Mobilisons-nous !
Lundi 19 juin
-à 19h-
Place de La Comédie
-Montpellier-
Rassemblement/Manifestation

CONTRE MACRON ET SES ORDONNANCES
Samedi 24 juin
-à 14h30-
Jardins du Peyrou
-Montpellier
-
MANIFESTATION :
ACCUEIL DE TOUT-ES LES RÉFUGIÉ-ES
Samedi 24 juin
-à 16h-
Place de La Comédie
-Montpellier
-
RASSEMBLEMENT
puis à 17h30 : MANIFESTATION
STOP COLONISATION JÉRUSALEM

jeudi 1 janvier 2015

Nouvelle année. Meilleurs voeux de relance des luttes !


 La parole à ceux d'en bas !

Le pétrole baisse, et ils empochent... La situation économique est en berne, le chômage est toujours à la hausse, et Hollande est content... Après la future loi Macron, de nouvelles attaques se préparent, en particulier contre les retraites... Et la Commission européenne choisit le gouvernement grec... Décidément, le seul père Noël sera celui que nous ferons venir nous-mêmes.
Jeudi 18 décembre, l’Insee a publié son analyse de la situation économique française. Hollande s’est déclaré satisfait et pourtant, il n’y aurait pas de quoi pavoiser : une production stagnante (+ 0,4 % en 2014, peut-être 1 % en 2015), un chômage toujours en hausse, des destructions d’emplois qui continuent et un investissement des entreprises en baisse. La prévision de l’Insee est curieusement intitulée « Les freins se desserrent un peu », comme si grâce à la baisse du pétrole et au recul de l’euro face au dollar, la locomotive du capital était sous pression et prête à repartir.

Or, il n’en est rien. Les facteurs d’instabilité ne sont pas réduits et la probabilité d’une crise financière importante est forte même si on ne peut en prévoir l’échéance. 

Des marchés financiers sous perfusion

En fait, ce n’est qu’aux États-Unis et en Grande-Bretagne que la croissance redémarre modestement, avec des inégalités sociales toujours plus grandes. Dans l’ensemble des autres grandes zones économiques, la situation est lourde d’incertitudes. Dans la zone euro, c’est la stagnation, et le plan de soutien à l’investissement en Europe lancé par le président de la Commission Jean-Claude Juncker a du plomb dans l’aile : « Je n’ai pas besoin de paroles, mais d’argent », déclarait le président de la Commission européenne à Strasbourg le 17 décembre… il attendra. La Chine ralentit et un krach de l’immobilier est possible avec des conséquences sur le système bancaire. Cliquer ici


A lire aussi


Nos dossiers ,

 NPA 34, NPA