À la Une...

Inondations dans l'Hérault. Trop de béton = trop d'eau...


 Les surfaces imperméabilisées ont été multipliées par 3 en 20 ans dans l’agglomération de Montpellier

 


[A lire ci-dessous A notre avis ]

Dans l’Hérault, qui vient d’être frappé par des inondations aussi récurrentes qu’inéluctables, l’association Mosson Coulée Verte, implantée à Montpellier, vient d’écrire au Commissaire enquêteur chargé de l’enquête publique sur le SAGE* Lez-Mosson-Etangs Palavasiens revisé, lui annonçant, arguments à l’appui, qu’elle donnait un avis négatif sur ce SAGE revisé. Un courrier à lire impérativement, tant il illustre le dévoiement des procédures officiellement destinées à promouvoir la protection de la ressource, ici réduites à un exercice bureaucratique affligeant. Autre illustration de la faillite des politiques publiques de l’eau qui nous conduisent au désastre.

Un nouvel épisode méditerranéen très violent a eu lieu sur les communes de Grabels et de Juvignac le 6 octobre. Les inondations ont causé des dégats considérables. A Grabels, (fief de René Revol, héraut du Front de Gauche et nouveau Vice-président de l’Agglo dans l’équipe Saurel, qui s’est engagé à mettre en place une régie de l’eau à Montpellier), 10% des habitants sont touchés. Météo France prévoit un 4ème épisode méditerranéen les 11 ou 12 octobre. C’est la panique dans les communes de l’Agglomération de Montpellier qui en sont encore à régler les problèmes causés par les inondations précédentes. Cliquer ici

* SAGE : Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux 

 A lire aussi

Les maires de Lattes et Grabels affirment qu'une meilleure anticipation aurait évité beaucoup de dégâts.

Alors que de nouveaux épisodes pluvieux touchent le département de l'Hérault ce week-end, ils ont à l'heure où nous écrivons ces lignes épargné les zones les plus touchées par les dernières intempéries. Une accalmie qui a permis aux maires de Grabels et Lattes de mesurer l'étendue des dégâts provoqués par les inondations du 29 septembre et du 6 octobre. Cliquer ici


L'Hérault du jour du 11 octobre 2014

Lu sur le site de la mairie de Grabels

Suite aux nombreux appels reçus, nous informons que ceux qui souhaitent soutenir les sinistrés, peuvent envoyer des dons par chèque libellé à l’ordre de « Trésor Public – Intempéries » à l’adresse : Ville de Grabels – 1 rue du Presbytère – 34790 Grabels. Cliquer ici

Lu sur le site de la mairie de Juvignac
  
COLLECTE AU PROFIT DES SINISTRES
COLLECTE ET DONS DE TOUTE NATURE

 L'Hérault du jour du 9 octobre 2014

A notre avis

Il n'y a pas grand chose à ajouter à l'analyse, faite sur le site Les eaux glacées du calcul égoïste, de la situation provoquée par les inondations dans l'Hérault (depuis hier le Gard a été également très touché). Parmi les multiples aspects évoqués  dans ce texte nous relèverons celui qui pointe dans un phénomène dramatique naturel la responsabilité de l'homme, plus exactement des politiques : "Les surfaces imperméabilisées ont été multipliées par 3 en 20 ans dans l’agglomération de Montpellier. La folie bétonnière rend les inondations plus violentes et le changement climatique va les rendre plus fréquentes comme le note l’agence de l’eau Rhône Méditerrannée Corse." Or, il est incontournable, si l'ont veut s'attaquer à la racine de ce qui, en ces temps de déchaînements des "éléments", fait le malheur de tant de personnes, de rappeler que ladite folie bétonnière a ici été portée par un homme et par une politique : Georges Frêche, qui a pu occuper les fonctions de maire de Montpellier, président de l'agglo de Montpellier, président du Conseil Régional et député de l'Hérault. La Frêchie qui, à la mort de son mentor, a survécu aux postes de commande des politiques locales, a concouru à garder le cap et à faire de la ville de Montpellier mais aussi de la Région un espace "moderne" au sens largement technocratique, antipopulaire et "antinaturel" du mot. Le résultat, un des résultats de la mégalomanie frêchiste, est là au détour de cette eau qui dévaste maisons, champs, routes, etc. et tant d'espoirs mis dans la fuite en avant bétonnante...

Or, parmi les héritiers de cette fausse gauche qui se contrefout des équilibres écologiques comme des intérêts populaires, sans parler du constant bras d'honneur qu'elle a adressé à la démocratie, il y a Philippe Saurel, "l'homme nouveau" qui a pris la mairie de Montpellier avec un savoir-faire audacieux digne de son maître ! Homme nouveau donc, si peu neuf si l'on veut bien se souvenir qu'en tant que responsable à l'urbanisme à la mairie de Montpellier, il a apporté sa pierre (!) à cette folie urbanistique dont nous voyons un des plus grands méfaits en ce moment. 

Alors, tout en lui manifestant notre solidarité et en nous reconnaissant dans nombre de ses déclarations sur les divers aspects du désastre (la question du réchauffement climatique, les carences dans la canalisation des eaux...) qui s'est abattu sur sa ville de Grabels (cliquer ici) et sur le département, nous ne pouvons que réitérer à René Revol, responsable du Parti de Gauche local, l'incongruité que nous voyons à son intégration dans l'exécutif de l'agglomération de Montpellier placé sous la houlette d'un Philippe Saurel pourtant comptable, comme nous venons de le voir, d'une politique de la ville antiécologique mais aussi intrinsèquement antisociale, d'une politique qui a beaucoup à voir avec ce que, lui, René Revol dénonce, à juste titre, dans l'incurie qui prévaut sur la gestion des risques dits naturels et ce qui induit ces risques. Les derniers évènements le rappellent, nous devrions nous retrouver à combattre ensemble, et donc en extériorité des logiques institutionnelles comme celles de l'agglo de Montpellier, cette politique car elle reste, aggravée par le choix fait par la majorité de cette agglo en faveur de la Métropole et de la réforme territoriale, toujours d'actualité ! Ce combat unitaire n'a pas pu se construire à travers les dernières municipales, il ne pourra qu'être entravé par la reconduction d'alliances de fait contradictoires avec les exhortations à rompre avec les gris gestionnaires de l'ordre, autrement dit du désordre, nous le voyons, des choses (lire ici) !

Et aussi


Et encore



 Itinéraire politico-naturel de Montpellier à Grabels

 

NPA 34, NPA

Consultez les articles par rubrique

LUTTES SOCIALES
FÉMINISME
ANTIRACISME ANTIFASCISME
>


SOLIDARITÉ MIGRANTS
ÉCOLOGIE
JEUNESSE ENSEIGNEMENT


POLITIQUE LOCALE
DÉBATS
POLITIQUE NATIONALE


INTERNATIONAL
RÉPRESSION
NPA