Le billet du vendredi [27]

CAPITALISTE :
MON MÉTIER ?
JE L'AIME !
Oui, je l'aime ! Et pourtant, croyez-moi, ce n'est pas facile.
Le problème, bien sûr, ce sont les charges. On peut toujours appeler ça des "cotisations sociales". Il y en a même qui sont allés dénicher un truc du genre "salaire différé".
NON ! NON ! NON ! CE SONT DES CHARGES ! Demandez à mon comptable dans quelle colonne il les range. Il vous le dira : moins il y en a, mieux on se porte. Parce que moins il y en a, plus on a de pognon. C'est simple.
Mais si on regarde bien, les vraies charges, la véritable plaie de notre métier, CE SONT LES SALAIRES.
Le salaire est une invention communiste pour nous piquer du pognon.
Ni plus, ni moins.
Sous prétexte qu'il faut bien des gens pour faire le boulot ! Et alors ? Ils ont besoin de quoi ? Manger ? Dormir ? Se reproduire aussi, bien sûr, il ne faudrait pas que l'espèce disparaisse. Pas besoin de salaire pour tout ça.
On a même entendu des raisonnements du genre : "avec leur salaire, ils achètent ce qu'on produit, ça fait tourner la machine". N'importe quoi ! Il suffit qu'on produise des trucs pour nous, on les achètera avec notre pognon.
Vous croyez que les noirs qui produisaient le coton avaient besoin de l'acheter ? Il suffisait de les nourrir, un peu de paille pour le sommeil et la reproduction et basta ! Et là, les charges, elles étaient minimes.
C'est vrai que l'avantage des noirs, c'est qu'on pouvait facilement les reconnaître, on risquait pas l'erreur. Maintenant, avec tout ce mélange ethnique, on ne sait plus qui est qui. Il suffirait de leur coudre quelque chose sur leurs habits, un symbole,un truc simple à identifier. Ça s'est déjà fait, je crois, et ça marchait pas trop mal.
Voila, c'est pas compliqué.

CAPITALISTES, MES FRÈRES,
RETROUVONS ENFIN NOS VRAIES VALEURS !
npa 34   Claude      
Et pour quelques billets de plus...