Balles tragiques à Charlie... Les salauds ont fait douze morts ! Les islamophobes leur disent merci !


Montpellier :
une grande marche républicaine et citoyenne est organisée avec la Ligue des droits de l'Homme, ce dimanche 11 janvier, à 15 h, au départ du Club de la presse, place du Nombre d'Or à Montpellier.

Les militant-e-s du NPA seront présents mais sans aucunement reprendre un appel à "l'union nationale", fût-il paré de références à la république ou à la démocratie (lire ci-dessous)

9 janvier

 Cliquer ici

8 janvier 

Cliquer ici

Alternative Libertaire : Charlie Hebdo, la tristesse et la colère

 

 

7 janvier 

Solidarité totale mais l'"union nationale"avec Hollande et Valls, Sarkozy et Juppé..., c'est non !


L’attaque du siège du journal Charlie Hebdo provoque l'indignation et la colère devant une telle violence aveugle et meurtrière contre des journalistes, des salariés. Elle vise à semer la terreur, contre la liberté d'expression, la liberté de la presse au nom de préjugés réactionnaires et obscurantistes.


Nous avons souvent eu l’occasion de nous engager, de débattre, voire de polémiquer avec les dessinateurs et journalistes de Charlie Hebdo, et avec qui nous avons eu des combats communs.
Le NPA adresse sa solidarité aux proches et familles des victimes, aux journalistes, aux salariés de Charlie Hebdo.

Mais nous ne serons d'aucune union nationale avec les apprentis sorciers qui jouent avec le racisme, attisent les haines contre les musulmans, les étrangers, ou se servent de cette affaire pour mettre en place de nouvelles lois liberticides. Ils portent une lourde responsabilité dans le climat xénophobe et délétère que nous connaissons aujourd’hui.
Les uns et les autres sont des ennemis de la démocratie, de la liberté, des ennemis des travailleurs, des classes populaires, les ennemis d'un monde de solidarité.

Montreuil, le 7 janvier 2015 (le communiqué sur le site du NPA)

Deuxième communiqué du NPA 


François Hollande, une fois encore, même dans le drame, n’avait rien à dire.
Dans le pays s’expriment de partout l’indignation, la colère, la révolte face à l’exécution pure et simple de journalistes indépendants, libres et satiriques, anticonformistes, cette mise à mort de Charlie Hebdo, et Hollande nous vante la France rassemblée, appelle à l’union nationale. Au passage il justifie les guerres que lui et son gouvernement mènent contre les peuples dans des régions du monde où le pillage et les interventions militaires organisées par les grandes puissances ont semé la misère et le chaos.

C’est bien parce que le NPA est pleinement solidaire des journalistes, des salariés, des victimes de l’agression barbare et réactionnaire contre Charlie Hebdo et ses journalistes que nous ne nous associons pas à cette union nationale, à ce rassemblement de la France.

Le rassemblement derrière ce gouvernement qui mène la guerre contre les peuples et les travailleurs, le rassemblement derrière Sarkozy qui, là encore, dit la même chose que Hollande ou derrière Marine Le Pen qui en profite pour mener sa campagne raciste et xénophobe sous prétexte de lutte contre le fondamentalisme islamique, c’est non.

C’est bien leur politique, la régression sociale et démocratique, la décomposition sociale dont ils sont responsables qui secrètent cette barbarie obscurantiste, cette violence abjecte qui visent à semer la terreur, contre la liberté d'expression, la liberté de la presse au nom de préjugés réactionnaires et obscurantistes.

La réponse n’est pas l’union nationale mais bien plus que le monde du travail, la population laborieuse reprennent l’offensive pour sortir la société de la régression, du chaos dans laquelle la politique des classes capitalistes l’entraîne.

Notre solidarité avec les victimes de la terreur, nous l’exprimerons en toute indépendance de leur union nationale.

Montreuil, le 7 janvier 2015

Cliquer ici 

8 janvier

  
7 janvier 

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées, ce mercredi soir, à Nîmes et Montpellier, pour dire leur émotion après la mort de douze personnes, tuées lors de l'attentat de ce mercredi à Paris.

[…] Samedi 10 janvier, une marche partira du club de la presse de Montpellier à 15 h en direction de la préfecture à l'initiative du clu et de la Ligue des Droits de l'Homme. 

Un autre rassemblement aura lieu jeudi 8 janvier à 11 h 30 au Club de la presse catalan, situé au 19, rue Castillet à Perpignan. A Mende également, un rassemblement aura lieu place Urbain V jeudi à 12 h. Cliquer ici

Petit rappel : De Hara-Kiri à Charlie...

Dans son no 94, daté du lundi 16 novembre 1970, la couverture de l'hebdomadaire titre : « Bal tragique à Colombey : 1 mort » suite au décès du général de Gaulle dans sa propriété de La Boisserie à Colombey-les-Deux-Églises, le 9 novembre 1970.

Ce choix de titre faisait référence à un fait divers qui avait défrayé la chronique le 1er novembre précédent : l’incendie d'un dancing, le « Cinq-Sept », à Saint-Laurent-du-Pont (Isère) où 146 personnes avaient trouvé la mort. Durant la semaine suivante, ce drame avait été rebattu par une presse plus préoccupée de spectacle que d’information, et employait unanimement le terme de « bal tragique », pour évoquer le sinistre. En signe de désapprobation, ce titre fut repris de façon parodique par Hara-Kiri.
 
