samedi 13 décembre 2014

Montpellier (et ailleurs). Universitaires et chercheurs manifestent leur ras-le-bol ...


 ... Hollande et Fioraso magouillent et manipulent les chiffres !

 Correspondance NPA 34

Nous étions 150 à manifester ce jeudi 11 décembre dans le cadre de la journée d'action nationale ESR [Enseignement Supérieur et Recherche] intersyndicale avec Sciences En Marche, le collectif des précaires de Montpellier et les étudiantEs, principalement de l'Université Paul Valéry. Après une brève prise de parole devant le Corum, nous sommes partis pour un cortège aux flambeaux sur l'Esplanade et la place de la Comédie. Nos chants revendicatifs et nos slogans ont été très bien accueillis par les MontpelliérainEs présentEs au marché de Noël ou sur la patinoire à ciel ouvert (on gaspille combien d'énergie avec cette installation là ?!!). ArrivéEs sur la place de la Préfecture, nous avons monté un "mur de la colère", constitué des CVs des précaires et des collègues solidaires, des demandes refusées de financement sur projet... Par chance, on ne s'est pas fait gazer par les flics (c'est pourtant dans l'air du temps). Ils étaient tout de même déçuEs que nous ne refassions pas le magnifique flashmob exécuté pour la dernière manifestation du 17 octobre....La prochaine fois, nous devrons peut-être envisager de mettre le feu à notre mur de la colère, histoire d'avoir la joie de se prendre une charge de CRS. En tout cas nous sommes repartis en laissant le mur en place. 
Voir en d'article le tract du NPA

Nous avons salué deux collègues précaires très militantEs, qui, après 6 ans de bons et loyaux CDDs, se font virer et seront au chômage le 1er janvier. C'est ça l'esprit de Noël PS/Medef! Une anecdote pour finir: le CNRS paye chaque mois les allocations chômage d'environ 600 ex-collègues. Cet argent permettrait de recruter plus au moins 400 fonctionnaires pour les facs ou les labos. En clair : l'employeur public préfère payer le chômage des ex-CDDs viréEs plutôt que de les titulariser....sympa non? Et pendant ce temps-là certainEs se gavent...

 Texte et photos Romain pour le NPA 34

 



  

L'Hérault du jour. Montpellier : une marche contre la casse des universités

 Cliquer ici


A lire aussi


[Après la journée de mobilisation des personnels de l'ESR] François Hollande proclamait que, de sa propre initiative, il allait rétablir 70 millions d'euros au budgets des Universités, évaporés à la suite d'un amendement déposé par son propre gouvernement et adopté le 18 novembre par l’Assemblée nationale. Une annonce faite lors d'un diner avec des Présidents d'Universités.

Que faut-il comprendre de cette annonce pour le moins étrange ? Le groupe Jean-Pierre Vernant vient de publier un calcul, assez simple, qui dénonce de manière assez convaincante les faux calculs présidentiels qui prétendent que le budget des Universités est "sanctuarisé".  […]

Par un calcul élémentaire, on obtient que l'enfumage consiste à faire passer une baisse de (230+123+136+350/5-70) = 489 M€ pour une "sanctuarisation" retrouvée. Le budget de deux universités omnidisciplinaires disparait et nous sommes supposés applaudir. L'équivalent de 8150 postes se volatilisent et nous sommes supposés remercier les complices.»

Le pas de deux entre Geneviève Fioraso et François Hollande sur le budget signifie tout simplement que la promesse du candidat de 2012 d'un rétablissement du financement de l'Enseignement supérieur et de la recherche à un niveau correspondant aux besoins du pays n'a pas été tenue. Une enquête d'Educpros montre ainsi que près de 40% des 1.000 postes créés que la Secrétaire d'Etat souligne avec régularité, sont en réalité non pourvus en raison des difficultés financières des Universités. Cliquer ici
  


Le collectif Sciences en marche, constitué de chercheurs et enseignants, a lancé un blog qui montre l’état de délabrement de certaines universités.

Des graffitis du sol au plafond dans les toilettes de la bibliothèque de l’université Paul Valéry à Montpellier. Des stores coincés, des prises arrachées, des toilettes démontées, des portes sorties de leurs gonds à Paris 8. La bibliothèque de l'université Paris-Est Marne-la-Vallée fermée pour "raisons climatiques" : pas de chauffage. Un écran de projection percé à l’université Paul Sabatier de Toulouse. Bienvenue dans les locaux de l’enseignement supérieur français. Ce sont dans ces conditions que les étudiants et les chercheurs doivent travailler et ils en ont assez. Le Tumblr "Ruines d’universités" collecte les photos des dégâts pour mieux les dénoncer. Cliquer ici

Et aussi

On se demande pourquoi le programme grenoblois "Nano 2017" a une telle importance. Et l’on découvre alors que ce programme est porté par la société ST microélectronique et... le LETI.
Le LETI nous en avons déjà parlé plusieurs fois sur ce blog. Le LETI est la branche nanotechnologies de la direction de la recherche technologique du CEA. Une direction technologique dont le compagnon de Geneviève Fioraso était directeur délégué. Cela a d’ailleurs valu à Mme Fioraso de se voir interdire toute intervention sur cette direction du CEA par décret du 1er aout dernier. Manifestement si Mme Fioraso n’a pas le droit d’intervenir dans la direction technologique du CEA cela ne l’empêche pas de lui donner 274 Millions d’euros...
Le LETI c’est le coeur du projet de technopole grenobloise, une structure hébergée par Minatec Entreprise, une SEM dont Mme Fioraso était le PDG avant d’être ministre et devant le stand duquel elle posait il y a quelques mois, lors du salon SEMICON EUROPA, le lobby... des nano-technologies ! Les nanotechnologies, un domaine que connaît bien... Vincent Berger, ancien président de l’université Paris Diderot et actuel conseil Recherche de François Hollande... Cliquer ici

Recherche : le pont d’or fait aux nanotechnologies met Fioraso sur la sellette - Lucie Delaporte, Mediapart, 12 décembre 2014

 


Et encore


Et en allant en amont des universités...


 NPA 34, NPA