Rythmes scolaires. Derrière les grands mots sur le bien-être des enfants...


 ... la réalité d'une école qui subit l'austérité sur le dos des enfants, des parents et des personnels !


En cette rentrée scolaire, les nouveaux rythmes font beaucoup parler. Dans les grandes villes, les journalistes pointent les problèmes d’organisation, comme à Paris où les animateurs étaient en grève et comme à Marseille où ces derniers font défaut. Les barons de droite, de Dupont-Aignan à Gaudin, en profitent pour tirer sur le gouvernement. Loin de ce bruit médiatique, cette réforme s’applique, le plus souvent, sans l’enthousiasme des parents et des enseignants. Dans les petites villes de campagne, elle cause non seulement des soucis d’organisation et de moyens, mais elle tend aussi à accroître les inégalités sociales et territoriales.

Terrains de luttes  propose de revenir sur les problèmes posés par cette réforme à partir du récit de deux professeur-e-s des écoles travaillant dans des communes rurales du Limousin, tous deux syndiqués au SNUipp-FSU. Fleur est, depuis 8 ans, directrice d’une école maternelle et élémentaire de 4 classes et 85 élèves à Saint-Sylvestre, bourg de 800 habitants situé à trente minutes de Limoges. Guillaume enseigne lui à Bessines-sur-Gartempe (3 000 habitants), depuis 6 ans, dans une école élémentaire de 9 classes. Favorable à une réforme des rythmes scolaires, ils se sont pourtant mobilisés contre le chemin emprunté par le gouvernement socialiste. A Bessines, la mobilisation des parents et des enseignants en 2013 a obligé l’élu PS à revoir sa copie quelques mois avant les élections. A Saint-Sylvestre, le conseil d’école puis le conseil municipal (sans étiquette) ont voté contre la mise en place de la réforme en raison de l’absence de moyens financier pour l’appliquer. Une demande de dérogation pour rester à quatre jours a été déposée, malgré la pression de l’inspection académique. Cette dernière a alors imposé un emploi du temps. Cliquer ici

 A lire aussi

En région


Vu du Havre

 

 Et aussi




Notre dossier

NPA 34, NPA