jeudi 16 octobre 2014

Islam. Refuser politiquement et laïquement la diabolisation des musulman-es...


 Si l’on peut trouver en islam une ascendance quelconque à la violence, on ne la rencontre que dans des mouvements sectaires très minoritaires

 

Lire l'avertissement au lecteur à la suite de ce texte

Que peut dire l’historien devant l’innommable, sinon que le présent est responsable du présent et que l’innommable présent ne saurait se justifier ni se légitimer à partir d’un passé. Le drame qui se joue aujourd’hui avec la violence que l’on sait réclame, au-delà de l’urgence, une réflexion fondamentale sur ce qu’a été l’islam au long de son histoire millénaire. Or, c’est là que surgit une difficulté qui est loin d’avoir été surmontée. Les sociétés musulmanes sont orphelines de leur passé historique, celui des hommes qui les ont précédées et qui ont vécu un islam qui était le leur et que nul ne saurait pouvoir revivre aujourd’hui sauf à s’inscrire dans une totale illusion.

Jihad, le mot sonne comme un slogan ce qui dispense de s’interroger sur lui. On semble ignorer de toutes parts que réutiliser un vieux mot, c’est toujours le transformer et lui donner un sens nouveau. Ainsi, au regard de l’histoire, le jihad de ceux que l’on nomme maintenant jihadistes n’a rien à voir avec la notion coranique correspondante si on la soumet à une grille de lecture historique, la seule qui soit à même d’inscrire les croyances dans leur temporalité, c’est-à-dire de les humaniser. Il ne s’agit d’ailleurs pas non plus du fameux jihad spirituel si souvent invoqué pour tenter de contrecarrer la version criminelle du terrorisme. Dans ce second cas, l'intention est louable puisque l’on cherche ainsi à innocenter ce qui serait le «vrai islam». Il ne s’agit pourtant en rien d’un sens qui renverrait au milieu coranique initial. Certes, le sens du jihad intérieur existe, notamment dans la tendance mystique de l’islam, mais cette conception est largement postérieure à la période fondatrice. Cliquer ici

Avertissement au lecteur 

Pour prévenir toute polémique, précisons que la publication sur ce blog de la tribune ci-dessus ne participe d'aucune promotion de l'islam. Le NPA est une organisation qui se réclame de la laïcité, étant entendu que celle-ci n'a rien à voir avec la "nouvelle laïcité" portée par la droite et l'extrême droite et qui fait des ravages dans une partie de la gauche. Notre laïcité est conforme aux lois historiques de 1905 qui associent étroitement "séparation" et liberté de pensée, y compris donc liberté religieuse. Cette position de respect laïque du droit d'expression des religions nous donne au demeurant toute latitude, toute liberté, pour critiquer ce que les religions, à des titres divers, portent comme culture des inégalités, comme légitimation des oppressions en particulier envers les femmes ou comme tentative d'entraver le développement à l'école de la culture scientifique. Ceci étant posé, nous considérons que, dans le contexte actuel de développement accéléré d'une islamophobie (strictement parlant "phobie de l'islam") visant à faire de tout-e musulman-e (pratiquant-e ou non pratiquant-e) un suspect ou même un danger pour une supposée "démocratie civilisée occidentale", l'universitaire Jacqueline Chabbi procède, dans son texte, à un travail salutaire établissant un contre-feu nécessaire : ce texte participe d'un refus réflexif, à proprement parler historien, non religieux et en cohérence avec toute approche laïque, de la diabolisation de cette religion qu'alimentent les horreurs dont se rendent coupables les "fous de Dieu" de l'Etat Islamique. L'islam est posé ici comme objet à penser d'abord en raison pour qu'y prenne appui la déconstruction des fantasmes et déraisons antimusulmans tels que les propage, par exemple, le boutefeu Eric Zemmour. 

A lire aussi



La dernière sortie pseudo"laïco-féministe" de Nadine Morano : Morano : «Faire du buzz sur la burqa ? N'importe quoi »

Et aussi
 


Voir la vidéo à partir de 29:29

Mais, attention, il faut contrer Zemmour à bon escient car, accrochez-vous bien Mariages mixtes : et si (pour une fois) Zemmour disait vrai ?
Rien de changé en fait sur la nécessité de combattre le bonhomme.


En toute bonne conscience le fantasme du choc des civilisations...


... où il est postulé, en toute logique communautariste-identitaire que l'islam est l'en-dehors "par essence" de l'Occident, une menace (voir le sous-titre) pour les acquis occidentaux ! Mobilisation !

   NPA 34, NPA