Ecosse. Le paradoxe d'une victoire dans la défaite de l'indépendance vi-à-vis du Royaume Uni...


 Le caractère normal du référendum écossais sert également à souligner les traits exceptionnels de la démocratie placée sous tutelle de l’Etat espagnol






Le référendum pour l’indépendance de l’Ecosse a donné un résultat clair: le Non a gagné par 53,3% face à un Oui à 44,7%, avec une participation de 84,59% [le doit de vote a été attribué aux citoyens et citoyennes dès l’âge de 16 ans; le taux de leur participation a été remarquable].  Donc 2’000’926 votes pour le Non face à 1’617’989 pour le Oui. Ce sont les citoyens et citoyennes de l’Ecosse qui ont décidé librement que leur pays ne sera pas indépendant. Cela représente une défaite pour les personnes en Ecosse qui voulaient l’indépendance. Mais l’appel au référendum et la manière dont il s’est déroulé représentent une victoire pour ceux et celles qui, en Ecosse et ailleurs dans le monde, se battent pour la reconnaissance du droit des nations à décider librement de leur avenir; pour toutes les personnes qui veulent une pleine démocratie dont le droit à l’autodétermination des peuples fait nécessairement partie. 

C’est la raison pour laquelle nous sommes reconnaissants à tout le peuple écossais, aussi bien à ceux et celles qui ont voté oui qu’à ceux et celles qui ont voté non, pour leur participation très élevée et pour la leçon qu’ils ont donnée au monde en montrant que les conflits nationaux peuvent être tranchés par des méthodes démocratiques, avec la même «normalité» que quand on discute et l’on prend des décisions sur d’autres problèmes. Cliquer ici


A lire aussi

 

Nos dossiers


NPA 34, NPA