de gauche n’est pas tendre non plus avec la décision de René Revol. « Ce qui est étonnant, c’est qu’il a tout fait pour qu’on ne soit pas élus à la mairie et à l’agglo et Monsieur négocie quand même des postes de vice-présidence. Ça peut foutre les glandes. Ça n’arrange pas les choses. À mon avis, il avait déjà négocié avec Moure [le candidat du PS] une vice-présidence. Il mise sur tous les chevaux qui passent. » Ce que, on a vu, René Revol dément. Rappelons quand même que certains de ses proches sont venus soutenir Jean-Pierre Moure lors de son dernier meeting. Et l’explication de René Revol selon laquelle, il s’agirait de démarches personnelles, paraît un peu courte.

Pour le NPA après le premier tour des municipales

  
  
  
 



NPA 34, NPA

Consultez les articles par rubrique

LUTTES SOCIALES
FÉMINISME
ANTIRACISME ANTIFASCISME
>


SOLIDARITÉ MIGRANTS
ÉCOLOGIE
JEUNESSE ENSEIGNEMENT


POLITIQUE LOCALE
DÉBATS
POLITIQUE NATIONALE


INTERNATIONAL
RÉPRESSION
NPA