Montpellier. Gare de la Mogère : le projet a du plomb dans l'aile ...



... Saurel tombe le masque de l'opposant à un projet qu'on lui imposerait... Il fait le forcing pour ... l'imposer !

  [Lire à la suite de l'article ci-dessous : Le scandale de la gare de la Mogère en quelques mots...]

Lien vers l'article de l'Hérault du Jour (La Marseillaise) du 7 février 2015.
[Mise à jour: voir aussi l'article de Montpellier Journal du 8 février 2015, sur le même sujet]

D'après cet article, Philippe Saurel, maire et président de la métropole (ex-agglo) de Montpellier, s'est rendu au ministère des transports le 28 janvier et est revenu avec la crainte que la gare de Manduel (près de Nîmes) ne soit jamais construite. Et si la gare de Manduel disparaît, la gare de la Mogère est condamnée à rester une gare fantôme. Saurel semble également inquiet sur la date d'ouverture de la Mogère (dont il est clair qu'elle ne peut pas être prête pour l'ouverture du CNM,
Contournement de Nîmes et Montpellier, en 2017, ni être connectée au réseau de tramway à cette date).


Saurel semble considérer cette hypothèse assez sérieusement pour réclamer à tout prix le «raccordement de Saint-Brès», mais ce n'est certainement pas le même que le «raccordement de Saint-Brès» que nous réclamons de notre côté. Cliquer ici

 Le scandale de la gare de la Mogère en quelques mots...

 
Encore un grand projet inutile imposé !

Élus, promoteurs immobiliers et RFF (Réseau Ferré de France, devenu depuis le 1er janvier « SNCF Réseau ») veulent imposer une gare TGV excentrée, sur le site de La Mogère, au-delà d'Odysseum, dans une zone inondable de la ceinture verte de Montpellier. 


Un choix absurde : le site n'offrira pas d’interconnexion ferroviaire avec les TER. La solution envisagée est un allongement de la ligne 1 de tramway, déjà plus que saturée, coût 40 millions. Il faudra 30 à 60 minutes pour rejoindre Montpellier centre et les correspondances TER et bus.
Une 2e gare n'est pas nécessaire. La SNCF vient de rénover la gare de Montpellier pour un coût de 50 millions d'euros. La gare St-Roch n'est pas saturée et, comme les trains de fret traversant l'Europe circuleront bientôt sur la nouvelle ligne CNM (Contournement Nîmes Montpellier), ses voies seront encore plus disponibles pour les voyageurs. Pour entrer en gare de Montpellier St-Roch,il suffit de maintenir la bretelle de raccordement de la voie CNM à la ligne classique prévue en 2005 au nord de Saint-Brès, moins coûteux qu'une gare.

Une gare fantôme à 200 millions d'euros : 150 millions pour la gare, 40 millions pour l'extension du tram, plus les aménagements, plus les inévitables dépassements. Un nouveau contrat de partenariat public-privé est prévu la construction et la gestion de la gare. Ce type de marché de dupes secret et coûteux, déjà dénoncé par la Cour des Comptes, ne peut que plomber le budget public.

Ce projet est en réalité conçu de longue date par la Métropole (ex-Agglomération) de Montpellier pour servir de prétexte à un grand projet immobilier, le quartier Oz (renommé récemment "Montpellier métropole numérique"), prévu sur des terres agricoles et inondables, non loin de zones humides "Natura 2000".

Les citoyens se mobilisent contre un projet qui va pénaliser non seulement les usagers des trains régionaux et nationaux, mais aussi détourner des budgets plus utiles pour la maintenance et l'amélioration des lignes régionales, et augmenter la pollution car la gare sera accessible essentiellement par la route.

Si une 2e gare devenait nécessaire, elle devra être située à un carrefour de voies ferrées, permettant les correspondances ferroviaires directes. 

Informations détaillées sur le site : http://garetgv.free.fr/   

Texte de la pétition

Les soussignés, usagers des transports en commun et contribuables, habitants de Montpellier, de sa région et au-delà, demandons le retrait du projet d'une 2e gare en zone inondable dite " Gare Montpellier Sud de France" sur le site de la Mogère, ainsi que de ses annexes immobilières et, en conséquence, le maintien de la bretelle de raccordement de la voie nouvelle à la voie classique au nord de Saint-Brès.



Cette information n'est pas un scoop mais un simple rappel: la gare de la Mogère est bien prévue en plein milieu d'une zone inondable niveau rouge.

Le maire de Montpellier et président de l'agglomération la métropole de Montpellier, Philippe Saurel, s'obstine à jouer les surpris quand on lui rappelle que la gare de la Mogère est prévue en pleine zone inondable. Ceci est pourtant indiqué dans ses propres documents! Cliquer ici


Le NPA 34 soutient l'action du Collectif Gare Mogère pour obtenir l'annulation du projet de gare TGV sur ce site de la Mogère et la mise en place d'une consultation démocratique sur la nécessité ou pas d'une nouvelle gare. Cette consultation doit être contradictoire, basée sur la transparence par la communication de tous les documents et respecter les délais nécessaires à l'implication du maximum de personnes et d'associations porteuses d'analyses et d'avis sur le sujet.

A lire aussi


Et aussi

L'enfumage du train à 1€ ! Il ne concerne que 5% du trafic !


"Il faudrait enquêter sur ce soi-disant billet à 1 €." "Impossible de commander un Perpignan-Montpellier" "Les billets sont épuisés, non disponibles ou pas en ligne." "Pas un seul dans le mois !" "C'est le train fantôme." Voila ce que l'on peut entendre au sujet du TER à 1 € lancé sur l'ensemble des lignes du Languedoc-Roussillon en janvier. Midi Libre a voulu vérifier la disponibilité de ces fameux sésames en testant trois trajets quotidiens différents sur la semaine allant du lundi 9 au vendredi 13 février. Cliquer ici

Ce qu'écrivait La Marseillaise le 6 janvier dernier 

"Les usagers des trains régionaux pourront bénéficier des trajets à un euro mais sous certaines conditions. Si aucun justificatif n'est demandé, les trajets à un euro ne sont possibles que dans la limite des disponibilités. Or, seuls 1 300 billets low cost sont mis à la vente chaque jour (460 000 dans l'année), ce qui ne représente que 5% du trafic (23 000 voyageurs quotidiens en L-R). "Le nombre de places offertes aux conditions du train à un euro est limité selon les trains et la densité des voyageurs", précise la Région." Cliquer ici

Lire aussi : Le « TER à 1 euro » démarre cahin-caha le 5 janvier en Languedoc-Roussillon


NPA 34, NPA