À la Une...

Montpellier Aggl'eau ... Une première marche va être franchie mais quid de la justice tarifaire, du contrôle démocratique... sans oublier la gestion publique de l'assainissement ?


Régie publique de l'eau: la première bataille est gagnée, continuons la lutte !

 La question de l'eau aura été un des enjeux majeurs des élections municipales à Montpellier. 

Rappelons-nous comment, en juillet 2013, après 4 heures de débats houleux au conseil d'agglo, la reconduction pour 7 ans de la délégation de service public aux multinationales avait été votée. On se souvient aussi du mépris de Louis Pouget à l'encontre du collectif eau "ces gens qui n'y comprennent rien" et de l'assurance d'un Jean-Pierre Moure qui balayait tous les arguments en faveur d'une régie publique de l'eau.


On se souvient surtout de la formidable dynamique du collectif eau, appuyé par l'association Eau Secours 34, qui a impulsé actions et mobilisations tout au long des années 2012 et  2013 en direction de la population de Montpellier et de l'agglo: réunions publiques, informations dans les rues, sur les marchés, signatures de  pétition, votations citoyennes dans plusieurs communes, le tout parvenant à rendre public ce qui ne l'était pas et à susciter l'appropriation de cette question par les Montpellierains.

Aujourd'hui, on ne peut que se réjouir du vote du conseil d'agglo du 7 mai actant la mise en place d'une régie publique de l'eau. Ne boudons pas notre plaisir de cette première victoire. 

Saurel, maître en communication, a su mettre en scène le vote et appeler les applaudissements nourris du public (tous ceux qui le souhaitaient ont pu assister au conseil d'agglo) au moment du vote. 
Mais pourquoi seulement la gestion de l'eau et pas de l'assainissement, marché le plus juteux pour les multinationales? L'argument technique ne tient pas: à y être de réorganiser les services, on peut le faire à la fois pour la gestion de l'eau et de l'assainissement. Rappelons que l'agglo doit intégrer le personnel de Véolia (77 équivalents temps plein) dans la régie, et que les compétences sont amenées par les salariés, techniciens et ingénieurs.

La question démocratique est primordiale: le statut de régie publique à personnalité morale et autonomie financière permet la participation des usagers et des salariés au conseil d'administration. C'est ce que nous devons exiger afin d'assister à tous les débats et décisions du CA, en toute transparence. Philippe Saurel met en avant dans toutes ses déclarations la démocratie participative. Eh bien,  passons aux travaux pratiques! Car nous ne nous contenterons pas d'un "comité de suivi", évoqué par René Revol dans la presse mais dont  le rôle peut être réduit à la portion congrue.

Exigeons aussi que les premiers mètres cubes d'eau soient gratuits pour le consommateur (et un tarif plus élevé pour les consommations élevées), ce qui a été défendu par Thomas Balenghien, le candidat de la liste Montpellier sociale, écologiste et solidaire, soutenue par le NPA, aux municipales à Montpellier.

Enfin, une question vitale comme celle de l'eau exige une réflexion écologique plus large, dans l'agglo et au-delà : démocratie de l'eau, approvisionnement. L'eau de la source du Lez et l'eau du Rhône vont probablement couler à flot pour le plus grand bénéfice des bétonneurs.


Pour débattre de toutes ces questions et réfléchir à la suite des actions, le collectif eau se réunit mardi 13 mai à 18h à l'espace Martin Luther King, 27 Bd Louis Blanc à Montpellier.


Anne Freiss

La position d'ATTAC Montpellier

Le nouveau maire de Montpellier et président de l'Agglo avait dans son programme électoral : " Mise en régie de l'eau ". Eau Secours 34 et le Collectif n'imaginaient  pas que l'on pouvait dissocier la distribution de l'eau et l'assainissement (évacuation et traitement des eaux usées )... 

Le 7 mai, le Conseil d'Agglo a voté le retour en gestion publique de l'eau ( 15 abstentions et aucune voix contre)... l'assainissement étant oublié ! Il serait trop compliqué d'effectuer le passage en régie de l'assainissement en même temps que l'eau potable... Derrière cet argument, il y a l'idée que le service "eau et assainissement" de l'agglo n'a pas les
capacités pour prendre en charge les aspects techniques du passage simultané en régie de l'eau et l'assainissement. Mais c'est faux puisque ce ne sont pas les mêmes personnes dans
le service qui sont en charge de l'eau et l'assainissement.
Quant au passage en régie soit disant plus urgent pour la distribution d'eau que pour l'assainissement, cet argument est assurément spécieux : la facture inclut de toute façon les 2 aspects !



A lire aussi


Cliquer sur l'image pour l'agrandir

 L'Hérault du jour du 8 mai 2014

Et aussi



NPA 34, NPA

Consultez les articles par rubrique

LUTTES SOCIALES
FÉMINISME
ANTIRACISME ANTIFASCISME
>


SOLIDARITÉ MIGRANTS
ÉCOLOGIE
JEUNESSE ENSEIGNEMENT


POLITIQUE LOCALE
DÉBATS
POLITIQUE NATIONALE


INTERNATIONAL
RÉPRESSION
NPA