mercredi 10 septembre 2014

Saint-Jean-de-Védas (Hérault). Une situation qui ne passe pas comme une lettre à la poste...


"On exige un comblement immédiat des postes de titulaires aujourd'hui vacants, par des personnels pérennes"

 

Le mouvement illimité, à l'appel de Sud, impacte la plateforme de la Poste de Saint-Jean-de-Védas.


La colère grondait depuis quelques mois. Depuis la réorganisation de l'agence postale de Pignan, en décembre, qui avait suscité l'ire des préposés de La Poste affectés dans le village. Les grévistes, rassemblés ce mardi, parc de la Lauze, ont décidé d'un mouvement de grève illimité, à l'initiative du syndicat Sud. Il impacte plus largement le fonctionnement de la plateforme de distribution du courrier installée à Saint-Jean-de-Védas, dont dépend cette agence.

Surcharge due à une une forte croissance démographie

Mais c'est bien à Pignan que le mouvement a trouvé son origine, bureau enregistrant huit agents grévistes, mardi matin, alors que les salariés en grève se retrouvaient parc de la Lauze. "Il y a un ras-le-bol majoritaire, expliquait Sébastien Fortin, facteur pignanais. La réorganisation a supprimé deux tournées. Et le “roulard”, qui remplace le facteur en repos. Résultat, on a fait une tournée et demie par jour tout l'été." Cliquer ici

A lire aussi

L'Hérault du jour du 10 septembre 2014

Et aussi


173 jours de grève à Rueil-Malmaison, La Garenne/Bois-Colombes, Courbevoie et Gennevilliers (92), 60 jours de grève à Epinay (91), 51 jours de grève à Paris 15, 25 jours de grève à Decazeville (12), 93 jours de grève à Ajaccio, 78 jours de grève à Aubigny (18) et la grève n’est pas terminée (1)… Le premier semestre 2014 aura été riche en conflits longs à La Poste, en particulier entre mai et juillet.

Des grèves dures, mais des grèves qui ont arraché des victoires partielles, ce qui est loin d’être négligeable par les temps qui courent. Les postiers de Paris 15 ont réussi à préserver leurs jours de repos. Celles et ceux du 92 ont obtenu l’embauche de précaires et ont repoussé des plans de suppressions d’emplois. À Epinay, les facteurEs ont mis en échec le projet de mise en place de la « sacoche » : les facteurs étaient censés ne plus travailler ensemble le matin dans un même bureau, mais récupérer chacun une sacoche de courrier et la distribuer de leur côté ! Quant à Ajaccio, au lieu de supprimer 7 emplois, la direction a été contrainte d’accepter d’en créer un !

Ces avancées obtenues lors de ces conflits récents ne sont bien évidemment pas suffisantes pour stopper l’offensive de la direction de La Poste. Mais la manière dont elles ont été obtenues montrent la voie à suivre pour inverser la tendance. Cliquer ici


Et encore


Nos dossiers


NPA 34, NPA