Montpellier nord. Premier rassemblement réussi contre Oxylane !


A lire ci-dessous l'article de Midi Libre
On continue !

 Correspondance (texte et photos) NPA 34

 Entre 130 et 150 personnes se sont rassemblées ce matin à proximité du site prévu pour l'implantation de l'ensemble commercial à affichage écolo-médical-sportif, etc. Elles répondaient à l'appel du collectif Oxygène qui se fixe l'objectif d'obtenir l'annulation du projet. Plus d'une centaine de personnes sur le terrain même alors que la campagne est en train de s'organiser, c'est clairement encourageant. 

Il est tout aussi clair qu'il reste du chemin à parcourir pour élargir la mobilisation et la construire comme pièce maîtresse du dispositif de lutte : l'exemple du Loiret où le collectif anti-Oxylane a obtenu l'invalidation du projet est là qui indique l'impact qu'ont les actions assurant la visibilité de dizaines, voire de centaines, ou même plus, de personnes manifestant leur conception d'un territoire libre des pollutions marchandes et préservant les équilibres écologiques qui sont aussi des équilibres humains ! Cette visibilité des rassemblements et des manifestations pouvant aller jusqu'à des actions devant la mairie de Saint-Clément, des pique-niques de protestation et de propositions, voire des blocages de route, assurent aux actions pétitionnaires ou "institutionnelles", comme les recours en justice ou auprès des commissions de validation, ou encore en direction des élus et du Préfet, une force de frappe (pacifique) ... des esprits. Par là est signifié qu'il ne faudra pas compter sur la réclusion individualiste de chacun dans un chez soi oublieux du chez soi/chez tous qu'est le lopin de terre d'à côté ou plus loin ! 

C'est un peu tout cela qui, avec d'autres mots, a été exprimé par la présence physique des manifestants (dont des membres du NPA, du Front de Gauche, d'EELV, du PS), par les discours des associations composant le collectif Oxygène ou par les élus présents, les élus d'opposition de Montferrier, René Revol pour la mairie de Grabels, Christian Dupraz, conseiller général des Matelles (1), le représentant des mairies de Clapiers ou de Jacou... Tous les orateurs ont dit, tous les présents ont montré leur détermination à poursuivre les actions menées sous l'égide du collectif. 

Ce n'est qu'un début, la lutte continue ... à fond la forme !

Antoine

(1) En octobre dernier Christian Dupraz a adressé au commissaire enquêteur une lettre se concluant par la demande qu'il émette un avis défavorable au projet d'Oxylane. Dont acte. Mais il est regrettable qu'un élu se réclamant de l'écologie et, comme le montre cette lettre, doté d'un solide argumentaire contre ledit projet, se croit obligé de faire dans la rhétorique du "Je ne souhaite pas porter de jugement de valeur sur l’esprit du projet commercial porté par les promoteurs de ce projet. Il est respectable et correspond probablement à une demande du public". 

Il ampute ainsi, en effet, la démarche d'opposition à de telles opérations commerciales d'une dimension essentielle, la critique de la marchandisation (il faut appeler un chat un chat) des espaces, des relations humaines, des modes de production, de circulation et de consommation, du rapport à la nature... Le "probablement" utilisé dans cette lettre pour amortir le côté assez scandaleux du crédit de respectabilité accordé à Décathlon, ne peut cacher l'arbitraire qu'il y a à affirmer qu'existerait une demande publique pour l'offre oxylanique ! 

Christian Dupraz sait, devrait savoir, 1/ que cette demande n'existe tout bonnement pas; à notre connaissance, aucun document étayé (sur quels critères au demeurant ?) ne l'atteste, 2/ que, si un tel document existait, il devrait être rapporté à la logique de maximisation des profits, et non de réponse à des besoins, qui caractérise ce que portent Décathlon et, au-delà, la famille Mulliez et 3/ que, à supposer que, le battage publicitaire et l'idéologie consumériste aidant, une demande existe, il pourrait être sensé de la soumettre à critique et ainsi de dessiner une alternative à la "politique" des "faux besoins" générés par le productivisme capitaliste. Ce productivisme dont on a pu comprendre qu'il était combattu à sa racine par les écologistes (et qui l'est par quelques autres comme le NPA). 


Sur un plan général, ce décalage dans le discours de Christian Dupraz entre, d'une part, l'argumentation, juste sur les questions des transports, des emplois, de la défense des zones vertes et agricoles, la critique de l'imperméabilisation des sols et la nécessaire protection des aquifères et, d'autre part, le label de respectabilité décerné à une enseigne comme Décathlon, s'il ne relève certes pas de la duplicité politicienne, est cependant révélateur d'un refus de l'écologie telle qu'incarnée par EELV de porter au fond des choses la contestation des logiques de marché dont Oxylane est une des expressions remarquables. Or il n'est pas dit que l'action d'Oxygène n'ait pas à se nourrir d'une critique radicale desdites logiques qui, par ailleurs, font système avec l'action des politiques : celles qui, comme le frêchisme hier et le néofrêchisme à la façon Saurel aujourd'hui (gare de la Mogère), mettent en péril les trames vertes, au profit d'une urbanisation galopante dont on ne peut oublier, par ailleurs, qu'elle induit, sur le plan social, d'énormes inégalités, ségrégations et relégations; et des prises de décisions importantes hors de toute consultation, de tout contrôle démocratique. Toutes choses que, par exemple, au détour de la réfutation du chantage odieux aux "logements sociaux" fait par la mairie de Saint Clément, Oxygène ne peut, à notre avis, se dispenser d'intégrer à sa réflexion à forte, et, au demeurant légitime, connotation environnementaliste. 

Nous reconnaissons et saluons le rôle joué par Christian Dupraz dans la décision du Conseil Général de voter contre le projet à la CDAC, mais à travers ces lignes c'est cet effet "systémique", totalisateur, qui opère dans Oxylane, que nous voulons rappeler :  façon de souligner qu'il s'accommode parfaitement, pour affaiblir les oppositions qu'il suscite, des stratégies et tactiques qui croient judicieux de semer des certificats d'honorabilité à tous vents. Y compris aux vents mauvais de la société de consommation...

Suite des photos du rassemblement...

(cliquer sur la première photo pour agrandir et lancer le diaporama)



 

 
















Sur Midi Libre du 2 février...



 A lire aussi



NPA 34, NPA