Une rumeur veut que le ministre de l’Intérieur de l’époque, Raymond Marcellin, ait alors interdit la parution du journal le 17 novembre. Une autre, plus sceptique sur les délais de réaction réels des ministères, veut que la procédure d’interdiction, déjà en cours, ait simplement abouti par coïncidence cette semaine-là. 

La relève immédiate
 
Une semaine plus tard est lancé Charlie Hebdo. Le prénom Charlie dans le titre serait une référence à Charles de Gaulle selon Georges Wolinski (cf L’Écho des savanes no 239). En fait, les Éditions du Square éditaient alors un mensuel de bandes dessinées nommé Charlie et dont le rédacteur en chef était Wolinski. Or on remarque que :

  • Les premiers numéros de Charlie Hebdo contiennent des bandes dessinées (et justement Charlie Brown dans les Peanuts) sur une page à fond de couleur, comme pour signaler en somme qu’elles sont surajoutées au journal.
Le journal tire un parti comique de la situation :

  • « Comme l’avait signalé notre malheureux confrère L’hebdo Hara-Kiri, dont nous déplorons la disparition »
  • « L’Hebdo Hara-Kiri est mort. Lisez Charlie Hebdo, le journal qui profite du malheur des autres »
Cliquer ici



L’amitié, ensuite, pour ceux et celles que nous connaissons et que nous aimons, et pour ceux et celles que nous ne connaissons pas. La douleur pour les morts, la désolation pour les blessés, l’amitié et le désir de réconfort pour leurs proches, leurs amis, leurs enfants. Comment vous dire qu’on est avec vous, avec notre tendresse et notre impuissance ? Mais nous sommes avec vous, de tout notre cœur.
Et puis la détermination. Ce sont des journalistes qu’on a voulu tuer, c’est la presse qu’on a voulu abattre, c’est la liberté qu’on a voulu détruire. Eh bien, nous le disons : nous ne céderons pas. Dans les temps difficiles d’aujourd’hui, et les jours sombres qui se profilent, il est vital que la liberté continue, s’exprime, s’affirme. Nous continuerons notre travail d’information et de témoignage, avec encore plus de détermination et d’énergie que jamais.

Ce texte est publié en commun par Actu Environnement, Arrêt sur images, Basta Mag, Global Magazine, Huffington Post, Libéweb, Mediapart, Politis, Reporterre, Rue 89, Terra Eco, We Demain. Cliquer ici

 Cliquer ici

Il est minuit moins le quart dans le siècle. Nous sommes à un point de bascule historique sur l’islamophobie et le déchaînement du racisme en France et plus largement en Europe. La lecture simplifiée à l’extrême par les médias  de cette journée du 7 janviers 2015 va se résumer et s’imprimer dans de nombreux cerveaux « par l’attaque meurtrière contre un journal « de Gauche » par des Musulmans. Cela va déstabiliser et retourner des positionnements politiques. La Peur, la colère, la tétanie, l’incompréhension, la panique morale vont chez certains laisser largement place à la Haine. […]

Ne soyons pas hypocrites, Charlie Hebdo n’est pas un ami politique. Depuis des années, il a basculé dans le camp de la pensée dominante et participe au développement d’une islamophobie de gauche. Pourtant personne ne peut ni ne doit se réjouir de l’exécution de ses journalistes. Rien ne peut justifier cet acte dans le contexte actuel de la France. Mais cette attaque ne doit pas faire taire non plus les critiques à l’encontre de Charlie Hebdo et de la presse en général sur sa ligne rédactionnelle et humoristique islamophobe.

Aujourd’hui, porter la guerre dans la salle de presse de Charlie hebdo c’est comme poser une bombe à la gare de Bologne. C’est un acte de terreur pour désorienter.

Sur cet acte, complotisme et islamophobie vont prospérer. L’attaque contre Charlie Hebdo permet la prise en otage de millions de personnes de confession musulmane en France et en Europe. Cliquer ici


A lire aussi

Des journalistes, des dessinateurs en sont aujourd’hui les victimes, parce qu’ils ont refusé de se laisser censurer, parce qu’ils ont refusé de céder à la peur. Dans cet attentat, Charb, auteur avec Daniel de Marx Mode d’emploi et présent à l’hommage qui lui avait été rendu à la Mutualité le 24 janvier 2010 avec des dessins qui émaillent notre site, a perdu la vie. A ses côté Bernard Maris, économiste, ancien collègue de fac de Daniel, est également décédé.


« Je suis opposé à toute censure, de Heidegger ou de Céline, de Drieu ou de Brasillach. Si les législateurs du Parlement tchécoslovaque prenaient leur propre loi au sérieux ils devraient mettre à l’index non seulement l’œuvre de Marx, de Rosa Luxemburg, de Lénine, de Trotski, de Guevara, mais aussi celles de Babeuf, de Blanqui, de Heine, et encore celles de Korsch, Lukacs, Bloch, Gramsci, Benjamin… Ils devraient censurer les poèmes de Brecht, de Breton, de Maïakovski, de Fried, expurger les romans d’Istrati, de Plisnier, de Serge, de Nizan, de J. Revueltas, d’Amado, de V. Grossmann, de Peter Weiss ... Bref, mettre en quarantaine une part majeure de l’intelligence et de la culture de ce temps. »

« Sans liberté et diversité d’opinion, pas de démocratie. »

Daniel Bensaïd

Cliquer ici 
 
Daniel et Charb


Le dernier dessin de Charb publié aujourd'hui...

 NPA 34, NPA